Carte Tunis

Vous pouvez très bien organiser votre séjour à Tunis en planifiant votre parcours et en établissant un emploi du temps bien organisé pour assurer une découverte réussie de la ville. Cela n'est pas compliqué, car il suffit de se munir d'une carte pour vous montrer rues, banlieues et lieux intéressants. Pour cela, vous pouvez télécharger des cartes en ligne ou encore vous rendre à l'Office du tourisme à la gare SNCFT de Tunis pour obtenir des plans gratuits. Sinon, achetez la carte à prix public auprès des magasins tunisiens.

Une fois sur place, vous pouvez également acheter des cartes routières pour mieux organiser vos déplacements. Grâce à cela, vous pourrez choisir entre le train, le bus ou encore le métro. À titre d'information, le train local commence son parcours à Tunis, avec ensuite le second arrêt à La Goulette et le terminal à La Marsa. Le métro, quant à lui, a cinq lignes dont la ligne 4, 0, 45DT qui peut mener au musée du Bardo. Le bus est également très pratique, car il relie tous les alentours de la ville à son centre.

Grâce à la carte, vous pourrez donc facilement repérer les lieux incontournables tunisiens comme le Musée National du Bardo, à la sortie de la ville vers Bizerte et Beja. Il y a également Ed-Bar, une institution commerciale de la Médina dans la rue Sidi Ben Arous. Pour ceux qui veulent mieux connaitre la nature de Tunis, il y a également le parc de Belvédère au nord de la ville nouvelle de Tunis.


Les lieux du guide Tunis
Le musée nationale du Bardo- Tunis

Située à la sortie de la ville vers Beja et Bizerte, ce musée a été crée en 1882 dans l'un des pavillons du palais de beylical. C'est l'un des plus importants musée du Maghreb, avec ses beaux plafonds peints à la mains, ses ornements majestueux et ses boiseries, il rassemble de nombreux objets et trésors archéologique de toute la Tunisie et surtout la plus belle collection de mosaïques du monde qui proviennent des sites les plus réputés de Tunisie (Carthage, Sousse, Dougga, etc...). Cependant, la visite de ce musée est très désordonnée car malgré les différentes périodes historiques qu'il présente [...]

Ed-Dar

Située dans la rue Sidi Ben Arous, il ne faut pas manquer de passer par cette maison du XVe siècle, sorte d'institution commerciale de la médina : une réputation soulignée les recommandations de l'Office Nationale de l'Artisanat. Sur plusieurs étages, le foisonnement d'objets laisse songeur, tant par leur nombre que par leur diversité. Difficile de définir Ed-Dar, qui pourrait au final s'apparenter à un musée, à la différence près qu'ici tout peut s'acheter. Boucles d'oreilles, bracelets, bagues ou colliers, le choix en matière de bijoux est large, tout comme il l'est également en ce qui concerne [...]

Parc du Belvédère

Le parc du Bevédère se situe tout au nord de la ville nouvelle de Tunis. On y accède en empruntant l'avenue de Paris, qui croise l'avenue Bourguiba, puis en poursuivant son prolongement l'avenue de la Liberté. On profitera de ce trajet pour apprécier quelques belles façades d'immeubles, notamment avenue de Paris, mais également en partant vers l'avenue Habib Thameur et les rues adjacentes. Au nord de l'avenue Bourguiba se sont implantés les quartiers aisés de Tunis. Pour ceux qui n'auraient pas le courage de rallier le parc à pied, le métro y mène également. Plus grand parc de Tunis, il fût aménagé [...]

Tourbet el-Bey

Un tourbet désigne un mausolée, et le tourbet el-Bey est le plus imposant de toute la ville de Tunis. Il se situe dans le partie sud de la médina, à l'angle de la rue qui porte le même nom et de la rue Sidi Essourdou. Dans cet impressionnant édifice surmonté de coupoles ont été inhumé durant plus de 250 ans la quasi totalité des souverains de la lignée des Husseinites, dynastie tunisienne établie de 1705 à 1957, l'une des plus longues de l'histoire du pays. C'est sous Ali Bey II que le mausolée est constitué, milieu XVIIIe. Différentes salles le composent, où se retrouvent les tombeaux des anciens [...]

Le TGM est une ligne de chemin de fer servant à relier Tunis la capitale à ses banlieues nord. Le sigle TGM signifie Tunis Goulette Marsa. Dès le XIXe siècle, la construction de liaisons en train entre Tunis et ses environs fait l'objet d'une vive concurrence économique, c'est une compagnie anglaise qui aménage les premiers trajets, d'abord Tunis-la Goulette, puis Tunis-La Marsa, entre 1872 et 1874. Les premiers tracés furent par la suite modifiés, notamment la liaison vers la Goulette qui à partir de 1905 traverse le lac de Tunis par une digue, raccourcissant de ce fait grandement le temps de [...]

