La chaire de la nef latérale

De la cathédrale saint-paul à l'archéoforum

La chaire de la nef latérale

Avançons-nous maintenant vers la chaire qui se trouve dans cette nef latérale. Entre les deux escaliers, nous découvrons une statue de marbre blanc. Ou du moins devrions, car elle est souvent prêtée pour des expositions.

Sous l’aspect d’un beau jeune homme cornu, c’est un diable déchu à la couronne défaite et au sceptre royal brisé. Cette chaire de 1842 est réalisée, comme c’était la mode à l’époque, dans le style gothique de la fin du Moyen Age, appelé néogothique.
Son auteur, Joseph Geefs, est un important sculpteur belge de la première moitié du 19e siècle. La sculpture que nous voyons ici n’est toutefois pas celle que l’artiste avait d’abord conçue. En effet, la première mouture, aujourd’hui au musée des Beaux-Arts de Bruxelles, était beaucoup plus séduisante. Le jeune homme très gracieux n’avait pas de cornes, ses pieds n’étaient pas crochus et son geste n’était pas aussi tourmenté. C’était tout simplement un magnifique éphèbe pensif que seules les ailes de chauve-souris venaient arracher à la condition humaine. L’idée de l’artiste était d’évoquer la séduction du Mal. Or la séduction en était effectivement si évidente que les jeunes liégeoises n’y furent pas insensibles, si l’on en juge par les dévotions qu’elles venaient rendre au bel ange déchu. Le clergé s’en formalisa, fit enlever la statue, en commanda une autre à l’artiste, avec, cette fois un pouvoir attractif et sensuel atténué par les éléments que nous observons : pieds crochus et tête cornue …


<< 8 - Les éléments légenda...         10 - Le siège de la sages... >>

Sommaire complet du dossier :