L’église Saint Denis

De la cathédrale saint-paul à l'archéoforum

L’église Saint Denis

Engageons nous maintenant jusqu’au bout de la galerie. Nous voici à l’autre bout du passage qui débouche dans une rue animée : la rue de l’Université que nous allons prendre à gauche sur une dizaine de mètres pour arriver sur une place triangulaire.

Cette place est en fait le croisement de la rue de l’Université avec sur notre droite, la rue de la Régence. Prenons cette rue. Une fois engagés, nous apercevons sur la gauche, à son extrémité une tour néo-gothique. C’est le beau bâtiment de la Grand’poste de Liège. Au-delà de cette tour coule la Meuse. Engageons-nous dans la rue de la Régence, et prenons la première ruelle à gauche, la rue Pont Thomas. Cette petite ruelle nous mène directement à l’énorme masse de l’ancienne collégiale Saint-Denis.

Impressionnant, non ? Traversons la rue, et allons jusqu’au pied de l’église. En lui tournant le dos, face à nous, au numéro 10 de la rue Donceel, une belle maison du 18e siècle, qui donne une bonne idée de ce qu’était le quartier autrefois. L’entrée dans l’église se fait à nouveau par une porte latérale. Allons sur la place Saint-Denis, à droite quand nous regardons la petite maison de la rue Donceel.

Asseyons-nous un instant sur l’une des chaises de la nef, et admirons l’harmonie intérieure de cette belle collégiale. Jaune et blanche, comme une église allemande du 18e siècle, cette nef est charmante. Voyez comme elle contraste de manière douce, avec le chœur gothique, aux belles fenêtres fines et élancées. La nef, elle, est d’époque romane, et ses piliers originaux furent remplacés au 17e siècle par ceux que nous voyons ici, en pierre grise. Et le haut des murs fut ensuite, au 18e, couvert par des stucs jaunes et blancs. C’est très original nous direz vous. C’est vrai. L’origine de cette rareté tient à la nature de la pierre de la région qui s’appelle le grès houiller, pierre qui a été utilisée pour les murs. Pierre friable, elle tire son nom du fait qu’elle se trouve entre des bancs de charbon, autrement dit de houille. Le grès houiller est difficile à tailler et ce sont généralement des petits blocs grossièrement équarris, comme ici, qui sont utilisés. Et quasi obligatoirement, ils étaient ensuite recouverts d’un enduit de chaux et probablement peints de couleurs très vives. Ils n’étaient pas destinés à être vus.


<< 18 - Le passage Lemonnie...         20 - Le rez-de-chaussée d... >>

Sommaire complet du dossier :