Voyager responsable



L'émergence du tourisme responsable

Le tourisme est un secteur en constante expansion, générateur d'énormes profits, les touristes sont ainsi toujours plus nombreux à parcourir la planète... des mouvements de population importants, à tel point que l'on parle depuis les années 60 de tourisme de masse ! Une activité humaine de masse, cela ne peut qu'avoir des répercussions sur la planète, un impact écologique réel, mais aussi une influence sur la vie des populations locales. Depuis quelques années, des problématiques telles que la protection de l'environnement, le développement durable, ou encore le commerce équitable ont émergé comme des enjeux majeurs de nos sociétés, tant dans leur fonctionnement présent que pour leur pérennité future. Dès lors, de par son poids grandissant, le tourisme ne pouvait qu'être confronté à ces enjeux, et la réflexion s'est engagée en direction d'un ''voyager autrement'', visant au minimum à réguler, au mieux à proscrire, les effets négatifs induits par cette activité. Il ne s'agit donc pas d'arrêter de voyager et de se replier sur soi-même, mais bien repenser un tourisme à outrance, peu soucieux de ses excès. De nombreuses notions se font jour, tourisme responsable, durable, équitable, solidaire, écotourisme... il n'est pas toujours évident de savoir de quoi on parle exactement, de mettre du sens derrière cette idée de voyager responsable. Quelques éclaircissements ne feront pas de mal !

Les effets négatifs du tourisme

Commençons par le commencement : à quels maux du tourisme revoie la notion de voyager responsable ? En certains endroits, les effets pervers du tourisme de masse sautent aux yeux : complexes hôteliers géants et bétonnage des littoraux, le paysage créé, tout inesthétique qu'il soit, n'empêche pas des foules de vacanciers de s'y presser... Un exemple emblématique, Bénidorm, l'une des toutes premières grandes stations balnéaires d'Espagne : regardez les photos, le résultat n'est pas franchement heureux ! Mais le tourisme engendre souvent des effets moins directement visibles pour les vacanciers, mais dont ces derniers doivent prendre conscience : -L'impact écologique : plages et bords de mer, montagnes et espaces naturels, le tourisme, par ses aménagements et ses pratiques, entraîne une forte pression sur les sites, menaçant leur équilibre écologique. -Le réchauffement climatique : le tourisme induit des déplacements, en voiture, en avion de plus en plus... ces importantes émissions de gaz à effet de serre ne sont pas anodines pour l'environnement. -L'impact sur les populations locales : le tourisme est notamment friand de soleil, ce dont regorge de nombreux pays du Sud... cependant, l'échange n'a parfois rien d'équitable, les locaux restant à l'écart des mannes financières, subissant une relégation au second plan ou ne figurant que pour le côté folklorique.

Le tourisme responsable et durable

Les effets négatifs du tourisme de masse sont donc certains, mais à quoi correspondent toutes ces belles notions visant à en corriger les défauts ? La plus générale d'entre elle, puisqu'elle les englobe toutes, est celle de tourisme responsable. Responsable de quoi au juste ? De la préservation de l'environnement, de la lutte contre le réchauffement climatique, des enjeux écologiques mais aussi humains, avec pour socle le respect des populations locales : respecter les droits humains donc, mais aussi s'assurer que ces dernières puissent elles aussi tirer profit de l'activité touristique, sans saccage des ressources. Des principes qui s'appliquent donc à toutes les formes de tourisme, partout où cette activité a lieu, autrement dit, aux quatre coins du globe. En définitive, le tourisme responsable en fait appel au bon sens, puisqu'il s'agit de s'efforcer à ne pas piller nature et hommes juste dans le but de passer de bonnes vacances ! La démarche s'inscrit donc totalement dans celle du développement durable. De ce fait, tourisme responsable et tourisme durable ne sont ni plus ni moins que des synonymes.

