La rue Peyrollerie

Avignon

La rue Peyrollerie

Tournons le dos à l’église et sortons de la place au fond à droite via la rue des Ciseaux d’Or. Là nous irons jusqu’à la prochaine rue à gauche, la rue Peyrollerie.

Prenons la rue Peyrollerie jusqu’au pied du palais des papes.

Nous voici enfin au pied du colosse et de l’une de ses tours, la tour Saint-Laurent. Eh bien, ne parlons pas de lui tout de suite, mais parlons d’abord du bâtiment qui lui fait face, en hauteur, sur l’esplanade Yves Michel Bechet, et au pied duquel, derrière une grille, on voit l’inscription « vestiges romains ». C’est une grande bâtisse rectangulaire, avec quelques traces de fenêtres romanes, et des fenêtres à meneaux très restaurées. Ce n’est pas le plus beau, mais c’est sans doute l’un des plus anciens monuments d’Avignon: c’est la Vice-Gérance, qui est en fait le 1er Hôtel de Ville, avant l’installation de la municipalité, au 15e siècle, sur la place de l’Horloge. Maintenant, tournons le dos à la Vice Gérance et faisons quelques pas à droite jusqu’à la place de l’Amirande.

Au n°4, nous voyons un splendide hôtel particulier de Pierre Mignard : c’est l’hôtel de Vervins, construit en 1700. Il est occupé aujourd’hui par un hôtel de voyageurs. Il fait face, de son mieux, à son imposant voisin. Remarquez le soin apporté à son décor sculpté : il y a les mascarons des fenêtres du rez-de-chaussée, et puis les médaillons entourés de feuillages du 1er étage, et bien sûr la tête d’Apollon du fronton. Maintenant, tournons le dos à l’hôtel : et regardons le Palais des Papes.

Derrière une grille, s’ouvre la porte de la boutique et de la bouteillerie du Palais (repérez le panneau vert à côté de la porte). Nous allons dans quelques instants présenter le Palais des Papes depuis la place du Palais, puis nous en ferons le tour et nous verrons toute la façade arrière en revenant jusqu’ici.
Mais cette promenade ne nous fera pas visiter l’intérieur du monument. Cela dit, nous pouvons vous donner un truc pour voir la cour d’honneur. Alors, voici ce truc : vous pouvez entrer, de 9h à 19h dans la boutique : vous verrez une belle salle voûtée d’ogives. Au fond, vous pourrez prendre l’escalier et monter jusqu’à la bouteillerie, autre salle voûtée d’ogives. L’accès est libre dans les 2 cas. Dans la bouteillerie : un autre petit escalier conduit à la Cour d’Honneur. La porte est ouverte. Vous pourrez avancer de quelques mètres jusqu’au tourniquet, mais pas plus loin. Vous aurez ainsi un bon point de vue sur la cour d’Honneur : et sur 2 de ses côtés, et même 3.

Voilà, nous allons maintenant revenir un peu sur nos pas et faire le tour du palais dans le sens des aiguilles d’une montre par la rue Peyrollerie. Nous contournerons tout d’abord pour cela la tour d’angle que nous avons vue en 1er, en arrivant au pied du palais : la tour Saint-Laurent. Nous allons parler de la construction du palais dans un instant, sur la place. Pour le moment, disons simplement que cette tour d’angle fait partie des agrandissements commandés par le pape Clément 6, et qui ont finalement doublé la superficie des bâtiments. Rendez-vous tout d’abord de l’autre côté de cette tour, devant la partie étroite, et rocheuse de la rue Peyrollerie.

C’est peut-être le côté le plus inattendu du palais : la rue Peyrollerie, très étroite, est creusée dans le rocher, et les murailles sont bâties sur lui. A un moment donné, un énorme arc-boutant, bien visible, franchit la rue pour s’appliquer au mur de la chapelle de Clément 6. Passons sous son arcade et allons jusqu’au bout de la rue en regardant sur la droite. Nous allons longer l’aile commandée par Clément 6. Elle est occupée au rez-de-chaussée par une vaste salle appelée «la grande audience», et au 1er étage, par la grande chapelle du pape.


<< 19 - Les portes de l’égl...         21 - La place du palais... >>

Sommaire complet du dossier :