Les hôtels de maître de la Renaissance.

De la cathédrale saint-paul à l'archéoforum

Les hôtels de maître de la Renaissance.

Longeons, à présent, les maisons de la place verte en direction de l’escalier du fond qui mène à la rue en contre-haut de la place. Au sommet de l’escalier, nous déboucherons alors face à deux très beaux hôtels de maître de la Renaissance.

Nous sommes aux pieds d’une rue assez pentue : c’est la rue Haute Sauvenière. Mais face à nous s’ouvre la place saint Michel au dessus de laquelle nous pouvons voir deux très beaux hôtels de maître anciens. Celui qui se trouve au coin de la rue, restauré il y a quelques années, appartenait à la famille qui lui a donné son nom : de Soer de Solières. Comme son voisin de gauche, il date du 16e siècle et est l’œuvre de Lambert Lombard, dont nous avons déjà admiré les peintures dans l’église Saint-Denis. A sa gauche, doté de belles arcades ouvertes sur la cour, se trouve l’hôtel de Bocholtz. Bocholtz est le nom d’un chanoine de la cathédrale Saint-Lambert, qui fit construire cet hôtel. Notons qu’il y avait dans ce quartier, jusque dans les années 60 beaucoup de beaux hôtels canoniaux, c’est-à-dire qui abritaient les chanoines fortunés de la cathédrale Saint-Lambert. Mais la ville de Liège a fait faire ici des travaux qui ont complètement dévasté le quartier. Nous en verrons les ravages, dont les liégeois ne se sont pas encore remis, en haut de la rue Haute-Sauvenière.


<< 27 - La Place verte...         29 - L’église Sainte-Croi... >>

Sommaire complet du dossier :