Tourisme équitable et solidaire

Nous avons tous au moins entendu parler de commerce équitable, et de nombreux produits qui en sont issus sont désormais présents sur nos étalages de supermarchés : les principes du commerce équitable est donc présent dans notre quotidien, alors pourquoi le mettre en oeuvre durant nos vacances également ? Le tourisme équitable est une autre manière de voyager responsable, en introduisant de nouvelles relations entre touristes et autochtones, afin de modifier les déséquilibres issus des rapports Nord-Sud. Pour ce faire, plusieurs facteurs importants entrent en ligne de compte, avec en premier lieu, le partenariat. De l'acteur local au voyagiste qui propose le séjour par exemple, des liens sont tissés et une réelle collaboration existe. Les profits générés par l'activité sont redistribués équitablement, et visent également à aider au développement local des structures socio-économiques. En bref, il s'agit de veiller à ce que les locaux ne soient pas spolier par une quelconque mise en tourisme de leur territoire, et récoltent eux-aussi les bienfaits d'une activité touristique concertée.

Les labels du tourisme responsable

Que l'on parle de tourisme responsable ou de tourisme équitable, la notion de transparence est d'une importance primordiale... il est facile de s'adjoindre une image ''responsable'' sans que cela n'ait la moindre conséquence son activité ! Malheureusement, il n'existe pas un label reconnu mais plusieurs associations produisant leur label, selon des normes et des critères qui peuvent varier. Pour certains, ce n'est pas assez, mais quelques labels, sans être des autorités absolues, permettent tout de même de savoir où l'on met les pieds. -L'ATES, Association du Tourisme Équitable et Solidaire (tourismesolidaire.org), est une association regroupant plusieurs dizaines de voyagistes sélectionnés selon des critères précis, attestant de leur engagement pour un tourisme équitable : partenariat avec les populations locales et développement du territoire comptent parmi de leurs priorités. Les voyagistes adhérents de l'ATES, grâce à leur nombre et leur diversité, proposent une large gamme de destinations à travers le monde. -L'ATR, Agir pour un Tourisme Responsable (tourisme-responsable.org), délivre quant à elle des labels certifiant l'engagement des opérateurs touristiques aux problématiques du voyage responsable et du tourisme solidaire. De nombreux critères entrent en compte et le label, reconnu par l'état, est délivré par l'AFNOR. Du sérieux donc !

L'écotourisme et l'écovolontariat

Parmi les thèmes du tourisme qui marchent fort, le tourisme vert figure en bonne place. Le tourisme vert consiste à passer ses vacances au plus près de la nature, à la campagne, dans les parcs naturels, etc... La démarche se rapproche donc de l'écotourisme (et de l'écotouriste), mais ce dernier s'inscrit avant tout dans le tourisme responsable : il sous-entend, en plus d'activités ''nature'', une action pour la protection de l'environnement et le bien-être des populations locales. Il s'agit donc de tourisme durable directement en lien avec la nature, qui se développe aussi bien en France que dans de nombreuses autres destinations. Pour en apprendre plus long sur l'écotourisme, ses pratiques, ses tenants et ses aboutissants, rendez-vous sur le site de l'AFE, l'Association Française d'Écotourisme (ecotourisme.info). L'écovolontariat consiste à partir en mission bénévole (mais généralement payante) pour des actions visant à la protection de la nature, auprès de professionnels. On s'éloigne donc un peu des pratiques du tourisme, mais pour les passionnés de protection de l'environnement, un écovolontariat représente de magnifiques vacances !

