Carte Kyoto

Kyoto est une ville moderne du Japon composée de nombreuses rues et ruelles remarquables parfois bondées de monde. Cette ville de la mégalopole japonaise comprend effectivement 1,5 million environ d'habitants. Pour mieux organiser votre séjour sur place, munissez-vous d'une carte pour ne pas vous perdre et pour facilement repérer les lieux.

Vous avoir une carte de Kyoto, rendez-vous à l'Office du tourisme, au nord de la gare de Kyoto, en plain-pied d'un immeuble, près de la tour de la ville. Vous pouvez également y prendre tous les documents nécessaires pour vous guider lors de vos vacances ou de vos séjours d'affaires. De plus, la carte de Kyoto, le plan de bus et d'autres documents y sont offerts gratuitement.

Pour le transport, si vous décidez de vous déplacer en bus, il est préférable d'avoir le plan « Bus Navi », disponible auprès du bureau municipal des autobus (Municipal Bus Office), juste près de la gare. Ce moyen de transport est effectivement très pratique pour organiser vos différents déplacements d'un lieu touristique à un autre, d'un quartier à un autre grâce aux différents arrêts. Grâce à cela, vous passerez alors par Ukyô-ku, Sakyô-ku, Kamigyô-ku, Nakagyô-ku ou encore par Minami-ku.


Les lieux du guide Kyoto
Le Pavillon d'Or

Le Pavillon d'Or, ou Kinkaku-ji Rokuon-ji comme on le connaît au Japon, est l'un des temples les plus connus du pays. Il est constamment sous l'assaut de centaines de touristes étrangers, et c'est aussi un point d'arrêt pour les Japonais qui visitent Kyoto. L'aspect de Kinkakuji est connu mondialement : il s'agit d'un pavillon en trois étages, dont deux sont recouverts de feuille d'or, et surmonté d'un phénix doré. Il est placé au milieu d'une pièce d'eau, le lac Miroir ainsi appelé parce qu'on y voit clairement le reflet du pavillon. Il est défendu d'entrer à l'intérieur du pavillon, qui contient [...]

Le château de Nijô

Le Nijô-jô n'est pas impressionnant comme le château de Himeji, mais il est néanmoins un détour recommandé pour le visiteur qui commence à se lasser des temples et des sanctuaires, qui sont ce que Kyoto présente comme attraction touristique principale. Le château se compose de deux séries de fortifications (chacune avec un mur et une douve), avec deux palais, le Ninomaru et le Honmaru. Le plus impressionnant, le Ninomaru, était la résidence à Kyoto des Shogun de la famille Tokugawa, et il est richement décoré avec de la feuille d'or et des panneaux coulissants peints. Le palais est presque entièrement [...]

La Tour de Kyoto

Située en plein centre de Kyoto, face à la gare, la Tour de Kyoto est idéalement placée pour observer l'ensemble de la ville. Depuis les deux observatoires, situés au sommet de la tour, à une centaine de mètres d'altitude, on peut même distinguer à l'aide des télescopes le lointain Pavillon d'Or. Les temples plus proches sont clairement visibles : Kiyomizu-dera à l'est, Tô-ji au sud, les deux Hongan-ji au nord, et même Tenryû-ji à l'ouest. Il est bien entendu recommandé de s'y rendre les jours clairs. A part l'observatoire, la tour comporte un hôtel à sa base, un restaurant, et plusieurs maga [...]

Kiyomizu-dera

Vaste complexe particulièrement apprécié des touristes asiatiques, Kiyomizu-dera est un temple magnifique qui surplombe la ville. Deux rues mènent à l'entrée du temple, qui sont pleines de boutiques de souvenirs principalement dédiées aux touristes. Le temple se divise en de nombreux bâtiments. La véranda principale, soutenue par des dizaines de piliers en bois, offre une vue spectaculaire sur la ville. Plusieurs points de vue ont été aménagés pour permettre aux visiteurs de s'extasier devant le paysage. La plupart des bâtiments sont richement colorés de rouge et de vert. A l'intérieur, des statues [...]

Tô-ji, le temple de l'est, se trouve au sud-ouest de la gare de Kyoto. Le temple est doté d'un grand jardin, avec un étang et des tortues, au fond duquel se trouve une célèbre pagode à cinq étages, la plus haute du Japon. Elle est l'attraction principale du temple, reconnue à travers tout le Japon, mais Tô-ji renferme d'autres curiosités intéressantes. Le temple fait presque office de musée (et, comme dans un musée, il est interdit de prendre des photos à l'intérieur) : des statues de bouddhas et de divinités inspirées de la mythologie indienne - notamment Yakushi Nyorai représenté avec ses douze [...]

La gare de Kyoto

Récente et futuriste, la gare JR de Kyoto est l'un des centres urbains de Kyoto. C'est un quartier plus jeune que la moyenne, grâce à ses nombreuses galeries marchandes en tous genres. Le sous-sol de la gare est occupé par deux galeries différentes, et les bâtiments mitoyens qui s'étendent sur une dizaine d'étages contiennent eux aussi plusieurs grands magasins. Du côté de la sortie Hachijô, au rez-de-chaussée de la gare, une galerie plus traditionnelle aligne restaurants typiquement japonais et boutiques de souvenirs. Il est possible d'y prendre un repas rapide et bon marché, avant de prendre [...]

