La cour intérieure

Balade de l'époque meiji a nos jours

La cour intérieure

Etes-vous bien entré dans la cour intérieure ? Alors, traversez-la et regardez à gauche les deux arbres reliés par une épaisse corde en paille de riz appelée NAWA. Celle-ci protège le sanctuaire des démons. Que voit on aussi ? Encore des GOHEÏ bien sûr, pour attirer la lumière sur le sanctuaire. A présent, montez les larges marches centrales pour vous rendre près de l’autel situé dans le bâtiment principal au-delà de la cour intérieure.

D’ailleurs, d’où nous sommes, levez les yeux et vous ne manquerez pas de remarquer la forme du toit. Cette avancée bombée présente un auvent « en dos d’âne ». Vous le voyez ? Bien. Cette caractéristique est récurrente sous la période EDO, période assez longue puisqu’elle s’étend de 1600 à 1868. En fait, EDO était l’ancien nom pour Tokyo à cette époque où le SHOGUN, textuellement le Grand Général des armées, y fixa son siège. L’ensemble du Japon était sous contrôle du SHOGUNA, les centres urbains se développèrent avec une classe de marchands et des artistes. L’apparition des enseignes de grands magasins : MATSUZAKAYA, SOGO, TAKASHIMAYA remonte à cette époque, de même que la codification de la cérémonie du thé, le CHA NO YOU, par le maître SEN NO RIKYOU. En fait, les architectes de cette période affectionnaient particulièrement cette forme de toiture issue de l’époque NARA qui va de 710 à 794. Bref, 1000 ans plus tard, les architectes aiment à ressusciter ce style ancien. Au fait, une précision : quand vous entendez un nom de temple suivi de « JINGU », c’est qu’il s’agit d’un sanctuaire SHINTO. S’il est suivi de « TERA ou « DERA », c’est qu’il s’agit d’un temple bouddhique. Cela dit, vus de l’extérieur, les temples conservent un air de famille.


<< 6 - Le bâtiment Témizush...         8 - L’intérieur du templ... >>

Sommaire complet du dossier :