La porte Hozomon

Balade a shita machi

La porte Hozomon

Continuons d’avancer dans ce quartier et disons un mot sur l’évènement annuel qui est célèbre dans SHITA Machi. C’est le SANJA MATSOURI. Ce grand festival date de l’année 1316 et il se déroule le troisième week-end de mai. Presque un million de personnes y participent et se pressent autour d’une centaine de palanquins qui transportent les divinités. D’ailleurs, pour vous en faire une idée, regardez la 8e peinture. Elle reproduit le SANJA MATSURI, le festival. Les peintures suivantes racontent en images les activités commerçantes de la NAKAMISE DORI et les démonstrations folkloriques de poupées KARAKOURI. Ce sont ces automates funambules et acrobates utilisés lors des festivals. Notons que les anciens mécanismes de poupées KARAKOURI inspirent de nos jours les ingénieurs en robotique. Prenez votre temps pour regarder ces peintures.

Et maintenant, allez jusqu’au bout de la rue NAKAMISE DORI et retrouvons-nous devant l’entrée du SENSO-JI.

Voilà. Nous sommes devant la porte d’entrée du temple. C’est la porte Hozomon. Vous voyez qu’elle est protégée par deux gardes bouddhiques appelés NIO. D’où le nom de NIO MON attribué aussi à ce porche. Vous vous souvenez que MON signifie porte, n’est-ce pas ?
La partie haute de celui-ci renferme une collection de textes bouddhiques sacrés, ce qui lui confère un immense caractère culturel et religieux. Pourquoi ? Et bien, comme il n’existe pas d’ossements ou de vêtements du Bouddha qui pourraient servir de reliques, par exemple le Saint Suaire dans la religion catholique, ce sont des objets d’orfèvrerie ou des textes qui ont la vocation de reliques. Toujours face à cette porte HOZOMON, vous apercevez les trois grosses lanternes, une centrale rouge à caractères noirs et deux latérales couvertes de vernis doré et noir. Vous les voyez ? Oui ? Bien ! Et bien, levez les yeux au centre de cet édifice, juste entre les deux toitures : là, un panneau à fond vert fait mention de trois caractères dorés : ASA, KUSA, DERA. Mais quelle signification attribuer à ces trois idéogrammes ?
« ASA » désigne ce qui est peu profond et plat,
« KUSA » correspond aux herbes, au foin
« DERA » ou « TERA » est un mot d’origine coréenne qui définit textuellement un lieu de rencontre, mais dans les faits désigne toujours un monastère Bouddhique.


<< 11 - Le Bouddhisme TENDAÏ...         13 - Le Monastère Bouddhi... >>

Sommaire complet du dossier :