La place de walpleein de Bruges

Bruges : du burg au béguinage

La place de walpleein de Bruges

Maintenant, rebroussons chemin. Nous retournons vers l’entrée de l’église Notre-Dame. Plaçons-nous de manière à avoir l’entrée de l’église à notre droite et donc l’hôpital Saint-Jean face à nous. A gauche part alors une grande rue, la Katelèèïnstraat, la rue Catherine. Nous la prenons, en partant vers la gauche donc. Nous traversons l’eau, et nous nous arrêterons à hauteur de la deuxième ruelle à droite, la Walstraat. Nous voici devant la Walstraat. Nous l’empruntons. Après quelques pas, elle nous mènera sur une charmante place, la Walplèèïn.

Et nous voici sur la Walplèèin, une des places les plus animées de la ville. Alors « Walplèèïne », « Walstraat », qu’est-ce que cela veut dire ? Wal, en vieux flamands, fait référence aux murs. Ici en effet se trouvaient les murs de la ville au Moyen Age. Walstraat, ce n’est rien d’autre que Wallstreet. Avec sa célèbre grande sœur de New York, elles partagent une même origine. Il y a peu à dire ici, mais plutôt à profiter. Vous pourrez y revenir tout à loisir après cette visite, qui touche à sa fin. Mais pour l’heure, continuons encore. Lorsque nous sommes entrés sur la place, celle-ci s’étendait à notre gauche. Et bien, traversons-là dans cette direction, sur toute sa longueur. Elle va se rétrécir peu à peu pour prendre l’aspect d’une rue. Après cent mètres environ, nous croiserons alors une autre rue, la Wèèïngaardstraat, la rue de la vigne. Elle porte ce nom, car elle mène au béguinage de la vigne. Nous expliquerons plus loin l’origine de ce nom.

Nous voici à l’angle de la Wèèïngaardstraat, la rue de la vigne donc. Vous la prendrez alors vers la droite. Elle vous mènera de suite à une petite place. Juste en entrant sur cette place, vous verrez une fontaine décorée d’une tête de cheval. Nous vous attendons juste à côté.

Et voilà. Ici, la vue s’élargit. Vers le fond de la place, c'est-à-dire le côté opposé à celui par lequel nous sommes rentrés, vous apercevez un vaste espace vert. Les canaux s’y élargissent pour créer de grands étangs, où les cygnes se promènent tranquillement. C’est le parc du Minne watter , parfois aussi appelé le « lac d’amour ». Il s’agit en fait des grandes réserves d’eau de la ville médiévale. En vieux flamand, « minne » signifie « collectif ». « Minne Water », c’est donc « l’eau collective ». Mais « minne » a aussi un autre sens, celui d’ « amour ». Et c’est cette signification que, pour des raisons touristiques, on lui a plutôt donnée à partir du 19e siècle. Cela dit, si vous allez vous y promener tout à l’heure, vous verrez que ce nom n’est pas totalement faux. L’atmosphère y est des plus romantiques.


<< 20 - Un endroit charmant ...         22 - Le grand Béguinage d... >>

Sommaire complet du dossier :