Les lieux du guide Prague et ses édifices religieux
Chapelle de Bethléem

Edifiée vers 1394, la chapelle de Bethléem résonne encore des nombreux sermons prononcés au début du XVe siècle par Jan Hus, recteur de l'université de Prague. Annexée par les Jésuites au XVIIe siècle, transformée en immeuble d'habitations au XIXe siècle la spacieuse chapelle, qui pouvait accueillir 3 000 personnes, sera fidèlement reconstruite dans les années 1950 d'après les dessins originels sauvegardés. Son architecture bien conservée témoigne de l'austérité des réformes voulues par Jan Hus et surprend face aux façades colorées de l'une des plus calmes et agréables place de la ville.

Chapelle des Miroirs

Dans la troisième cour du Clementinum se trouve la chapelle de l'Annonciation, dite chapelle des Miroirs, en raison de son exceptionnel décor de stucs dans lesquels sont insérés des miroirs. Œuvre de Frantisck Kanka, elle sert aujourd'hui de salle de concerts.

Chapelle Italienne

Appelée aussi chapelle italienne de l'Assomption de la Sainte-Vierge, cet édifice est atypique. Construit entre 1590 et 1597 pour les premiers italiens installés à Prague, il se signale par un plan ovale inhabituel en Bohême pour l'époque. Ottavio Mascherino, architecte au service du pape, pourrait être son concepteur. C'est l'une des trois églises du Clementinum mais n'est que très rarement ouverte au public.

Cimetière de Vyšehrad

Le cimetière national de Vysehrad fut fondé en 1660 et agrandit dans les années 1870 sur une éminence rocheuse dominant la Vltava. Son emplacement garde une grande signification historique et mythologique pour le peuple tchèque. Les autorités municipales décidèrent d'y regrouper les sépultures de personnalités (politiques, militaires, artistiques) du pays. On en compte environ 600 dont celles de Dvorak, Smetana, Mucha...Les petites bougies allumées à la nuit tombée sur les tombes parent le vieux cimetière de Vysehrad d'une atmosphère magique.

Construit en 1679 pour accueillir les victimes de la peste, le cimetière d'Olsany fut agrandi au XIXe siècle et se vit entouré d'autres lieux de sépultures. Ceux-ci comprennent un cimetière russe et un cimetière juif où repose Franz Kafka dans la rangée 21. Plus grand cimetière de la ville, on reste surpris et charmé par la nature envahissante qui recouvre la plupart des tombes.

Fondée en 993 par le prince Boleslav II et saint Adalbert, le couvent bénédictin de Brevnov fut le premier couvent masculin de Bohême. L'essentiel des édifices actuels furent dessinés par les grands architectes baroques Krystof Dientzenhofer et son fils Kilian Ignac. Avec la crypte de l'église Sainte-Marguerite, la salle des Prélats, au plafond orné d'une magnifique fresque de 1727, est l'élément le plus remarquable des bâtiments conventuels. A visiter donc.

Très pieuse, la sœur de Venceslas Ier fonda en 1234 un couvent de Clarisses, ordre féminin inspiré de celui des Franciscains et éleva l'un des premiers bâtiments gothiques de Bohême. Tombé à l'abandon à la fin du XVIIIè siècle, le couvent Sainte-Agnès-de-Bohême dut être entièrement restauré dans les années 1960. Il abrite aujourd'hui la remarquable collection d'art médiéval de Bohême de la Galerie nationale. La chapelle, traitée acoustiquement, a été convertie en salle de concerts. C'est un lieu magique, très prisé par les amateurs de musique de chambre.

L'église du Très-Sacré-Cœur-de-Notre-Seigneur est une construction étonnante qui diffère des autres églises de Prague. Cet édifice monumental à nef unique en briques, granit et céramiques trône au milieu de la magnifique place Georges de Podebrady. Débutée en 1928, elle fut offerte en 1933 sous la direction de l'architecte slovène Joze Plecnik, qui fut aussi chargé de la rénovation du château de Prague après la guerre. D'apparence moderne, elle s'inspire des basiliques du début de la chrétienté.

