La place de EyerMarkt

Bruges méconnue

La place de EyerMarkt

Vous êtes sur l’Eyermarkt ? Comme vous le constatez, cette place est plutôt un élargissement de la rue. Mais vous repérez bien l’endroit grâce à ce pilier en calcaire gris dont nous parlions tout à l’heure. Regardons-le : comme nous l’avons dit, il est donc bien surmonté d’un lion, le lion de Flandres, et d’un ours, symbole de la ville de Bruges, qui tiennent un écusson. Sur cet écusson, vous voyez un lion bleu couronné, sur un fond de bandes horizontales rouge et argent. Dans le langage de l’héraldique, c’est-à-dire des blasons, on dirait « un lion couronné de bleu sur une poutre rouge-argent ». Cet écusson est celui de l’ancienne hanse. Nous avons eu l’occasion de parler de la hanse au cours d’autres promenades. Le mot de Hanse, ou ligue hanséatique désigne une association de grandes villes commerçantes allemandes, dont l’objectif était de pénétrer les marchés slaves et d’Europe Occidentale. Bruges était une plaque tournante du commerce international, et à la fin du Moyen Age, la ligue hanséatique y était bien représentée. L’endroit où nous nous trouvons était un quartier commercial important, et c’est de cela que témoigne la présence de cette fontaine, réalisée en 1761 par le sculpteur brugeois Piiter Péépers.

Mais continuons à nous repérer. Placez-vous de manière à avoir l’accès vers le Markt et le beffroi de la ville dans votre dos. Vous avez donc la fontaine de la hanse, dont nous venons de parler, à votre droite. Face à vous, vous avez deux grandes façades très typiques. Regardez celle de gauche tout d’abord et regardez son sommet : vous voyez un grand pignon en briques dont les bords sont découpés en escaliers. C’est le pignon traditionnel. Passons à celle de droite maintenant : 1ère différence, sa façade est recouverte d’un enduite blanc cassé et puis -2ème différence- elle possède un beau pignon baroque et très certainement du 17e siècle. A quoi voit-on qu’il est baroque ?: et bien à ses formes courbes bien sûr, ce qui est très caractéristique du baroque. Et surtout, aux deux enroulements en coquille d’escargot, à droite et à gauche de la fenêtre centrale. Si vous regardez maintenant vers la droite dans la rue qui passe devant vous, vous apercevez alors un peu plus loin, à une trentaine de mètres, un grand bâtiment blanc-jaune. C’est l’arrière du théâtre municipal de la ville.


<< 2 - Bruges Méconnue : in...         4 - La rue Saint-Jacques... >>

Sommaire complet du dossier :