« L’homme au casque d’or » de Rembrandt

Chefs d'oeuvre de la galerie de peinture ancienne de berlin

« L’homme au casque d’or » de Rembrandt

Allez maintenant vers la porte située à droite du tableau et continuez tout droit jusqu’à la salle numérotée 16 en chiffre arabe. C'est-à-dire qu’il vous faut aller 3 salles plus loin.

Laissez derrière votre dos la porte par laquelle vous êtes entrés et traversez la salle tout droit jusqu’à la porte d’en face. Vous vous approchez alors du portait accroché exactement à gauche de cette porte : il s’agit de « L’homme au casque d’or » qui daterait des années 1650 et serait attribué à l’entourage de Rembrandt.

Vous connaissez peut-être ce portrait grâce à sa reproduction ? Il s’agit de l’un des tableaux les plus célèbres du musée. Mais tout d’abord qui en est l’auteur ? Et bien en fait, personne ne le sait ! Il fut pendant très longtemps considéré comme exécuté par le grand maître hollandais Rembrandt. Pourtant, lors d’une restauration effectuée dans les années 1980, les historiens se mirent d’accord pour désattribuer ce très célèbre tableau en raison de différences picturales par rapport à Rembrandt. Désormais le tableau est attribué à son cercle. Néanmoins, nous retrouvons dans l’homme au casque d’or toutes les caractéristiques de Rembrandt, le plus grand peintre hollandais du 17e siècle. Il fut le maître de la technique du clair-obscur. C’est une peinture dans laquelle l'effet est obtenu par le simple moyen de la dégradation des ombres et des lumières, avec un seul ton. C'est proprement la distribution de la lumière, de l'ombre et surtout des demi-teintes dans un tableau. Sans être absolument monochromes, les œuvres de Rembrandt sont, sont généralement très limitées en couleurs.

Nous trouvons sur ce portrait d’homme exactement les caractéristiques du clair obscur de Rembrandt. Tout d'abord, l’œuvre est très sombre et réalisée dans un camaïeu de marron. Le personnage se détache ainsi à peine du fond. Le tableau est presque monochrome. Pourtant, les parties lumineuses attirent notre attention pour nous aider à lire le tableau. Admirez comme la lumière frappe violemment le casque de plein fouet presque comme un spot de cinéma. La lumière venant de la droite frappe le casque de telle sorte que nous pouvons parfaitement voir ses ornements gravés sur le casque grâce à une application épaisse presque pâteuse de la couleur. Observez ce casque. Voyez-vous la rangée de clous dorés du bord inférieur et surtout les entrelacs ; c’est à dire les dessins en C et les feuilles qui brillent sur le côté gauche de ce magnifique casque ?
Le visage est au contraire peint avec une touche très plate et légère et est à demi éclairé par opposition au casque. Nous voyons aussitôt qu’il s’agit d’un vieillard à moustache fatigué et le regard penché vers le bas. Un second point de lumière éclaire la partie gauche du col. Regardez-le ! Et nous pouvons ainsi remarquer que l’homme porte également une armure.
Mais c’est surtout le casque qui est mis en avant, qui ressort de l’ombre. Et là surprise ! Il ne s’agit pas d’un casque de l’époque de Rembrandt, le milieu du 17 e siècle, mais d’un casque de la Renaissance ! En effet ce casque a une forme ovale et un peu pointue au sommet. De plus, il semble formé de deux plaques de métal réunies au milieu. Il s’agit d’un type de casque que portait les Espagnols au 16e siècle. Donc le casque est démodé et fait référence au passé. De plus, l’homme est âgé: donc encore une référence au temps passé.
Mais qui peut-être ce personnage ? Il pourrait s’agir du Dieu de la guerre Mars dont l’attribut principal est le casque flamboyant. De plus, ce thème fut souvent représenté par les peintres hollandais de Rembrandt. Ensuite le fait que Mars est âgé fait certainement référence aux événements contemporains. La Hollande fut continuellement en guerre au 16e et 17e siècle en particulier contre l’Espagne. Déjà une gravure du 17e siècle montrait Mars endormi pour faire allusion à la trêve de 12 ans qui eut lieu entre 1609 et 1621. Dans le cas présent, l’œuvre pouvant être datée stylistiquement de 1650, il est possible que le tableau se réfère au traité de Westphalie de 1648. Ce traité venait de mettre fin à 30 ans d’une guerre qui avait déchiré l’ensemble de l’Europe et pendant laquelle les pays protestants et catholiques s’étaient entredéchirés. Mars fatigué a enfin posé les armes et conserve néanmoins son casque comme une sorte de mise en garde. Le portrait est particulièrement réaliste avec ses traits fatigués et son regard empli de fierté et de tristesse. Nous avons ici un chef-d'œuvre de la peinture qui reste un mystère, un peu comme ce Mars vieillissant.


<< 11 - Franz Hals : son his...         13 - Vermeer de Deft et s... >>

Sommaire complet du dossier :