L’ancien hôtel des monnaies

Avignon

L’ancien hôtel des monnaies

Maintenant, avant de faire un crochet par la cathédrale, et d’aller voir l’arrière du palais, nous allons dire un mot des 2 autres bâtiments importants de la place. Tournons d’abord le dos au palais des Papes. Et commençons par celui qui fait face au palais et qui a une façade presque aveugle, mais couverte de sculptures, avec un blason, des guirlandes, des aigles. Tournons-nous vers lui, et si besoin est déplaçons nous un peu.

Comme cette façade est bizarre, non ? Il s’agit de l’ancien hôtel des monnaies, devenu aujourd’hui un conservatoire de musique. Cet hôtel des Monnaies date de 162O. Alors : essayons d’en découvrir le style, c’est le seul niveau doté d’ouvertures, et il a une maçonnerie très particulière, avec des pierres qui paraissent avancer hors du mur, c’est ce qu’on appelle un bossage- et il ressemble à une façade de palais italien de la Renaissance. Ce qui est plutôt inédit, c’est l’aspect du 1er et du 2e étage : tous deux aveugles, sans fenêtres et ornés de ces énormes guirlandes de fruit sculptés tenues par des gueules de lions. Un volatile est perché sur chacune des guirlandes. Il y a un aigle à gauche, et une sorte de dragon ailé à droite.
L’explication de leur présence se trouve d’une part sur la grande plaque du milieu qui porte une inscription latine. Elle donne la date de la fondation : 1619, et le nom du pape: Paul 5.
Et d’autre part, regardez au milieu du 2e étage : on voit le blason de Paul 5 Borghese, avec la tiare (c’est-à-dire la couronne) pontificale, et les clefs de Saint-Pierre, tout cela tenu par 2 anges. Eh bien, sur le blason des Borghese, que voit-on ? Un aigle, et un dragon ailé.
Les 2 volatiles se retrouvent, en 2 paires, perchés sur la balustrade au sommet de la façade.
Quant au style, peut-on le deviner ? À vrai dire, nous n’avons encore rien vu d’équivalent à cette architecture bizarre, et en effet elle a très peu d’équivalents en France. Mais nous avons parlé du baroque, et de son goût des décors exubérants : et bien c’en est un exemple.
Et cela s’explique, non seulement par la date de la construction, qui correspond aux débuts du baroque en Italie, mais aussi par l’identité de l’architecte, Borboni, qui était italien. Nous avons vu tout à l’heure un hôtel particulier de lui, rue du Roi René. Voilà l’exemple extrême de l’italianisme baroque, à Avignon, au 17e siècle.


<< 23 - L’aménagement fait p...         25 - Le petit palais... >>

Sommaire complet du dossier :