La porte KAMINARI

Balade a shita machi

La porte KAMINARI

Normalement, vous ne pouvez pas louper cette porte qui marque l’entrée vers les arcades commerçantes. Êtes-vous bien à l’endroit indiqué ? Parfait ! Alors, traversez l’avenue au passage piéton, juste en face du poste de police appelé « KOBAN » (KOBANN).

Nous sommes devant cette énorme lanterne qui mesure 3 mètres 30 de haut et pèse 110 kilogrammes. Entre les piliers latéraux de cette porte, vous voyez deux niches grillagées : elles abritent deux gardiens qui veillent au grain. Observez celui de gauche, avec son corps rosé et son visage grave qui garde toujours la bouche fermée. Son nom est RAIJIN (RAILLEDJIN) et ses origines remontent au Dieu du Tonnerre dans l’hindouisme. Il semble jongler avec des petits tambourins accrochés à un cercle. Il s’agit d’une représentation de la roue du Dharma, nous en reparlerons dans le chapitre consacré au Bouddhisme.
Regardez maintenant celui de droite -avec sa peau bleutée-, il se dénomme FUJIN (FOUOUDJIN) et correspond dans l’hindouisme au Dieu du Vent. Il se présente toujours avec la bouche grande ouverte, afin de pouvoir souffler et aussi pour afficher fermement son courroux. Ces deux gardiens géants appelés NIO (NIOO) se dressent toujours avec un air menaçant dans ces cavités de l’entrée principale d’un temple, profitant de leur caractère céleste pour écarter les mauvais esprits.
Passez à présent au centre sous la lanterne puis retournez-vous pour admirer la face arrière de cette porte qui fut restaurée en 1960 ! Des statues d’être mystérieux y figurent, de remarquables réalisations du sculpteur HIRAGUSHI DENCHOU (HIRAGOUTCHI DENNTCHOU) connu au Japon pour avoir fondé une école de travail artistique sur bois.


<< 5 - Le Kanjis...         7 - Le Papier WASHI... >>

Sommaire complet du dossier :