L’intérieur de l’église et l’intérieur du musée

Avignon

L’intérieur de l’église et l’intérieur du musée

Maintenant si la porte est ouverte, traversons et allons jeter un coup d’œil à l’intérieur, depuis l’entrée.

Plus tellement baroque n’est-ce pas, cet intérieur ? Pas de fresques en trompe-l’œil, pas de marbres de couleur, pas de dorures, pas de petits anges. À vrai dire, il y en a bien quelques-uns, sculptés, mais ils sont à peine visibles. Ici, nous voyons la beauté sobre de la pierre de taille. C’était déjà le cas tout à l’heure au cloître Saint-Louis. Au total, ce monument est typique de l’art avignonnais, qui est partagé entre les influences françaises et italiennes.
Remarquons pour finir 2 détails spécifiques aux églises jésuites: le 1er c’est la communication entre les chapelles latérales.
Regardez sur les côtés : vous apercevez, à travers les arcades, une partie des collections du musée. Autrefois, il y avait des chapelles, dotées, chacune, d’un autel: et elles communiquent entre elles par des petites portes. C’est encore un détail qui vient de l’église du Gésù, de Rome, et qui a été imité partout, et surtout, bien sûr dans les églises jésuites. Pour ce qui est du 2e détail : levez les yeux au dessus des arcades de la nef. Vous voyez ces ouvertures assez basses, avec une balustrade ? Eh bien, ce sont les tribunes où les Jésuites se tenaient pendant les offices.
Bon, voilà pour le côté église, mais qu’en est-il du musée lapidaire ? Eh bien, c’est la collection archéologique du musée Calvet -musée où nous passerons tout à l’heure-. Il y a une belle collection d’antiquités égyptiennes, grecques et romaines. Avec un célèbre monstre gaulois, l’effrayante « Tarasque de Noves », qui pose ses pattes sur des têtes coupées, et dévore un homme. Les amateurs d’art et d’histoire antique pourront donc revenir visiter le musée, après avoir noté ses heures d’ouverture. Et maintenant, sortons de l’église.


<< 8 - Le musée lapidaire...         10 - Médiathèque Ceccano... >>

Sommaire complet du dossier :