Tourisme responsable, état des lieux



Photo Tourisme responsable, état des lieux

Apparu sous l'égide du développement durable, le tourisme responsable, tendance phare de ces dernières années, allie développement économique local et préservations des ressources culturelles et naturelles. Fort de son succès commercial, le Salon Mondial du Tourisme lui consacre un espace. États des lieux d'un secteur en plein envol.

Qu'est-ce que le tourisme responsable ?

« Démarche long terme », « valorisation de l'espace culturel et environnemental », « qualité de service et préservation de l'environnement », « action pour le bien collectif des populations locales », au Salon Mondial du Tourisme, des grands groupes aux initiatives individuelles, chaque représentant du tourisme responsable y va de sa définition. Malgré leur différence, une constante se dégage: un tourisme motivé par l'idée de respect de soi-même, des autres et de l'environnement.

À partir de ce socle commun, chacun privilégie certaines valeurs. Les petites entreprises familiales et initiatives indépendantes insistent sur l'idée de rencontre et de voyage participatif (centré autour de l'implication des voyageurs). C'est le cas d'Initiative Kamoya, association créée en 2009, qui fonde son activité sur la base du volontariat: au cours de voyages solidaires d'une durée minimale de 2 semaines en Casamance au Sénégal, les voyageurs contribuent financièrement et techniquement au développement de la région et entrent en contact avec la population locale.

Dans une moindre mesure, le site éco-touristique Echologia situé à Laval s'inscrit aussi dans la logique de l'engagement des visiteurs qui acceptent de renoncer à une partie du confort moderne pour des pratiques rationnalisant l'utilisation de l'eau (toilettes sèches, réserves d'eau potable). Là encore, le site se veut un lieu d'échange en permettant aux voyageurs et porteurs du projet, réunis autour d'une même philosophie, de se rencontrer.

À l'inverse, la stratégie des grands groupes n'est pas basée sur le renoncement de la clientèle (qui ne ressent pas de différence dans sa façon de voyager) mais sur la transparence et l'éveil des consciences. Les initiatives en ce sens restent toutefois assez limitées : produits bios et locaux, étiquetage environnemental (qui chiffre l'impact écologique des produits et services) pour certains hôtels Best Western et éco-comparateur (qui permet de comparer le bilan carbone des différents modes de transports) pour la SNCF.

 

Une intention louable mais un tourisme qui présente certaines limites

 

Quelle viabilité pour ce secteur ?

Le tourisme responsable dans sa forme participative, touche une clientèle déjà sensibilisée aux valeurs du développement durable, encline à voyager autrement et donc à sacrifier une partie de son confort. Par ailleurs, les formes de voyage du tourisme responsable sont généralement assez coûteuses et les prix de vente sont indéniablement supérieurs aux prix des produits du tourisme de masse. Il en résulte une clientèle-cible relativement aisée. L'offre du tourisme responsable s'adresse donc à un public restreint. Dès lors, la capacité du secteur à se démocratiser et à s'installer sur le long terme demeure incertaine.

 

Une uniformisation inexistante

Difficile de s'y retrouver dans un contexte où les offres de voyages « éco touristiques », « natures » ou « éthiques » pullulent sans qu'aucun cadre normatif indépendant n'ait été mis au point. Dès lors, comment distinguer les offres fiables des arnaques de l'écotourisme ? Car souvent, et particulièrement dans les pays du Sud, sous des dehors de tourisme durable, se cache un tourisme de masse des plus conventionnels. De nombreuses entreprises touristiques construisent des complexes hôteliers qui par le simple fait de leur implantation en pleine nature s'auto qualifient de « verts » sans qu'aucun effort ne soit fait en ce sens : air climatisé, raids en 4x4, piscines avec pour conséquences des effets dévastateurs sur les écosystèmes.

A l'heure où les labels plus ou moins valides et les chartes internes parfois fantasques se multiplient, seule l'instauration d'un label officiel et universel stigmatisera les offres douteuses et opportunistes et redonnera toute sa crédibilité au tourisme responsable.