Eglise Notre-Dame-de-la-Victoire (ou de l'enfant Jésus de Prague)

Appelée aussi l'Eglise de l'Enfant Jésus de Prague, cette église Notre Dame de la Victoire fut en 1613 le premier édifice baroque de la ville. Occupée par les luthériens de la communauté allemande jusqu'à la bataille de la Montagne Blanche (1620), elle passa ensuite sous l'autorité des Carmélites qui la renommèrent église Notre-Dame-de-la-Victoire afin de célébrer cette victoire catholique sur l'hérésie protestante. L'aspect architectural d'aujourd'hui date de 1640. L'intérieur reprend le plan traditionnel des églises romaines baroques. Mais l'église est surtout célèbre dans le monde entier pour [...]

Eglise Notre-Dame-des-Neiges

L'église Notre-Dame-des-Neiges, magnifique édifice gothique, mérite une halte. Elle fut édifiée en 1347 pour célébrer le couronnement de l'empereur Charles IV. S'il s'agit de la plus haute construction de Prague, elle ne représente que le chœur de l'édifice. Son nom lui vient d'un miracle survenu au IVe siècle lorsque la Vierge fit tomber de la neige en plein mois d'août. Elle offre aujourd'hui un agréable petit jardin, loin du flot des passants.

Eglise Notre-Dame-de-Tyn

L'église de Notre-Dame-de-Tyn est, après la cathédrale Saint-Guy, l'édifice religieux le plus important de Prague. Le plus saisissant dans cette église, c’est la hauteur de son pignon et l’aspect de ses clochetons qui, depuis 1368, culminent tout de même à 80 mètres de hauteur au-dessus de la place de la vieille ville. Une extraordinaire statue en or massif de la Vierge orne sa façade. Vous pouvez visiter l’intérieur de l’église, c’est un bel exemple d’une église gothique complètement baroquisée. Un véritable petit théâtre, avec ses autels dorés, ses statues tourmentées et des tableaux pour les [...]

Eglise St-Thomas

L'église Saint-Thomas fut fondée en 1285, par Venceslas II. Remaniée de nombreuses fois, son aspect actuel date du milieu du XVIIIe siècle. L'architecte Kilian Ignac Dientenhofer respecta la structure baroque du bâtiment mais seule sa flèche garde un aspect gothique. Le couvent abritait une brasserie. Aujourd'hui encore, on boit sous ses voûtes une bière brune réputée: U Tomase. La façade de l'église est l'une des plus spectaculaires de Prague. Elle adopte un profil extrêmement puissant et sculptural. Ne manquez pas d'admirer les fresques lumineuses de la coupole et du plafond ainsi que des copies [...]

Eglise St. Thomas (Mala Strana)

L'Eglise Saint-Thomas est sans doute la plus encaissée de la ville. Elle est très différente de Saint-Nicolas, sa voisine. Autant cette dernière doit tout au 18e siècle, autant Saint-Thomas ne lui doit que son décor, plaqué en quelque sorte sur une structure qui remonte à la fin du 13e siècle, donc gothique. Les efforts déployés par le génial Dientzenhofer ne parviennent pas à nous le faire oublier. A l'intérieur, au premier coup d’œil, la pompe baroque est évidente, et les remaniements visibles. Le décor de la voûte est dédié aux épisodes de la vie de saint Augustin, et fut réalisé en 1730. Les [...]

Eglise Ste-Ludmilla

L'église Sainte-Ludmilla (1888-1893) se trouve au centre de la jolie place de Namesti Miru. Flanquée de deux tours octogonales de 60 mètres de hauteur, ce sanctuaire néogothique fut dessiné par Josef Hocker. Le relief du tympan principal est l'œuvre du célèbre sculpteur Josef Mylsbek.

Eglise St-Jacques

Située dans le quartier de la Vieille-Ville, l'église Saint-Jacques était à l'origine l'église gothique (XIVe siècle) du couvent des Frères mineurs. On la remania dans le style baroque après l'incendie de 1689 qu'auraient allumé des agents de Louis XIV. La transformation de l'intérieur, avec l'ajout de vingt autels latéraux est une superbe réussite et sa longue nef donne à l'église, dotée d'un orgue de grande facture, une excellente acoustique. Ne manquez surtout pas d'aller admirer ce qui est sans doute le plus beau tombeau baroque de Bohême (1714), celui du comte Vratislav de Mitrovice, œuvre [...]

