Le Kanjis

Balade a shita machi

Le Kanjis

faites demi-tour de telle sorte que la goutte dorée et le pont soient dans votre dos. Puis avancez tout droit. Vous croiserez alors l’avenue Edo dori que vous traverserez pour continuer tout droit.

Si tel est le cas, continuez tout droit sur 100 mètres le long des arcades sous lesquelles se situent quelques restaurants et de petites échoppes de chaussures et vêtements essentiellement. Vers le milieu de ces arcades, nous voyons des tireurs de voitures à bras appelées JIRIKISHA. Les visualisez-vous ? Très bien ! Quelques mots à leur sujet. Leur accoutrement typique est constitué par un bandeau autour de la tête, d’une petite veste appelée HAPPI et de chaussures montantes en coton et caoutchouc de style TABI. C'est-à-dire de chaussures avec le gros orteil séparé des autres doigts de pied. Ces drôles de chaussures sont appelées « JIKATABI » et assurent le confort des pieds surtout chez les paysans, les ouvriers et les conducteurs de pousse-pousse. Continuez à longer ces arcades et vous arriverez près d’un poste de police.

Et maintenant, regardez de l’autre coté de la rue : vous voyez le Centre Culturel Touristique d’Asakusa et sur sa façade une grande horloge qui a été offerte par Seiko. Bon, rien de très remarquable sauf que toutes les heures, elle s’ouvre et laisse passer des marionnettes ravissantes et exubérantes.
Et maintenant, faites quelques pas au-delà du poste de police et regardez à droite : c’est la grande porte rouge. C’est « KAMINARIMON » sous laquelle est suspendue une lanterne. Regardez à présent en haut de la lanterne : vous y êtes ? Bien !Voyez-vous un caractère ? Oui. Il s’agit d’un KANJI, un caractère d’origine chinoise. Il signifie le Tonnerre et se prononce : « KAMINARI », le second imprimé en bas désigne la Porte, « MON » (MONN). Un petit rappel à propos de ces signes : le japonais possède deux types de signes : les « kanji », empruntés au chinois, ont une signification en eux-mêmes. Ce sont des sortes de symboles : à un kanji correspond un nom ou un concept. Mais il existe aussi deux systèmes d’écriture phonétique, où chaque signe correspond à une syllabe, appelés Hiragana et Katakana. Aussi ne vous étonnez pas, lorsque nous vous donnons des traductions de certaines inscriptions, qu’à deux signes puissent correspondre toute une phrase en français. Il s’agit alors souvent de kanjis.


<< 4 - Le parc SUMIDA ...         6 - La porte KAMINARI... >>

Sommaire complet du dossier :