Voyage responsable et moyens de transports

Voyager responsable c'est également prendre conscience de l'impact écologique de nos déplacements, et par là-même, de chercher à limiter cet impact. -L'avion : compagnies low cost, séjours au bout du monde bradé, aller-retour le temps d'un weekend dans une capitale européenne... l'avion reste le moyen de transport le plus rapide et s'est massivement démocratisé pour partir en vacances. Mauvaise nouvelle, l'avion est aussi bon dernier au rang des moyens de transport les plus polluants ! Pour un simple vol, les émissions de CO2 par passager sont énormes... cependant, il est impossible de se passer totalement de l'avion pour voyager loin. Limiter son usage au maximum et prendre davantage de temps pour son trajet en utilisant d'autres transports moins polluants participent au tourisme responsable. -La voiture : seul en voiture, on pollue également beaucoup... surtout avec la clim ! Mieux vaut privilégier les déplacements en covoiturage pour limiter les effets nocifs de la voiture sur l'environnement, et de la remplacer dès que possible, en France comme à l'étranger, par les transports en commun : bus, métros, trains. -Le bus et le train : ils sont parfaits pour voyager responsable ! Certes, les temps de trajet sont plus longs pour le bus, mais aussi moins chers. Tout le monde vous le dira, les transports collectifs favorisent de plus les rencontres et le contact avec la population locale. -Le vélo : aucun impact écologique !

Hébergement et tourisme responsable

En ville comme à la campagne, un bon voyageur responsable prend également garde au lieu où il pose ses valises : qu'est ce qui est fait par tel ou tel hôtel ou gîte pour respecter et protéger l'environnement ? Éco-gîtes, éco-lodges, hôtels ou campings certifiés, les problématiques du tourisme responsable ont également touché les hébergements et leurs gérants. Ainsi, un certain nombre de mesures peuvent être prises par un hôtel pour préserver l'environnement : gaspiller moins d'eau (ex : laver les serviettes tous les jours), utiliser des matériaux alternatifs, limiter la consommation en énergie, trier les déchets, privilégier des plats locaux ou des produits bio, etc, etc... et ceci peut s'appliquer tout autant à un hôtel de centre-ville qu'à un gîte de rase campagne ! Une profusion de labels existent pour démarquer ces hébergements ''responsables'' des autres. Un bref passage en revue : -Gîtes Panda : à l'initiative de la WWF, gîtes ruraux et chambres d'hôtes situés principalement dans les parcs nationaux. -Écolabel Européen : tout plein de critères écolos pour distinguer hôtels et campings éco-responsables. -La Clef Verte : un peu partout en Europe et Afrique du Nord, un autre label environnemental. -Écogîtes : le nom du label parle pour lui-même. -Green Globe : un label international qui concerne de nombreuses structures touristiques, dont les hébergements.

Conseils pour voyager responsable

Des associations, des labels, des voyagistes... les acteurs du tourisme responsable sont là pour nous guider et nous sensibiliser, mais on voyage aussi souvent de manière autonome, sans intermédiaire. Ce qui n'empêche en rien d'adopter les principes du voyage responsable et durable durant ses vacances ! Quelques conseils pour voyager responsable : -Avant de partir, se renseigner sur l'histoire, les traditions et les us et coutumes de la destination. Sur place, cela évite d'adopter des comportements déplacés du point de vue de la culture locale ! -Limiter les déchets sur place, éviter les matières polluantes et non bio-dégradables, surtout en pleine nature. Ne pas abandonner de sacs poubelles, de détritus, ne rien jeter dans la mer... -Oublier autant que possible la maxime qui veut que le ''client est roi'' : l'arrogance ne donne jamais de bons résultats ! -Prêter attention à ses achats, privilégier l'artisanat et les produits du coin. -Changer des chaînes hôtelières pour donner leur chance aux hébergements proposés par des locaux. -Respecter la nature, éviter de tout toucher, déplacer, etc... en bref, adopter une présence discrète. -Limiter ses consommations de ressources sur place (eau, électricité, essence, etc...), pour la vie quotidienne en voyage comme pour les activités de loisir. -Donner la priorité aux moyens de transports collectifs, limiter les vols autant que possible.

Le tourisme responsable est-il plus cher ?