L'église Saint-Jean-sur-le-Rocher, malgré sa taille modeste mérite votre attention. C’est une œuvre audacieuse avec sa coupole centrale et ses deux flèches sur la façade occidentale. Construite en 1730 par Dientzenhofer, ne manquez pas d'admirer le bel escalier monumental extérieur réalisé par Schmidt pour une confrérie d'artisans de la Nouvelle-Ville. Les statues de la façade dues à Seeling datent de 1880. La statue en bois du maître-autel de Saint-Jean-Népomucène est le modèle sculpté par Jan Brokof pour la statue en bronze de 1683 érigée sur le pont Charles.

Eglise St-Nicolas de la Vieille-Ville

L'Eglise Saint-Nicolas-de-la-Vieille-Ville est une église exceptionnelle qui vous replongera dans le baroque tchèque du 18e siècle. Dès le 12e siècle, il y avait ici une église dédiée à saint Nicolas -le patron des commerçants. Bien sûr, elle était romane. Celle qui est sous nos yeux est plus récente, elle est baroque et date de 1737. C’est à Kilian Ignaz Dienzenhofer, le grand architecte du baroque pragois que l’on doit sa construction. Avec Notre-Dame-de-Lorette et l’église Saint-Nicolas-de-Mala-Strana, elle figure au rang des plus belles églises de Prague. Le plan est original. L’architecte [...]

Eglise St-Pierre-et-Paul

Edifiée à proximité du parc de Vysehrad, l'église Saint-Pierre-et-Paul a été fondée dans la seconde moitié du XIe siècle par Vratislav Ier. Souvent reconstruite, ce sanctuaire est de style néogothique depuis les années 1890. On ajouta ses deux tours en 1902. Remarquez à l'intérieur un sarcophage du début du XIIe siècle, supposé être celui de saint Longin, ainsi qu'une Madone de l'Humilité datant du XIVe siècle, qui représente la Vierge assise.

Synagogue Espagnole

La première synagogue de Prague, connue sous le nom de Vieille Ecole, s'élevait à cet endroit. Elle était au XIe siècle le centre de la communauté juive de rite oriental. Il ne reste rien de la Vieille Ecole et le sanctuaire actuel date de la seconde moitié du XIXe siècle. L'extérieur mêle styles mauresque et Renaissance et possède à l'intérieur une riche décoration en stucs inspirée de celle de l'Alhambra de Grenade, d'où le nom de synagogue Espagnole. Autrefois fermée au public, elle abrite aujourd'hui une exposition permanente consacrée aux juifs de Bohême.

Synagogue Maisel

Financée par Maisel dans les années 1570, la synagogue Haute communiquait à l'origine avec l'hôtel de ville juif. Le sanctuaire ne reçut sa propre entrée et son escalier qu'au moment de leur séparation au XIXe siècle. La salle principale, située au premier étage, d'où son nom de synagogue Haute, a conservé son plafond à voûtes et sa décoration magnifique de stucs Renaissance. Vous pourrez y admirer de splendides rideaux destinés à être suspendus dans la partie antérieure des tabernacles, au contact des rouleaux de la Torah.

De style haut baroque, la synagogue Klaus présente une remarquable voûte en berceau richement décorée de stucs. Elle abrite aujourd'hui, outre une collection de manuscrits et d'imprimés en hébreu, une exposition retraçant l'histoire des traditions juives en Europe centrale depuis le début du Moyen Age. De nombreux personnages importants de la communauté juive de Prague y apparaissent comme Rabbi Löw qui, selon la légende, aurait donné vie au XVIè siècle au célèbre golem. Adjacente à la synagogue, ne manquez pas d'aller voir l'ancienne salle des cérémonies (1906) de la confrérie du Dernier Devoir [...]

Voir tous les lieux du guide