L’architecture du sanctuaire

Balade de l'époque meiji a nos jours

L’architecture du sanctuaire

Et maintenant, regardez en face du comptoir des amulettes. Il y a un pavillon dédié à l’exécution des danses et des musiques sacrées. Voyez à l’angle droit de ce hall : on voit un Torii sous lequel vous pouvez passer pour emprunter la petite allée. Prenons-la et en chemin, disons quelques mots sur l’architecture des bâtiments. Alors…Elle est de style « NAGAREZUKURI » (Nagarézoukouri) avec des structures en cyprès issus de KISO, la région qui produit les meilleures grumes. Ce style – redisons-le pour le plaisir- le style NAGAREZUKURI donc est très souvent présent sur les sanctuaires SHINTO. A quoi le reconnaît-on ? Et bien à son toit. Regardez-le. Il dépasse largement les pignons, et forme une longue pente en extension sur l’avant. Celle-ci présente une courbe douce qui couvre la partie véranda et les escaliers.
Nous avons passé le Torii et avancé dans l’allée. Vous apercevrez alors sur la gauche une construction avec quatre piliers surmontés d’une toiture brunâtre. A quoi sert-il ? Et bien tout simplement à venir garer sa voiture pour la faire bénir et purifier par un bonze. Juste derrière se situe le pavillon ovale de l’administration du sanctuaire.
Longez la construction à 4 piliers et placez-vous devant. Vous voyez alors démarrer une allée plus petite que celle d’où nous venons. Prenons-la. Elle remonte au nord et traverse ainsi le jardin intérieur jusqu’au passage d’un pont en pierres au dessus de l’étang.

Vous atteignez ainsi le « NAIEN » (NAille èN), c'est-à-dire le musée des trésors qui renferme de nombreux objets utilisés par l’Empereur MEIJI et l’Impératrice SHOKEN. Il n’est pas particulièrement intéressant. C’est juste une curiosité.

Et maintenant, si nous sommes face au musée, nous voyons des pavillons à gauche. Ce sont des salles d’arts martiaux dans lesquelles sont pratiqués le KENDO avec un sabre, le KYOUDO avec un arc, le JUDO, le SUMO. Notez que « DO » veut dire « la voie », « le chemin ». Par exemple, le JUDO correspond à la voie vers la souplesse. Au Japon, la pratique de ces arts martiaux est assimilée à une activité quasi religieuse. Passez devant ces bâtiments en restant sur le chemin, vous apercevrez alors un Torii. Laissez ce Torii sur votre droite et poursuivez dans l’allée jusqu’au Torii suivant qui marque l’enceinte de la cour intérieure du sanctuaire.


<< 10 - Les tablettes votive...         12 - La gare d’Harajoukou... >>

Sommaire complet du dossier :