Mosquée es Zitouna

Au coeur de la médina de Tunis, la mosquée es Zitouna ou mosquée de l'olivier, est la mosquée la plus importante de Tunis, la deuxième de Tunisie et l'une des plus réputée du Maghreb. Bâtie en 732 puis reconstruite au fil du temps, son minaret de style almohad est haut de 44 m et date de1894. Elle peut accueillir 2000 fidèles dans sa vaste salle de prière avec ses lustres et ses colonnes antiques. Entourée des souks de la ville, cette mosquée est magnifique, reflet de la civilisation musulmane, elle se compose d'une coupole, d'une bibliothèque de style turc et d'une galerie orientale, à l'époque, [...]

La Marsa

La Marsa se situe sur la côte nord de Tunis, à environ 18 kilomètres de la capitale, première ville après Sidi Bou Saïd. Le décor n'est d'ailleurs pas le même, Marsa, qui compte tout de même plus de 75000 habitants, étant une station balnéaire huppée. Pour s'en convaincre, il suffira de traverser le quartier de Marsa Cube, où la plupart des habitations sont en fait des villas. Déjà au temps de Carthage, Marsa, qui répondait au nom de Megara, était un faubourg de la capitale punique. Son cadre exceptionnel eut tôt fait de séduire la haute société en villégiature du XIXe siècle et les beys de Tunis [...]

La rue du Tribunal s'étend dans la partie nord de la médina de Tunis, en direction de la place Bab Souika et de la mosquée Sidi Mahrez. Plusieurs établissements culturels sont établis dans cette rue, dans de belles demeures appelées ici dar. Le Dar Lasram date de la fin du XVIIIe siècle et respecte la norme architecturale des demeures de l'époque, un patio qui dessert quatre chambres, avec comme particularités des influences andalouses et italiennes (+216 71 561 409, entrée libre, horaires variables selon saisons). Le Dar Lasram abrite l'Association de sauvegarde de la médina (www.asmtunis.com). Les [...]

Gammarth

Gammarth fait partie de la banlieue nord de Tunis. Le littoral au niveau de Gammarth est un site magnifique : les longues plages de sable fin, le golfe de Tunis et le bleu Méditerranée, la forêt qui recouvre le bord de mer... Malheureusement (ou heureusement selon les goûts), Gammarth est depuis maintenant de nombreuses années la cible de projets immobiliers d'envergures, qui ont consisté et consistent encore aujourd'hui à édifier de gros complexes hôteliers de luxe, ou à faire surgir de terre des quartiers résidentiels destinés à des habitants aisés. Bref, l'urbanisation va bon train, et Gammarth [...]

Bab el-Bahr (porte de France)

Bab el-Bahr est un monument symbolique de l'organisation urbaine de Tunis héritée de son histoire : érigée au centre de la place des Victoires, cette porte marque la frontière orientale de la vieille ville de Tunis, tandis qu'au delà s'étend la ville coloniale. Bab el-Barh, qui signifie porte de la Mer en raison de son orientation face au lac de Tunis, portait le nom de porte de France sous le protectorat français. Bab el-Bahr constituait l'un des accès à la cité aghlabide entourée de remparts, mais ces derniers furent mis à bas par l'administration française au XIXe siècle, et la porte se dresse [...]

Avenue Habib Bourguiba

L'avenue Habib Bourguiba est l'axe principal structurant la ville coloniale, qui compose la partie est de Tunis : l'avenue fût pensée à l'époque sur le modèle des Champs Elysées. Au milieu de l'avenue un large terre plein fait office de balade piétonnière, agrémentée de bancs et de palmiers. Imposante et particulièrement entretenue, l'avenue Bourguiba est conçue comme le symbole d'une Tunis moderne. On déambule le long de l'avenue Bourguiba principalement pour apprécier l'architecture originale de certains des bâtiments qu'elle borde, des immeubles à façades Art-déco aux réalisations plus récentes, [...]

plusieurs lignes de métro de la ville dans cette station principale. On appelle d'ailleurs à Tunis métro ce qui est au final un tramway, plutôt agréable d'utilisation. La place de Barcelone est située au sud de l'avenue Bourguiba, à proximité de l'avenue de Carthage. Sur cette dernière, on observe quelques beaux exemples d'architecture coloniale, tout comme dans certaines rues à proximité : rue de Yougoslavie, qui coupe l'avenue, puis un peu plus loin rue Charles de Gaulle ou rue Al-Djazira, où subsistent de belles façades Art-déco/nouveau. On croise en chemin le bâtiment de la grande poste fin [...]

A côté de la grande mosquée ez-Zitouna qui domine la médina de Tunis ont été implanté au courant du XVIIIe siècle trois écoles religieuses ou medersas. Chacune des médersas qui composent ce complexe fût fondée successivement : la medersa du Palmier (rue des Libraires), qui tire son nom d'un palmier planté au centre de sa cour intérieur, est la plus ancienne. Elle abrite toujours aujourd'hui une association religieuse. La fondation de la médersa Al Bachiya remonte à 1752, à l'initiative d'un souverain, Ali Pacha : à l'origine destinée aux étudiants hanéfistes. Restaurée dans les années 1980, [...]

