Les lieux du guide 250 idées de visite à Prague!
Banque des Légions (la façade)

Cet immeuble curieux abrite la Banque des Légions et est dû à Josef Gocar qui l'acheva en 1925. Sa façade est un très étonnant croisement de l'esprit cubiste et de la tradition locale: le portail colossal à pilastres rappelle nombre d'entrées d'édifices Renaissance et baroques. La frise historiée et les atlantes évoquent le monde du travail et de l'industrie, que la banque contribuait à développer.

Banque d'Investissement (Bâtiment Néo-Renaissance)

Au n° 20 de la rue piétonne et commerçante de Na Prikope, la Zivnostenska ou banque d'investissement, créée en 1868, fut le principal instrument financier de la bourgeoisie tchèque. Plusieurs de ses administrateurs jouèrent, du reste, un rôle politique important. Le palais actuel fut construit, en 1894-1896, pour la banque nationale dans un style néo-Renaissance. L'escalier monumental et surtout l'immense hall du premier étage méritent vraiment d'être vus. Le spectacle est unique : vous verrez une gigantesque verrière autour de laquelle ont été installées les personnifications des différentes régions [...]

Basilique Saint George

A l'intérieur du Château de Prague, la basilique Saint-Georges -qui date du 10ème siècle- surprend par l'écart de style qui existe entre la façade de la basilique et les deux clochers qui surgissent au second plan. Ceux-ci témoignent du passé roman du lieu alors que la façade sera baroquisée au 17ème siècle. On y reconnait des statues de la Bienheureuse Mlada, la première abbesse du couvent et du roi Vratislav 1er, le fondateur de la basilique. D'ailleurs, il tient la maquette de l'édifice entre ses mains. Le second niveau est décoré par un relief en stuc représentant Saint-Georges en train de [...]

Edifiée vers 1394, la chapelle de Bethléem résonne encore des nombreux sermons prononcés au début du XVe siècle par Jan Hus, recteur de l'université de Prague. Annexée par les Jésuites au XVIIe siècle, transformée en immeuble d'habitations au XIXe siècle la spacieuse chapelle, qui pouvait accueillir 3 000 personnes, sera fidèlement reconstruite dans les années 1950 d'après les dessins originels sauvegardés. Son architecture bien conservée témoigne de l'austérité des réformes voulues par Jan Hus et surprend face aux façades colorées de l'une des plus calmes et agréables place de la ville.

L'église Notre-Dame-des-Neiges, magnifique édifice gothique, mérite une halte. Elle fut édifiée en 1347 pour célébrer le couronnement de l'empereur Charles IV. S'il s'agit de la plus haute construction de Prague, elle ne représente que le chœur de l'édifice. Son nom lui vient d'un miracle survenu au IVe siècle lorsque la Vierge fit tomber de la neige en plein mois d'août. Elle offre aujourd'hui un agréable petit jardin, loin du flot des passants.

L'église de Notre-Dame-de-Tyn est, après la cathédrale Saint-Guy, l'édifice religieux le plus important de Prague. Le plus saisissant dans cette église, c’est la hauteur de son pignon et l’aspect de ses clochetons qui, depuis 1368, culminent tout de même à 80 mètres de hauteur au-dessus de la place de la vieille ville. Une extraordinaire statue en or massif de la Vierge orne sa façade. Vous pouvez visiter l’intérieur de l’église, c’est un bel exemple d’une église gothique complètement baroquisée. Un véritable petit théâtre, avec ses autels dorés, ses statues tourmentées et des tableaux pour les [...]

L'église Saint-Thomas fut fondée en 1285, par Venceslas II. Remaniée de nombreuses fois, son aspect actuel date du milieu du XVIIIe siècle. L'architecte Kilian Ignac Dientenhofer respecta la structure baroque du bâtiment mais seule sa flèche garde un aspect gothique. Le couvent abritait une brasserie. Aujourd'hui encore, on boit sous ses voûtes une bière brune réputée: U Tomase. La façade de l'église est l'une des plus spectaculaires de Prague. Elle adopte un profil extrêmement puissant et sculptural. Ne manquez pas d'admirer les fresques lumineuses de la coupole et du plafond ainsi que des copies [...]

