Le palais de Benoît 12

Avignon

Le palais de Benoît 12

La grande tour crénelée que nous voyons à droite du clocher de la cathédrale est la tour de la Campane. Elle fait partie de cette reconstruction, comme l’aile qui la prolonge à droite, avant le décrochement, et qui est l’aile dite « des familiers».

Regardons donc le palais de Benoît 12 et décrivons-le. Il a été construit à partir de 1335 par l’architecte Pierre Poisson: et quel aspect lui a-t-il donné ? Des petites fenêtres ou des meurtrières, une tour crénelée avec mâchicoulis. Le mâchicoulis, on en a déjà vu un tout à l’heure, se présente, en haut du mur comme une série de petits escaliers inversés. Et puis, sur l’aile des familiers, crénelage encore, et quelque chose qui remplace le mâchicoulis, et qu’on trouve sur la plus grande partie des bâtiments du palais: de grandes arcades en ogive (c’est-à-dire des arcs brisés), retombant sur des contreforts, juste au dessous du chemin de ronde. D'une part, les contreforts consolident les murs, qui ont pourtant, par endroit, plusieurs mètres d’épaisseur!. Et d’autre part, les arcs en ogive, sont un peu en surplomb, et vous le devinez sans doute, d’ici, ils ménagent un vide qui permettait de lancer des projectiles à l’aplomb du mur. Et remarquons que le crénelage n’est pas décoratif : chaque merlon (rappelons-le au passage : le créneau, c’est la partie vide, et le merlon est la partie pleine d’un crénelage), chaque merlon donc, est fendu par une archère –c'est-à-dire une meurtrière à l’usage des archers. On avait vu juste, car le palais devra soutenir 2 sièges dans son histoire. Tout ce que l’on vient de décrire appartient à l’architecture d’un château fort, beaucoup plus qu’à celle d’un palais, d’une résidence urbaine, même médiévale.
Cette partie du palais, qui entoure une cour appelée la cour du cloître, forme donc le noyau d’origine du monument : c’est le Palais-Vieux de Benoît 12. On y trouve aujourd’hui les archives départementales, et le centre des congrès d’Avignon. Il faut ajouter qu’à l’arrière, vers la droite, une aile prolongeait dès cette époque la cour du cloître jusqu’à un donjon carré destiné aux appartements du pape. Cette aile et ce donjon (qui est la tour du Pape) existent toujours : ils seront utilisés pour former le fond de la cour d’honneur, la cour du Palais-Neuf.


<< 21 - La place du palais...         23 - L’aménagement fait p... >>

Sommaire complet du dossier :