Beaucoup de belles intentions dans ce dossier, mais des considérations plus prosaïques rentrent souvent en jeu lorsque l'on prépare ses vacances... parmi les grandes questions, le budget tient une place de choix ! Ainsi, l'image qui colle à la peau du tourisme responsable et équitable et de ses acteurs, c'est qu'ils sont tout simplement plus chers que des opérateurs ''normaux'', et tout le monde n'a pas les moyens d'une conscience écolo ! Ce constat tient avant tout de l'idée reçue et n'est fondé sur aucun fait tangible ou étude. Rien ne montre que voyager responsable revienne plus cher : au contraire, il s'agit avant tout de faire des économies ! Du côté des voyagistes ou des structures d'hébergement, il est à espérer que ces mêmes économies se répercutent sur les prix, n'entraînant dans le meilleur des cas aucune hausse. Rien ne prouve que le tourisme responsable soit plus cher, et dans tous les cas, il s'agit aussi d'un investissement pour l'avenir de la planète, ce qui n'est déjà pas si mal !


Booking.com

Les deals du moment


Votre voyage







Booking.com

Actualités et événements incontournables

  • La donation - Tréméac : en 2016 jusqu'ennovembre

    L'exposition met en valeur une collection d'arts graphiques qui regroupe le dessin, la peinture, la photographie, le design, l'estampe. Les œuvres exposées possèdent leur originalité, avec la qualité en plus propre aux vrais artistes

  • Jardin remarquable de Baudouvin : de janvier à décembre 2016

    Un paradis vert pour la détente et pour les yeux, des animations aux thématiques diverses dont la liste est longue - tout cela concentré dans le Jardin remarquable de Baudouvin, un site qui a reçu plusieurs prix d'excellence.
    20 000 visiteurs ...

  • Le marché en fête à Beaune : de janvier à décembre 2016

    Différents commerçants sont présents pour vous offrir le meilleur de leurs récoltes. Viandes, fruits, légumes et fleurs attireront les de tout un chacun. Les horaires sont fixes durant toute l'année.

  • Zoo de bordeaux : de janvier à décembre 2016

    Le Zoo de Bordeaux à Pessac propose des tarifs à la portée de tous. Les amis de la nature et autres curieux pourront le visiter, y découvrir différentes espèces animales et rencontrer quelques animations.

  • La légende de Kung Fu : de janvier à décembre 2016

    La Légende de Kung Fu est un événement organisé tout le long de l'année. Ce grandiose spectacle organisé par des artistes de Kung-fu, et des talentueux décorateurs chinois se déroule à Pékin. Au cours de cet événement, arts martiaux, soirée de magie...

  • Marché des Miracles : de mars à décembre 2016

    Le Marché des Miracles (Il Mercatino dei Miracoli) est une brocante non-professionnelle organisée plusieurs fois par an à Venise. Ce marché aux antiquités se déroule sur le Campo Santa Maria Nova. Des particuliers viennent vendre des objets d’occasio...

  • Visite de l'histoire de Ré : de avril à décembre 2016

    Plusieurs dates et différents horaires sont proposés, gratuits ou payants afin de faire connaître les multiples facettes de l'île de Ré aux visiteurs (de l'île de privilège, en passant par l'île des paysans entre autres, pour finir sur une touche d'i...

  • Giardino Botanico Alpinia : de avril à novembre 2016

    L'ensemble des espèces botaniques de la région des Alpes se retrouvent lors de cet évènement. Des espèces provenant du Caucase et des régions asiatiques sont également présents.

  • Degustations de vin bio : de juin à décembre 2016

    Rejoignez-nous pour déguster nos vin bio et bio-dynamiques tous les samedi au Caveau Biofrais à Saint-Julien-en-Genevois

  • La baie de Malaga : de juillet à novembre 2016

    Laissez-vous emporter à bord du bateau "La Pinta" pour un tour paradisiaque en plein cœur de la baie de Malaga. Vous aurez une vue aussi imprenable qu'incroyable lors de la balade.

Voir tous les évènements