L'Eglise Saint-Thomas est sans doute la plus encaissée de la ville. Elle est très différente de Saint-Nicolas, sa voisine. Autant cette dernière doit tout au 18e siècle, autant Saint-Thomas ne lui doit que son décor, plaqué en quelque sorte sur une structure qui remonte à la fin du 13e siècle, donc gothique. Les efforts déployés par le génial Dientzenhofer ne parviennent pas à nous le faire oublier. A l'intérieur, au premier coup d’œil, la pompe baroque est évidente, et les remaniements visibles. Le décor de la voûte est dédié aux épisodes de la vie de saint Augustin, et fut réalisé en 1730. Les [...]

Construit à la fin du XVIè siècle, l'hôtel de ville juif fut ensuite remanié en 1763 dans le style rococo. Il est l'un des rares monuments qui ont survécu aux travaux d'assainissement de ce quartier médiéval, entrepris au début du XXè siècle. Le rôle joué par la communauté juive dans la défense de la ville lors de l'invasion suédoise de 1648 lui gagna l'autorisation exceptionnelle d'ériger une tourelle munie d'une cloche et d'horloges sur leur hôtel de ville. Observez attentivement celle du pignon de la façade nord qui possède un étonnant cadran numéroté en hébreu. Cette langue s'écrivant de droite [...]

Bordant la face sud de l'église Notre-Dame-des-Neiges, le jardin franciscain est un véritable havre de paix et de recueillement au cœur d'un quartier très touristique. Ancien jardin médicinal d'un couvant franciscain, les herboristes amateurs pourront y découvrir des centaines de plantes cultivées par les moines au XVIIè siècle pour leurs préparations.

Bien protégé derrière ses hauts murs blancs, le parc Vojan est un véritable havre de paix. Planté par les sœurs du couvent des Carmes au XVIIè siècle, vous pourrez profiter de la quiétude des deux chapelles édifiées par la congrégation et qui ont miraculeusement survécue. L'une est consacrée au prophète Elie et prend les apparences d'une grotte, évocation de celle du mont Carmel, en Palestine. La seconde, dédiée à Sainte-Thérése, fut édifiée par les religieuses en remerciement d'avoir vu leur monastère préservé pendant le siège prussien de Prague (1757).

Créés en 1535 pour Ferdinand Ier, par l'architecte Spatio et l'horticulteur Francesco, les jardins royaux sont l'une des plus belles réalisations de la Renaissance d'Europe centrale. De nombreuses fois modifiés depuis leur création, certains éléments de l'architecture du XVIè siècle ont été miraculeusement préservés, notamment le Belvédère et le Jeu de Paume de 1569. On y cultivait des arbres exotiques (figuiers, pamplemoussiers) ainsi que les premières tulipes, qui feront la fortune des Pays-Bas. Se promener dans les jardins royaux est un véritable ravissement, surtout au printemps.

Le Musée Alfons Mucha est un petit musée mais il donne une idée de l’art de Mucha, le fils du pays. On peut y voir des affiches, surtout de Sarah Bernhardt, dont il fut l’artiste attitré, des croquis, esquisses, quelques peintures à l’huile et en prime une peinture de Paul Gauguin en caleçon jouant de l’harmonium !

Le Musée des Arts Décoratifs regroupe des collections depuis la fin du 19ème et abrite certainement les plus belles d'Europe Centrale. Vous trouverez des pièces françaises, italiennes et surtout Tchèques qui vont de l'antiquité jusqu'au 20ème siècle. Tissus, tapisseries, vases, verres, bijoux et pièces d'orfèvrerie. Attardez vous sur les bijoux et objets ""art nouveau"".

