La rue de Orszaghaz utca

Buda, le quartier du chateau : de la porte de vienne a l'hotel hilton

La rue de Orszaghaz utca

Prenons Darda Utca jusqu’à Orszaghaz utca. Nous voici maintenant dans la rue de la Diète -c'est-à-dire du Parlement, c’est Orszaghaz utca. C’était au Moyen-Age, et à la Renaissance, la rue « des Italiens », car de riches marchands de la péninsule s’y étaient établis. Nous allons nous diriger, à gauche, vers le n°18. Il s’agit encore d’une maison médiévale, habilement restaurée, où l’on doit pouvoir distinguer, dans l’encadrement des fenêtres, ce qui a été refait, de ce qui est d’origine. La couleur de la pierre, le profil des moulures ont été choisis à dessein un peu différents de l’état d’origine.
Cette maison a aussi l’intérêt de nous montrer notre premier « oriel ». Et qu’est-ce qu’un oriel ? Et bien, c’est une fenêtre en avancée, en surplomb donc. Au 19e siècle, on appellera cela « bow-window » comme les fenêtres en avancée des constructions anglaises.
A Buda -et ailleurs -, c’est un dada des architectes de la Renaissance : notre maison doit donc dater du début du 16e siècle.

Voyons maintenant le n°20. Cette fois, c’est une maison médiévale où tout le premier étage est en encorbellement, en surplomb donc, sur le rez-de-chaussée.
Oh, pas de beaucoup, de quelques centimètres seulement : mais ce surplomb est soutenu par de petits arcs gothiques d’un effet superbe.
Ce ne sont pas seulement des arcs en ogive comme au 49 Uri utca, mais une variante plus pittoresque : des arcs trilobés c'est-à-dire à 3 lobes, c'est-à-dire en forme de trèfle à 3 feuilles. Nous vous proposons de jeter un coup d’œil à la cour  puis de nous retrouver à la sortie.

Allons maintenant devant le n°22. Nous voilà maintenant au 22 : que remarquons-nous ?? Un deuxième oriel ! Mais, à celui-ci, on a ajouté des fioritures de stuc. Il a été baroquisé.

Enfin, traversons et allons jusqu’au n°9. Nous y sommes ? Regardons le porche, à travers la porte vitrée. Eh oui : encore, les niches murales gothiques, et les bancs… Allons maintenant jusqu’au n°28

Nous voilà devant l’ancienne Diète du royaume de Hongrie. « Orzaghaz » veut dire Diète, ou Parlement. Ce bâtiment, rappelons-le, a été construit à la fin des années 1780 par l’architecte Franz Anton Hildebrandt. Et il présente une sévère façade fin 18e avec pour tout décor quelques guirlandes de feuilles de chêne et des rubans noués au desssus des fenêtres centrales, tout cela en stuc bien sûr. C’est l’autre côté de l’aile que nous avons vue tout à l’heure, au fond de l’ancien cloître des Clarisses. Sa grande salle, qui était la salle des banquets de la Diète, sert aujourd’hui de salle des fêtes à l’Académie hongroise des Sciences. Quant à la diète, elle y a eu son siège pendant 17 ans seulement de 1790 à 1807, et en plus, elle n’y a tenu que 3 sessions.

Revenons en arrière jusqu’au n°2O. En face du n°2O s’ouvre Fortuna köz, un passage débouchant sur Fortuna Utca, empruntons-le, jusqu’à Fortuna utca

Nous voici dans la rue de la Fortune, Fortuna utca. Elle a, un moment, été appelée la rue des Français à cause des courtisans français de la cour de Sigismond de Luxembourg. En sortant de Fortuna Köz, nous allons faire un crochet à droite, longer la grande maison à façade ocre, dépasser son 1er portail à arcades gothiques, et nous arrêter devant le 2e.

Sur la façade de cette maison, nous pouvons lire Fortuna Passage. Le portail de gauche devant lequel nous nous trouvons montre encore ces arcades gothiques dans le porche, qui n’ont maintenant plus de secret pour nous. Bon, elles sont un peu moins bien conservées que celles du 1er porche.
Entrons dans la cour.

De grands bâtiments blancs forment le fond et les côtés de cette cour marchande, où une pittoresque galerie néo-gothique abrite différentes boutiques. A noter ici une librairie salon de thé, avec un bon rayon consacré au patrimoine artistique hongrois : il y a même quelques ouvrages en anglais, et en français. Quand vous aurez fini d’y flâner, retrouvons-nous devant l’entrée de Fortuna Passage.


<< 12 - La rue de Darda utca...         14 - L’auberge de la Fort... >>

Sommaire complet du dossier :