Fin de la visite

Bruges : du burg au béguinage

Fin de la visite









Lorsque nous entrons dans la cour, la première maison à l’entrée à gauche peut-être visitée. Elle date du 17e siècle, et donne un bel exemple du mobilier et du mode de vie d’une béguine d’autrefois.

Mais, maintenant, pour terminer la visite, avançons dans la cour en empruntant le chemin vers la gauche. Il nous mènera jusqu’à la porte de l’église, où nos entrerons très silencieusement, car elle est un lieu de recueillement, où plusieurs fois par jour les religieuses viennent prier.

Vous pouvez constater que cette église est très simple. C’est un simple rectangle en longueur, chose très typique des églises de béguinage. C’est une grande salle où les béguines se rassemblaient pour prier, mais aussi pour écouter la prédication du prêtre, d’où le besoin d’unité dans l’espace. L’église que nous avons ici n’a été achevée que vers 1700, notamment au niveau du mobilier. Elle remplace l’église originale, brûlée en 1584. Il n’y a pas d’éléments très remarquables à signaler ici, car tout y est simplicité. L’autel, la chaire à prêcher, les boiseries sont dans un style baroque très sage. Baroques par la grandeur des pièces de mobilier, par leur ornementation aussi, avec de nombreuses voltes et lignes courbes. Mais tout cela sans aucune exagération. Tout ceci contribue à donner à cette église une atmosphère calme, équilibrée et reposante. L’église possède toutefois deux très belles sculptures médiévales du 13e siècle. La première, la plus belle, n’est malheureusement visible qu’à certaines occasions, comme les journées du patrimoine, car elle se trouve dans le vestiaire des religieuses. C’est la statue de Notre-Dame de la Vigne, qui date du 13e siècle. Mais dans l’église même, il y en a une autre, Notre Dame de Spermalie. Pour la voir, allons vers l’autel qui se trouve tout au fond du côté droit de l’église. Là, trône une magnifique statue de la Vierge en bois doré.

Et voici cette belle œuvre. Voyez cette Vierge couronnée et tenant le sceptre, comme une reine. Elle porte sur son genou gauche l’enfant Jésus. Cette œuvre date de 1240, et est très caractéristique des Vierges de ce temps: c'est-à-dire assez frontale, assez rigide. En fait, elle n’est autre chose que le trône de Dieu incarné, de l’enfant, à qui elle sert de support. C’est pour cela qu’on appelle ce type de Vierge des « Sedes Sapientiae », des « Siège de la Sagesse » donc, de la sagesse incarnée de Dieu, c’est-à-dire du Christ.
Et c’est sous le regard moyenâgeux de cette magnifique vierge que nous terminons notre visite. A vous à présent de profiter de l’atmosphère incomparable de cette ville splendide qu’est Bruges.


<< 22 - Le grand Béguinage d...         

Sommaire complet du dossier :