 

Le paradoxe du tourisme durable

Le rapport des consommateurs au tourisme responsable est parfois emprunt de schizophrénie. A quoi bon opter pour un séjour éco responsable à l'étranger si c'est pour s'y rendre en avion (dont l'empreinte écologique est très lourde) ? Une telle attitude annule tout bonnement les bienfaits environnementaux tirés de la démarche durable. Dans la même veine, les hôtels Best Western maitrisent eux aussi l'art de la contradiction. Si certains hôtels de la chaîne se targuent d'être estampillé « écolabel européen », cela ne les empêche pas de disposer de piscines à débordement, spas, saunas, jacuzzi et parcours de golf. Une démarche plus marketing qu'engagé qui se heurte à la difficulté voire l'impossibilité de concilier luxe et écologie.

 

 

 

Emilia Capitaine


Booking.com

Les deals du moment


Votre voyage







Booking.com

Actualités et événements incontournables

  • La donation - Tréméac : en 2016 jusqu'ennovembre

    L'exposition met en valeur une collection d'arts graphiques qui regroupe le dessin, la peinture, la photographie, le design, l'estampe. Les œuvres exposées possèdent leur originalité, avec la qualité en plus propre aux vrais artistes

  • Jardin remarquable de Baudouvin : de janvier à décembre 2016

    Un paradis vert pour la détente et pour les yeux, des animations aux thématiques diverses dont la liste est longue - tout cela concentré dans le Jardin remarquable de Baudouvin, un site qui a reçu plusieurs prix d'excellence.
    20 000 visiteurs ...

  • Le marché en fête à Beaune : de janvier à décembre 2016

    Différents commerçants sont présents pour vous offrir le meilleur de leurs récoltes. Viandes, fruits, légumes et fleurs attireront les de tout un chacun. Les horaires sont fixes durant toute l'année.

  • Zoo de bordeaux : de janvier à décembre 2016

    Le Zoo de Bordeaux à Pessac propose des tarifs à la portée de tous. Les amis de la nature et autres curieux pourront le visiter, y découvrir différentes espèces animales et rencontrer quelques animations.

  • La légende de Kung Fu : de janvier à décembre 2016

    La Légende de Kung Fu est un événement organisé tout le long de l'année. Ce grandiose spectacle organisé par des artistes de Kung-fu, et des talentueux décorateurs chinois se déroule à Pékin. Au cours de cet événement, arts martiaux, soirée de magie...

  • Marché des Miracles : de mars à décembre 2016

    Le Marché des Miracles (Il Mercatino dei Miracoli) est une brocante non-professionnelle organisée plusieurs fois par an à Venise. Ce marché aux antiquités se déroule sur le Campo Santa Maria Nova. Des particuliers viennent vendre des objets d’occasio...

  • Visite de l'histoire de Ré : de avril à décembre 2016

    Plusieurs dates et différents horaires sont proposés, gratuits ou payants afin de faire connaître les multiples facettes de l'île de Ré aux visiteurs (de l'île de privilège, en passant par l'île des paysans entre autres, pour finir sur une touche d'i...

  • Giardino Botanico Alpinia : de avril à novembre 2016

    L'ensemble des espèces botaniques de la région des Alpes se retrouvent lors de cet évènement. Des espèces provenant du Caucase et des régions asiatiques sont également présents.

  • Degustations de vin bio : de juin à décembre 2016

    Rejoignez-nous pour déguster nos vin bio et bio-dynamiques tous les samedi au Caveau Biofrais à Saint-Julien-en-Genevois

  • La baie de Malaga : de juillet à novembre 2016

    Laissez-vous emporter à bord du bateau "La Pinta" pour un tour paradisiaque en plein cœur de la baie de Malaga. Vous aurez une vue aussi imprenable qu'incroyable lors de la balade.

Voir tous les évènements