Le Louvre médiéval

9 chefs-d'oeuvre du musee du louvre 

Le Louvre médiéval

Alors que nous sommes dans le grand espace compris sous la pyramide en verre, regardons autour de nous. Nous voyons des escaliers mécaniques. Regardons au-dessus de ceux-ci : nous voyons des noms écrits en gros : Sully, Richelieu, Denon. Nous allons commencer notre découverte par Le Louvre médiéval. Dirigeons vous vers l’escalator qui est surmonté du titre «SULLY». Mais avant cela, pour plus de précautions, nous vous conseillons d’emprunter un plan du musée distribué au guichet information.

Montons l’escalator, jusqu’au contrôle des billets. Veillez à bien conserver votre billet, car il vous sera utile à nouveau tout à l’heure. Après le contrôle, avançons tout droit jusqu’au bout.

Quand vous vous trouvez face à un mur sur lequel sont disposés des morceaux de pierre sculptés, tournez à gauche, puis tout de suite à droite.

Nous nous trouvons maintenant dans une crypte avec, à notre droite, des murs anciens constitués de grosses pierres. Tout de suite à notre gauche, nous voyons une maquette de château fort : approchons-nous.

Cette maquette nous donne l’occasion de parler de l’histoire du Louvre ; une histoire riche et tumultueuse, qui confère au musée une place bien particulière parmi les grands musées internationaux. Cette histoire commence il y a 8 siècles à la fin du 12e, vers 1200. Nous sommes alors sous le règne du roi Philippe Auguste, bien connu dans l’histoire de France pour sa poigne de fer et sa victoire de Bouvines. C’est lui qui fit construire le château fort dont vous avez la maquette sous les yeux.
Regardons bien : la forteresse était construite sur le plan d’un carré, et était entourée d’un fossé avec de l’eau. Sur la maquette, l’eau est représentée par une vitre noire. Dans le quadrilatère, une cour et dans la cour, un donjon. Nous voyons son sommet dépasser dans la partie haute de la maquette.
Pour bien comprendre la fonction de cette forteresse, il faut avoir en tête le plan de défense de la ville de Paris, voulu par Philippe Auguste. Tout d’abord, le roi a fait entourer Paris d’un mur très épais pour l’époque. Ce mur partait du Louvre et enserrait la ville vers l’est. Ayons bien en tête qu’à l’époque, Paris comprenait l’île de la cité, et un bout de la rive droite depuis le Louvre jusqu’au Marais actuel et un bout de la rive gauche –pour simplifier le quartier de la Montagne Sainte Geneviève. Or à l’ouest se situait l’endroit le plus fragile, car il était exposé à des ennemis qui remonteraient la Seine. Et bien sûr, il s’agissait des Anglais, nos grands ennemis à cette époque. Du coup, Philippe-Auguste décide de construire à l’ouest de Paris une puissante forteresse, avancé devant le rempart : ce sera le Louvre. L’origine de ce nom demeure très mystérieuse. Peut-être, est-ce que cela vient du mot « Loup » ou bien d’un vieux mot francique signifiant « garde ». On ne sait pas trop.
Regardons maintenant les murs que nous avions sur notre droite en arrivant dans cet espace.
Dans les années 1980, lors des travaux de construction de la pyramide, on a trouvé, dans le sol, ces murs du Louvre de Philippe Auguste. Ce sont en fait les murs extérieurs du quadrilatère. Ainsi, si nous étions au Moyen Age, là où nous sommes, nous serions dans l’eau des fossés extérieurs ! Regardons bien ces murs : nous retrouvons les éléments que nous avons vu sur la maquette : murs en carré, tours rondes.
Avançons dans cette crypte et arrêtons-nous à l’angle de ces murs médiévaux.

A l’angle des murs médiévaux, nous voyons une tour ronde, c’était la tour du coin de la forteresse.
Regardez bien attentivement les murs : sur les pierres, vous remarqueriez des marques gravées et en particulier de nombreux cœurs. Oui ? Quel était le rôle de ces marques ? Eh bien il s’agit des marques des tailleurs de pierre. Ceux-ci signaient ainsi leur travail pour le comptabiliser. Le tailleur de pierre dont la marque est le cœur a beaucoup travaillé…
Avant de devenir un musée en 1793, le Louvre fut donc tour à tour une forteresse (13e siècle), une résidence royale (à partir du 14e siècle) et un immense atelier d'artistes (17e et 18e siècles). Ses murs, plafonds et escaliers racontent 8 siècles d’histoire de France dont il fut l'une des principales scènes, car il fut le théâtre traditionnel des Grandes fêtes royales.


<< 2 - 9 chefs-d’œuvre du M...         4 - La Vénus de Milo ... >>

Sommaire complet du dossier :