Otagi Nenbutsu-ji

Inconnu de la plupart des guides touristiques, ce temple à moitié sauvage est pourtant un véritable trésor caché. Il faut une petite randonnée pour l'atteindre, mais dès que l'on passe les deux statues à l'aspect féroce qui gardent l'entrée, le temple est très agréable. On y est accueilli par plus de 1200 courtes statues, chacune dotée d'un caractère différent. Toutes ont été sculptées il y a quelques décennies par des amateurs sous les ordres d'un grand maître de la sculpture, Nishimura Kocho. Il est possible de passer des heures à regarder les différentes statues, sans être dérangé par quiconque. [...]

Le sanctuaire Heian Jingû

L'entrée du sanctuaire Heian Jingû ne peut pas se rater. Le torii qui sert de portail est l'un des plus grands du Japon, et sa couleur rouge le rend repérable de très loin. Le sanctuaire lui-même, une centaine de mètres derrière le torii, est également peint en rouge, avec des toitures vertes, qui lui donnent une apparence assez unique. La cour est très vaste, et l'accès y est gratuit. C'est l'accès aux jardins, derrière le sanctuaire, qui est payant. Mais le prix n'est pas considérable, et vaut amplement le spectacle. Les jardins sont divisés en quatre parties, chacune désignée par un point cardinal. [...]

Nanzen-ji

Nanzen-ji est un complexe de plusieurs temples de petite taille, ce qui en fait le temple Zen le plus important du Japon. Son entrée, la porte San-mon, est l'une des trois plus larges du Japon, et est surmontée d'un étage auquel on peut accéder moyennant 500 yens, et qui contient à part des images de bouddha, d'hommes saints et bodhisattvas un superbe plafond peint. Un autre bâtiment, le Hojo ("les quartiers de l'abbé") est remarquable pour ses écrans dépeignant des paysages chinois, qui appartenaient au palais impérial. Son jardin zen de pierres et de sable est également connu. Le Nanzen-in [...]

Eikan-do Zenrin-ji

Le Temple aux Feuilles d'Erable est l'un des plus grands temples de la secte bouddhiste Jodo. Des canards peu farouches se promènent dans les allées du parc, centré autour d'un petit lac, at autour duquel est construit le temple. Le temple est composé de plusieurs bâtiments principaux. Amida-do, le plus lointain de l'entrée, est celui qui contient la célèbre statue Mikaeri Amida, un Bouddha qui regarde en arrière. Plus haut dans la montagne, la haute pagode Taho-tô surplombe Kyoto. Miei-do contient un autel et de superbes décorations bouddhiques dorées, qu'il est malheureusement interdit de photographier. [...]

Nison-in

Bâti sur les flancs d'Arashi-Yama, la montagne des tempêtes, Nison-in est un temple relativement peu fréquenté. On y vient notamment pour admirer les icônes jumelles de deux saints du panthéon bouddhique : Amida Nyoai et Shaka Nyorai. Les Japonais s'y déplacent surtout en automne pour contempler les arbres, dont les couleurs sont particulièrement réputées. Il est également permis de sonner la grande cloche en bronze du temple, laquelle a le pouvoir d'exaucer certains voeux. Pour ce faire, il faut frapper dedans avec une poutre suspendue, à la manière des rituels des moines bouddhistes qui ont [...]

La forêt de bambous à Arashiyama

Non loin de la gare d'Arashiyama se trouve une forêt de hauts bambous, traversée par une large allée. Bien qu'elle ne soit pas très étendue, elle reste assez impressionnante, la hauteur de certains bambous dépassant facilement la vingtaine de mètres. Il n'est pas possible d'entrer dans la forêt elle-même, qui est protégée par des barrières elles aussi en bambou. La forêt est fréquemment traversée par des tireurs de pousse-pousse qui transportent jusqu'à deux personnes dans leur chariot. Il est possible de louer leurs services pour dix, quinze minutes, jusqu'à une heure - ils font alors visiter [...]

Tenryû-ji

Une allée pavée mène à l'entrée principale du temple zen Tenryû-ji. Elle est longée de petits temples qui servent d'habitation à des moines, et qu'il est impossible de visiter. Le parc qui entoure le temple est réputé, il aurait été l'oeuvre de Muso Soseki, au quatorzième siècle. Le reste du temple est assez classique, mais les figures de démon en métal qui reposent sur le sol de la cour du temple sont toujours amusantes. Le parc a une sortie secondaire qui donne sur la forêt de la montagne Arashiyama. Il est possible de sortir par là, puis de découvrir dans les environs le petit temple Jojakko-ji, [...]

