La place de la Sainte Trinité

Buda, le quartier du chateau : de l'eglise mathias aux cours du palais-royal

La place de la Sainte Trinité

Nous sommes maintenant sur la place de la Sainte Trinité. Nous allons faire le tour de ses monuments avant de finir par le plus connu d’entre eux, l’église Matthias.

Partons du centre de la place. Il est occupé par une spectaculaire colonne baroque: la colonne de la Trinité, dite aussi colonne de la peste, élevée en 1714 après une épidémie de peste. Le sculpteur Fülöp Ungleich l’a enrobée d’une foule de sculptures.

Ce genre de colonne est élevé en remerciement pour la fin d’une épidémie. Regardons-la : elle est nappée de nuages sculptés qui forment comme une coulée de crème fouettée. C’est un des grands classiques du décor des villes baroques en Europe centrale.
Un côté de la place, au N°6, devant lequel nous nous trouvons, est occupé par un palais néo-gothique construit en 1904. Jusqu’aux années 40, c’était le ministère des finances, et c’est depuis 1997, dans les caves, la maison des vins hongrois. L’accès est sur le côté droit, au 5 Hess Andras ter. Pour le reste, c’est un lieu utilisé pour des manifestations culturelles telles que concerts, expositions ou conférences.

Essayez donc de jeter un coup d’œil à l’intérieur : l’escalier est d’un style mixte néo-gothique et légèrement Art Nouveau, assez curieux.

Si on ne connaissait pas son histoire, on serait tenté de voir, dans cet ancien ministère des
Finances, à l’emplacement très central, l’ancienne mairie de Buda. Et bien justement, celle-ci est tout à côté: tournons-nous maintenant vers l’immeuble qui fait l’angle de Szentaromsag ter et de Szentaromsag utca. En tournant le dos à l’ancien ministère des finances, ce sera donc devant nous du côté droit : on ne peut pas s’y tromper : le bâtiment a une façade d’angle avec une statue au rez-de-chaussée, et un oriel, autrement dit, une fenêtre en surplomb au 1er étage.

Cette maison a été l’Hôtel de Ville de Buda de 1710 jusqu’à 1873 : date, qui fut -rappelons-le- celle de l’unification de Buda et Pest en Budapest. Et cette mairie a été aménagée pour cela par un architecte italien à l’emplacement de 3 maisons médiévales dont les murs subsistent en partie. Les travaux ont commencé dés 1692, donc peu de temps après la libération de la ville de l’occupation ottomane. Cette libération qui a eu lieu en 1686 est le point de départ d’une reprise des constructions à Buda. Des palais baroques vont sortir de terre, en petit nombre, et surtout des façades baroques, plus nombreuses, vont recouvrir les maisons encore médiévales ou Renaissance du quartier.
L’ancien Hôtel de Ville est donc assez représentatif de ce réveil architectural de Buda même si on peut trouver archaïque son oriel –rappelons-le, cette fenêtre en surplomb- qui est plutôt de style Renaissance que de style baroque.
Quant à la statue qui se trouve juste au-dessous, une femme casquée, assise sur un piédestal, et qui tient à la main une lance et un bouclier : c’est la déesse Pallas Athéna, protectrice de Buda.

Curieux n’est-ce pas que la protectrice de la ville soit une déesse païenne, et non pas une sainte ? Mais c’est ainsi, et nous serions bien en peine de vous dire pourquoi.
En tout cas, ce n’est pas une sculpture contemporaine de la reconstruction de l’Hôtel de Ville.
Elle date de 1785, un sculpteur italien l’avait réalisée à l’origine pour orner un puits, dans l’espoir que cela lui vaudrait la reconnaissance des habitants, et la citoyenneté budoise : peine perdue, car il ne l’obtint jamais.

L’Hôtel de Ville disposait, jusqu’aux années 1780, d’une chapelle située au premier étage, et qui fut ensuite désaffectée: elle se trouvait au dessous du campanile que nous voyons sur le toit, côté Szentaromsag ter, avec son horloge à l’exactitude variable. Au fait, que trouve-t-on aujourd’hui dans cet ancien hôtel de ville ? Et bien, une institution universitaire, le Collegium Budapest, qui reçoit, notamment des chercheurs étrangers. Le bâtiment a son portail d’entrée sur Szentaromsag utca, mais la cour ne vaut pas le coup d’œil.

Par contre, nous vous signalons, juste en face, au 7 Szentaromsag utca, une institution budoise: la pâtisserie Ruswurm, la plus ancienne de Budapest, qui a gardé son mobilier 19e, et qui passe pour être supérieure à la fameuse (et monumentale) pâtisserie Gerbeaud de Pest.


<< 2 - Buda, le quartier du...         4 - La grande Eglise Mat... >>

Sommaire complet du dossier :