L’Eglise de Saint-Jean

De la cathédrale saint-paul à l'archéoforum

L’Eglise de Saint-Jean

Nous allons maintenant traverser la place en diagonale vers la gauche, afin de rejoindre le grand portail d’entrée de l’église Saint-Jean, au numéro 32. Et là-bas, nous irons directement dans le cloître, en prenant la porte à votre gauche, pour y écouter l’histoire de l’édifice.

Nous voici donc sur le lieu d’une deuxième collégiale liégeoise. Son origine remonte à 981 et sa fondation est l’œuvre d’un des plus célèbres évêques de Liège : Notger. Il a personnellement financé cette construction, dont seule subsiste aujourd’hui la grande tour de pierre. Tout le reste a été reconstruit en brique au 18e siècle, sur les traces du plan original.

Allons au fond du cloître, et retournez-vous afin de bien voir la tour romane, seul vestige ayant résisté aux reconstructions du 18e siècle. La base de cette tour date de l’évêque Notger, mais elle a été progressivement rehaussée aux 11e et 12e siècles. Cette grosse tour est entourée de deux tourelles qui contiennent chacune un escalier d’accès. Nous observons qu’il n’y a pas de porte à la tour, architecturalement massive et qui ferme l’église du côté Ouest. Comme signalé à Saint-Paul, la porte est rejetée sur le côté. C’est là un bel exemple de Westbau, ces constructions typiques de l’architecture romane du Rhin et de la Meuse. Elles attestent de ce que Liège et sa région sont alors culturellement tournées vers l’empire germanique. On ne connaît pas très bien le rôle des westbau, qui avaient vraisemblablement différentes fonctions, pratiques et symboliques. Ils pouvaient servir de tour de défense. La massivité de leur construction et l’absence de portes en témoignent.


<< 14 - La place Xavier Neuj...         16 - La Vierge de Saint-J... >>

Sommaire complet du dossier :