Les mosquées Hammouda Pacha et Sidi Youssef se situent toutes deux non loin de la mosquée es-Zitouna, principal point de repère de la médina. Ces deux mosquées ont été érigé au XVIIe siècle et sont d'inspiration turque. La mosquée Hammouda Pacha dresse son minaret octogonal caractéristique à l'angle des rues Sidi Ben Arous et de la Kasbah. Richement travaillée, la construction de la mosquée fût achevé en 1655. Elle porte le nom de son fondateur, un ancien bey dont le mausolée (tourbet) se tient dans l'enceinte de la cour : ce magnifique tourbet aurait inspiré celui du héro national Habib Bourguiba [...]

Place du Gouvernement

La place du Gouvernement occupe l'espace occupé autrefois par la kasbah de Tunis : c'est ici, à l'ouest de la médina, que se tiennent depuis des siècles les instances du pouvoir de la ville puis de l'état tunisien. L'ancienne forteresse a aujourd'hui disparue, rasée à l'indépendance de la Tunisie, laissant place à la grande esplanade actuelle. Plusieurs ministères y sont réunis : finances, affaires étrangères, culture, ainsi que l'hôtel de ville. Ces bâtiments administratifs sont pour la plupart construits à la toute fin du XIXe siècle dans un style architectural arabisant et européen, et représentent [...]

Le terme tourbet désigne un mausolée. Le tourbet Aziza Othmana est tout proche de la mosquée Hammouda Pacha, au fond de l'impasse Ech Chammaia. Il abrite les restes funéraires de la princesse dont il porte le nom, ainsi qu'une partie de sa famille. La princesse Aziza Othmana est décédée en 1669. Cette princesse fût particulièrement appréciée de ses contemporains en raison de sa légendaire générosité. Parmi ses gestes remarquables, elle affranchit de leur condition ses esclaves, et fit don de ses biens pour des oeuvres de bienfaisances en tout genre, tel le financement d'un hôpital. Pour l'anecdote, [...]

Parmi les nombreuses mosquées remarquables de la ville de Tunis, la mosquée Sidi Mahrez tient largement son rang. Cette mosquée se situe tout au nord de la médina de Tunis, place Bab Souika, l'une de ses anciennes portes. L'édifice de style ottoman est facilement reconnaissable de l'extérieur par ses murs et ses dômes blancs et à l'intérieur par sa grande coupole centrale encadrée de quatre demi-coupoles de tailles plus réduites. Construite à la toute fin du XVIIe siècle, ses plans sont directement inspirés de Sainte-Catherine d'Istanbul. Elle porte le nom de Sidi Mahrez, homme d'une grande [...]

Dar Othman

Dar Othman est l'une des plus anciennes demeures de Tunis, construit au XVIe siècle d'après la volonté de Othman Dey, souverain qui choisit à l'époque une position relativement excentrée de la kasbah et des institutions politiques pour établir son palais. Il n'eut le temps d'y vivre qu'une dizaine d'année avant sa mort (1610). Plus tard fût érigée la mosquée des Teinturiers, du nom de l'activité du souk du quartier. La visite de Dar Othman s'adresse avant tout aux passionnés d'architecture qui ne seront pas déçus par les richesses de ce palais où différents styles s'entremêlent dans un superbe [...]

Dar Ben Abdallah

Dar Ben Abdallah fait partie de ces quelques belles demeures (dar peut se traduire par palais) qui caractérisent le sud de la médina de Tunis. Il se situe non loin de la mosquée des Teinturiers et son minaret octogonal, ainsi que d'une autre belle demeure, Dar Othman. Bâti au cours du XVIIIe siècle, le palais, demeure de notables de la ville, est retouché au XIXe, léguant le magnifique décor architectural que l'on découvre durant sa visite : riches skifa (vestibule), patio, galeries et colonnes, ornements de stucs et de céramiques : le regard ne se lasse pas devant une telle profusion. L'architecture [...]

Sur la place du château de Tunis, le Dar Hussein abrite de nos jours l'Institut national du patrimoine : à l'origine, le dar Hussein fût construit à l'emplacement d'une ancienne forteresse du XIIe siècle. Cette belle résidence présente les normes architecturales typiques en cours lors de sa construction au XVIIIe siècle. Dans le palais se sont succédés de prestigieux habitants, issus de la noblesse de Tunis. Courant XIXe, sous l'impulsion de l'un de ses propriétaires à l'époque ministre de Hammadou Pacha, le dar Hussein est aménagé et embelli pour en faire une des plus somptueuses demeure de [...]

Dans les faubourgs sud-ouest de la médina, non loin de l'ancienne kasbah et à l'extérieur des murs de la médina aujourd'hui disparus, la Zaouia Sidi Kacem al-Jalizi est le monument où repose ce saint musulman dont l'existence remonte au XVe siècle. Élément remarquable qui singularise ce monument, sa coupole repose sur une base carrée formant une structure pyramidale, mode architecturale peu répandue à l'époque de sa construction. La légende raconte que Sidi Kacem aurait en son temps lui-même fabriqué les carreaux de faïence de la zaouia : le déroulement de sa vie n'étant pas entièrement connu, [...]

Voir tous les lieux du guide