Le Nom de l’Église

Buda, le quartier du chateau : de l'eglise mathias aux cours du palais-royal

Le Nom de l’Église

Un petit commentaire encore sur le nom de l’Eglise qui est en fait l’église Notre-Dame de l’Assomption du Mont du Château de Buda. Elle a 2 surnoms usuels, plus courts : église Mathias bien sûr, mais aussi église du Couronnement : alors de quel couronnement s’agit-il ?
En cherchant bien, on en trouve sans doute 3 ou 4, mais l’un d’eux compte plus que les autres et est à l’origine de ce surnom.

Il s’agit du couronnement de 1867, comme roi et reine de Hongrie, de François-Joseph et de sa femme Elisabeth (Sissi), chère au cœur des Hongrois, dont elle parlait couramment la langue. C’est à ce couronnement que faisait allusion la fresque que nous regardions tout à l’heure. Et c’est lui que rappellent les drapeaux suspendus dans la nef , et qui y figuraient.
François-Joseph, rappelons-le, régnait déjà comme empereur d’Autriche depuis 1848, et son règne avait commencé avec la sécession de la Hongrie, et la répression implacable qui l’a suivie. Le couronnement de 1867 marquait le début d’une ère nouvelle, que nous avons évoquée dans notre promenade nº 1 de Buda. Cette ère nouvelle est celle du «Compromis» et de la double monarchie. Et la Hongrie sera dotée d’un parlement en propre et aura un roi de Hongrie qui se trouvera être aussi l’empereur d’Autriche. Un âge d’or commençait pour la Hongrie : mais il sera assez bref, car il prendra fin avec la défaite de 1918, et sa conséquence, fut le traité de Trianon qui a réduit des 2/3 la superficie de l’état hongrois. François-Joseph –quant à lui- est mort en 1916, après un un très long règne, et il a eu un successeur : Charles 4 en tant que roi de Hongrie, et Charles 1er comme empereur d’Autriche. Son sacre et celui de sa femme Zita, célébrés dans cette église, ont été le dernier de l’histoire hongroise, et son règne a duré moins de 2 ans, jusqu’en 1918 donc.

Avant de quitter l’église, un dernier mot: on peut en visiter le trésor, ou musée d’Art-Sacré. On y trouve des reliquaires et des ornements ecclésiastiques, ainsi que des copies des objets du couronnement des rois de Hongrie, et notamment de la célèbre Sainte-Couronne, à la croix penchée. Mais les originaux sont visibles, depuis 2OOO, au parlement de Pest pour peu que l’on puisse se joindre à une visite guidée.


<< 6 - Chapelles situées s...         8 - La statue équestre ... >>

Sommaire complet du dossier :