Réalisée par Josef Gocar en 1911-1912, la maison avant-gardiste de la Madone Noire, à l'angle de la rue Celetna et d'Ovocn trh. est un exceptionnel témoin architectural du style cubiste. Depuis 1994, vous pouvez y découvrir une intéressante exposition sur le cubisme tchèque (peinture, arts décoratifs, architecture). Vous pourrez reprendre des forces en vous installant au 1er étage, au café Orient, ouvert en 2005.

Plus connu sous le nom de villa Amerika, le pavillon d'été construit pour le comte Michna de Vacinov est une très belle réalisation de Dientzenhofer et constitue l'un des plus jolis édifices baroques profanes de Prague. La villa ocre et crème, d'une grande élégance possède un toit à deux étages et une lucarne surplombant la saillie formée par le centre de la façade. La décoration intérieure est surtout intéressante pour les fresques de Schor de 1720. La villa offre aujourd'hui un écrin superbe aux partitions, photographies et souvenirs du musée Dvorak qui possède en particulier son piano, son alto [...]

Le palais Morzin fut réalisé par Santini Aichl en 1714 et est une preuve de son génie. Santini-Aichl place la façade du palais à l'endroit même de la courbure de la rue. Par ailleurs, la façade est très originale avec sa division en trois parties : deux portails et un balcon au milieu. Au-dessus des portails vous voyez deux bustes de personnages. Ce sont des personnifications. Sur le portail de gauche, c'est la Nuit et sur celui de droite, le Jour. Mais le plus beau morceau de sculpture de cette façade -on ne voit qu'eux- ce sont ces deux beaux atlantes crépus, qui supportent le balcon. Le célèbre [...]

Le Palais Nostic est monumental car il devait refléter le rang de Johann Hartwig Nostic qui était devenu le second personnage du Royaume, après l'empereur. Le palais se compose de 4 corps de logis et de deux cours intérieures. Sa façade est étirée, massive et au fond assez épurée. Elle est rythmée par une multitude de fenêtres jumelées et par 12 pilastres monumentaux. En passant devant, jetez un œil aux chapiteaux assez curieux qui couronnent les pilastres: ce sont comme des masques grimaçant.

On accède au palais Sternberg par un corridor qui longe le palais archiépiscopal. L'édifice tel qu'il apparaît aujourd'hui s'inscrivait à l'origine dans un projet plus ambitieux, jamais abouti. Le bâtiment est remarquable par son pavillon elliptique donnant sur le jardin. Il abrite les très riches collections d'Art ancien européen (XIVe-XVIIIè siècles) de la Galerie nationale. Les écoles italiennes et du nord de l'Europe y sont largement représentées et comptent des œuvres majeures. Parmi les grands noms de la peinture exposés ici, on retiendra notamment ceux de Dürer, Mabuse, Cranach, Tintoret, [...]

Le Palais Thun-Hohenstein-Kolovrat achevé en 1725 est une des nombreuses réalisations de l'architecte Santini-Aichl. Ici, la difficulté pour l'architecte était de capter le regard des passants dans une rue en pente et étroite, sans recul. Car, quoi de plus inutile à Prague qu'un palais discret ! Il opta donc pour une longue façade dépouillée mais littéralement coupée en deux par la présence au centre d'un portail monumental flanqué d'un couple d'aigles monstrueux et agités réalisés par le sculpteur Matthias Braun, un autre grand nom de la scène artistique pragoise du 18e siècle. Ces deux aigles [...]

Le spectaculaire théâtre Vinhorady, installé sur la charmante place de Namesti Miru est un magnifique édifice Art nouveau de 1907 qui vaut le déplacement. Le bâtiment de style néo-baroque d'Alois Censky présente une ornementation Jugendstil. Sculptés par Milan Havlicek, les deux personnages ailés qui couronnent sa façade symbolisent le Drame et l'Opéra. De 1913 à 1920, son répertoire se développa dans une veine expressionniste très dynamique. Dès le 18 novembre 1989, le théâtre fut un des lieux de réunion du Forum civique de Vaclav Havel, ses acteurs en tête.

Voir tous les lieux du guide