Shijô-Kawaramachi est l'intersaction entre deux avenues principales de Kyoto : Shijô-dôri ("la quatrième avenue") et Kawaramachi-dôri, une rue qui longe la rivière Kamo-gawa. C'est entre ce croisement et le croisement entre Kawaramachi-dôri et Sanjô-dôri que se concentre toute une partie de la vie de la ville. C'est là que l'on trouve les grands magasins, galeries commerciales, ainsi que des distraction japonaises classiques telles que des arcades de jeux ou des karaokes (le plus grand d'entre eux, le Shidax, ne peut pas se rater). L'avenue regorge également de restaurants de très bonne qualité [...]

Pontochô

Pontochô est un quartier nocturne, coincé entre la rivière Kamo-gawa et Kawaramachi-dôri, et s'étendant de Shijô à Sanjô. L'entrelacs de ruelles serrées n'est pas forcément rassurant, mais le quartier est extrêmement sûr et calme. De petites portes s'ouvrent sur des restaurants, qui peuvent aller du yakitori bon marché au restaurant de haute qualité et hyper-select - c'est pourquoi il vaut mieux regarder le menu à l'entrée et s'abstenir s'il n'y en a pas. On trouve aussi des salons de thé. Pontochô a aussi été un quartier de geisha, et il est possible (bien que très rare) d'en voir. Certains établissements [...]

Le sanctuaire Yasaka

Yasaka est l'un des très rares sanctuaires shintoïstes de Kyoto, pourtant réputée pour ses temples bouddhistes. C'est pourtant l'un des plus importants bâtiments religieux de la ville : de là part, chaque année, la Gion Matsuri, une fête vieille de plus de mille ans. Dans l'allée à l'entrée du sanctuaire se trouvent de nombreux étals qui vendent des souvenirs "typiquement japonais", mais souvent pour un prix élevé. Dans la cour, il est possible d'acheter des prédictions, ou des porte-bonheur. Comme dans les temples, il est aussi possible de faire ajouter une calligraphie portant le nom du sanctuaire [...]

Ninna-ji

Le temple Ninna-ji n'est pas souvent visité par les touristes, bien qu'il soit intéressant. L'accès aux cours du parc est gratuit (bien que l'accès au temple lui-même ne le soit pas), et permettent de profiter de plusieurs attractions assez uniques. Ainsi, une pagode à cinq étages trône au milieu d'un bosquet de cerisiers nains. Le temple est décoré de panneaux coulissants dorés et peints. Derrière le temple, dans les collines, se trouve une reproduction du célèbre pèlerinage de Shikoku, qu'il est possible de parcourir en moins de deux heures. C'est un petit trajet amusant, qui permet de se mettre [...]

Daitoku-ji

Daitokuji est un large complexe de 25 petits temples, qui réunis forment une sorte de village bouddhique. Il n'est pas possible et pas forcément intéressant de tous les visiter, à moins d'être passionné d'architecture zen, mais certains temples présentent des particularités. Ainsi, Koto-in est particulièrement beau en novembre, quand les feuilles de ses érables changent de couleur et se mettent à tomber. Daisen-in possède un jardin de pierres et de sable dans le même style de celui de Ryôan-ji, mais sans la même foule, ce qui peut faire un plus. Ryôgen-in est doté du plus petit jardin zen du monde, [...]

Jingo-ji

C'est en partie parce qu'il est en retrait, perché sur le mont Takao, que le temple Jingo-ji n'est pas souvent visité par les touristes. Ce qui est dommage : Jingo-ji présente un paysage à couper le souffle, un décor incroyable, au dessus de la rivière Kiyotaki-gawa et de la vallée dans laquelle se trouve le petit village de Kiyotaki. C'est surtout en été, quand il est agréable de se promener dans la montagne, et en automne quand les feuilles changent de couleur, que Jingo-ji reçoit le plus de visiteurs japonais. Les arbres, en particulier ceux qui bordent les marches qui mènent au temple, se [...]

Non loin des calmes contreforts de la montagne Arashiyama, Rakushisha est un petit îlot de tranquillité dans Kyoto. C'est l'ancienne demeure d'un célèbre poète de Haiku, Mukai Kyorai, qui l'a bâtie avec de l'argile il y a près de quatre siècles. Rakushisha est un haut lieu de la poésie japonaise, et on peut y voir des Japonais qui s'essaient à l'art du Haiku installés sur les bancs ou les pierres du petit jardin. Certaines pierres comportent des inscriptions : ce sont des poèmes rédigés par le maître de Kyorai, Matsuo Basho. A l'intérieur de la hutte de Kyorai, d'autres Haiku sont calligraphiés, [...]

Moins connu et moins visité que son homologue doré, le Pavillon d'Argent (Ginkaku-ji Jishô-ji comme on l'appelle en Japonais) est d'un genre tout à fait différent. Le temple n'est pas décoré d'argent, son surnom lui vient de la couleur du sable utilisé dans le jardin quand la lune vient se refléter dessus. Ginkakuji est un temple zen, décoré avec un jardin de sable et de pierres. Un cône de sable tronqué se trouve à l'entrée, il est dit qu'il symbolise le mont Fuji. Le sable et les bâtiments du temples sont eux-mêmes perdus dans un jardin de mousses, parsemé de petits points d'eau. Il est possible [...]

Voir tous les lieux du guide