Les essentiels sur la rue de Tarnok Utca jusqu’au château royal

Buda, le quartier du chateau : de l'eglise mathias aux cours du palais-royal

Les essentiels sur la rue de Tarnok Utca jusqu’au château royal

Et maintenant, prenons l’escalier de sortie. En quittant le Bastion, nous allons retourner sur Szentaromsag ter, vers la colonne de la peste. Au passage, regardez bien l’arrière de l’église Mathias, c’est une des parties de l’église la moins reconstruite, et elle est très belle.

En tournant le dos à l’église et au bastion, prenons la rue Tarnok utca sur le côté gauche de la place. Et maintenant, remontons Tarnok utca -la rue du Trésorier-, en remarquant comme tout à l’heure dans les autres rues, les façades baroques ou baroquisées, et arrêtons-nous devant le n°18.

Il y a là l’un des petits musées de charme de Buda : le musée de l’ancienne pharmacie.
Il occupe une maison du 15e siècle, devenue apothicairerie au 18e : la Pharmacie de l’Aigle d’Or.

Regardons ensuite les n°16 et 14, les 2 maisons d’origine médiévales qui suivent le musée de la pharmacie, et qui présentent un surplomb très prononcé du 1er étage. Et ensuite, allons jusqu’au bout de Tarnok utca et gagnons la place Disz ter.

Sur Disz Ter, prenons au fond à gauche une petite rue, Színház utca (la rue du Théâtre). Nous longerons –sur notre droite- un bâtiment en ruine, réduit, depuis 1945, à un rez-de-chaussée criblé d’impacts de balles : c’est l’ancien ministère de la guerre.
Puis arrêtons-nous devant le n°1-3, du côté gauche.

Ce grand bâtiment qui forme tout le côté gauche de Színház utca, et qui se terminera sur la place Szent Giörgy ter est un ancien couvent de carmélites. Il fut supprimé en 1784, avec beaucoup d’autres couvents, par l’empereur Joseph 2, le frère de Marie-Antoinette, très hostile aux ordres monastiques. Voyez la grande cour ombragée sur laquelle donne un restaurant,

À droite, l’ancienne église a été transformée en théâtre après la suppression du couvent. C’est là, dans le théâtre du Château, que Beethoven donna un concert, en tant que « pianiste virtuose » en 18OO.


<< 9 - Le bastion des pêche...         11 - Le palais sandor... >>

Sommaire complet du dossier :