Titien : son histoire et son œuvre

Chefs d'oeuvre de la galerie de peinture ancienne de berlin

Titien : son histoire et son œuvre









Tournez le dos au tableau de Caravage et rendez-vous jusqu’à la salle 11 en chiffre romain. Quand vous tournez le dos au Caravage, allez trois salles plus loin. Tournez vous vers la gauche et allez devant le grand tableau rectangulaire du milieu. Il s’agit de «la Venus et le joueur d’orgue» peint par Titien vers 1550.

Présentons ce maître incontesté de la peinture Vénitienne de la Renaissance. Quelques mots sur lui : il naquit vers 1487 et arriva à l’âge de 10 ans à Venise où il travailla successivement pour les peintres Bellini et Giorgione. En 1516, il fut nommé peintre d’état de la ville et réalisa une immense fresque pour le palais des Doges. Parallèlement, il peignit pour le duc de Ferrare et en 1530 rencontra Charles Quint. Il se rendit deux fois à Augsbourg à la demande de l’empereur afin d’y exécuter les portraits de nombreuses personnalités. Titien fut le maître incontesté de la couleur et eut une immense influence sur les générations suivantes.
Nous avons une femme nue allongée sur un grand lit recouvert d’une belle étoffe précieuse : une soierie rouge bordée d’un galon doré. Malgré sa nudité, nous pouvons voir que cette dame appartient à un cercle élevé de la société, car elle porte de riche bijoux : bracelets, collier de perle et sa coiffure est décorée de perles. Mais qui est-elle ? Elle est enlacée par un petit enfant ailé qu’elle s’apprête à embrasser. Cet enfant, il s’agit de son fils Cupidon ou amour et la dame est Vénus, la déesse de la beauté et de l’amour. L’originalité du tableau ne repose pas dans la représentation traditionnelle de Vénus, mais dans la présence d’un jeune homme élégant jouant de l’orgue au pied du lit. Cette iconographie fut inventée par Titien qui la réutilisa plusieurs fois et il existe ainsi une version au Prado et une autre à Vienne. Parfois, l’organiste est remplacé par un luthiste comme à New York. Mais quelle énigme se cache-t-elle derrière cette représentation ? Remarquez comme l’organiste regarde avec grande attention le corps de Vénus. Par ce mouvement, il symbolise le sens de la vue, tandis que l’orgue symbolise l’ouie. Cette composition est une allégorie de l’amour auquel nous parvenons grâce aux deux sens : l’ouie et la vue. Il s’agit d’une théorie développée par les écrivains de la Renaissance italienne. De même, nous nous tenons devant une image de la grâce et de la musique qui repose sur l’harmonie et se trouve au centre des réflexions de la Renaissance sur la valeur de la beauté.
La mise en scène du Titien est parfaite. Au premier plan, un lit recouvert de lourdes draperies et derrière à l’arrière-plan, un paysage paisible. Sur la droite du tableau, nous voyons une draperie aux plis savants ouverte pour laisser la vue dégagée sur le paysage. Quel contraste entre l’univers naturel et la richesse de l’intérieur dans lequel se trouvent les protagonistes. Cette opposition accentue encore plus l’aspect presque frivole de la représentation. Titien montre dans cette œuvre toutes les ressources du maniérisme, c'est-à-dire une composition très artificielle, pleine de manière donc. Le corps de Venus forme une grande courbe qui est posée artificiellement sur la couche. Voyez comme elle nous fait face au lieu de s’enfoncer dans ses draps. Ainsi, le corps est agrandi et se présente dans toute sa beauté. Le joueur a également une attitude formant une grande courbe. Il n’est pas droit, mais légèrement penché. Un autre trait fort du maniérisme est le côté luxueux de l’environnement: les draperies lourdes, le costume uniquement fait de brocard du jeune homme. Et même le petit chien en bas à droite près du bras de Venus appartient au registre de la parade. Il s’agit d’un bichon qui est un compagnon inséparable des dames de la noblesse Vénitienne du 16e siècle.
Titien se montre dans ce tableau un maître incontesté de la couleur. Admirez comme le rouge presque métallique éclate et occupe les 2 tiers de la toile grâce au rideau, au lit et à la veste du joueur d’orgue. Nous avons pour ainsi dire une composition dominé par 2 couleurs : rouge et doré-brun. Seule Vénus se détache réellement de cet ensemble par la blancheur de sa peau. Titien a réalisé son œuvre par grandes touches, la couleur et non le dessin crée le sujet. Sa maîtrise de la couleur aura une immense résonance sur les générations suivantes comme Van Dyck et Rubens.
Sa technique est caractéristique : regardez bien en vous approchant : vous voyez des touches rapides de couleur, qui assemblées, donnent aux formes une puissance extraordinaire. De fait, ici, tout semble vivre, bouger intensément. Mais si l’on se rapproche de la toile, les formes tendent à se décomposer, unies par une trame de couleurs qui passe imperceptiblement d’un ton à l’autre. De près, les formes n’ont pratiquement pas de contour, ce qui, avec le recul, leur donne beaucoup de vie.

Nous espérons que vous avez apprécié cette visite et vous souhaitons encore de belles découvertes à travers la galerie de peinture.


<< 16 - Caravage : son histo...         

Sommaire complet du dossier :