L’histoire de Ndame

Bruges : du burg au béguinage

L’histoire de Ndame

L’état général dans lequel nous voyons l’église est le résultat de plusieurs siècles. A l’origine, nous parlons là des 10ème et 11e siècles, nous étions ici en dehors de l’enceinte de la ville. Disons pour simplifier qu’il y avait une petite chapelle, construite au début du 10e siècle, qui appartenait non pas à la ville, mais à l’évêque de Tournai. C’est un de ces évêques, Radbode, qui fit élever ici une première grande église, dans laquelle il fait installer un chapitre de chanoines, c’est-à-dire des prêtres vivant ensemble et récitant les offices ensemble, un peu à la manière des moines. Cette première église était dans le style roman, mais il n’en reste rien aujourd’hui. Ce que nous avons sous les yeux est le résultat d’une reconstruction progressive, faite à partir de 13e siècle. En regardant bien, vous pourrez d’ailleurs observer des différences dans le décor. Levons les yeux vers les fenêtres, en haut des murs de la nef centrale. Nous voyons alors que juste en dessous, sur toute la longueur du mur, court une galerie assez étroite, ouverte sur la nef par des petites arcades. Ce type de galerie porte le nom de « triforium ». Il s’agit d’une galerie de décoration, mais à laquelle il est aussi possible d’accéder, dans le cadre de travaux de réparation de l’église par exemple. Ces galeries « triforium » sont assez caractéristiques de l’architecture gothique des 13e et 14e siècles. Alors, observez bien les arcades de cette galerie dans la nef. Elles sont peu décorées, et reposent sur des colonnettes cylindriques très simples. Par contre, si vous vous tournez vers le chœur qu’on devine dans le jubé, regardez ce même triforium au-dessus : vous constaterez que son décor est beaucoup plus élaboré. Regardez notamment les colonnes sur lesquelles reposent les arcs : elles ont un relief beaucoup plus prononcé, et les espaces entre les arcades sont décorés de motifs végétaux assez détaillés. Pourquoi cette différence ? Et bien, il y a deux raisons. La première est chronologique. Le chœur a été achevé au début du 14e siècle, soit près d’un siècle après la nef. Son style est donc dans un gothique plus élaboré que celui de la nef. Mais il y a aussi une autre raison. Comme le chœur est le lieu le plus important de l’église, puisque c’est là que se déroule la messe, il est naturel qu’il fasse aussi l’objet d’une décoration plus importante, qui souligne sa fonction.


<< 11 - Le jubé, une constru...         13 - La Vierge de Michela... >>

Sommaire complet du dossier :