L’église Sainte-Croix

De la cathédrale saint-paul à l'archéoforum

L’église Sainte-Croix

Mais continuons à monter la rue Haute Sauvenière. En haut à droite se trouve l’ancienne collégiale de Sainte-Croix.
Sur notre gauche, une rue monte vers Saint-Martin. Pour aller se promener vers cette belle église, si vous souhaitez le faire plus tard, c’est le chemin qu’il faudra emprunter. Mais pour l’heure, regardons à droite, la rue Sainte-Croix, que nous allons emprunter maintenant, en nous avançant jusqu’au portail de l’église, quelques mètres plus loin.

Mais avant de parler de cette église, tournons-lui d’abord le dos et voyons alors un large boulevard, qui descend de la colline et de l’autoroute pour déboucher en contrebas sur la Place Saint-Lambert. Une idée de génie, n'est-ce pas !  Amener l’autoroute jusqu’au cœur de la cité et pour ce faire procéder à une politique systématique d’expropriations et de destructions des splendides maisons qui autrefois occupaient ces lieux. L’église Sainte-Croix, derrière nous, a perdu à cette occasion la plus grande partie de ses paroissiens, début de sa longue agonie. Vue choquante, fruit d’une politique urbaine choquante. Car une visite comme celle-ci peut assurément être l’occasion d’un regard critique – critique constructive cela s’entend – sur la politique urbaine menée par la ville depuis les années 60.

Revenons à l’église Sainte-Croix, sans doute l’une des plus belles églises de Liège. Mais, ayant été victime de nombreux actes de vandalisme, elle n’est désormais ouverte qu’aux heures des messes. Son histoire récente est bien peu glorieuse pour les pouvoirs publics. Nous allons vous la conter.
Mais pour plonger dans l’atmosphère adéquate, continuons dans la rue Sainte-Croix, qui longe l’église. Au bout de l’église, un petit passage s’ouvre vers la droite. Un panneau y indique la direction du cloître. Nous vous attendons dans la petite cour au bout de ce passage.

Là, proposons des éléments explicatifs concernant la fondation de l’église Sainte-Croix.
La fondation de Sainte-Croix remonte à 986 sous Notger. Elle faisait partie, comme Saint-Denis, du système défensif de la ville et les remparts montaient jusqu’ici sur la colline. Elle est le fruit d’un subterfuge. En effet, un seigneur convoitait alors le terrain sur lequel elle se dresse pour y construire une forteresse qui aurait pu, affirma-t-il à l’évêque, protéger la ville de toutes incursions. L’évêque Notger saisit bien alors le danger que serait pour lui la présence, au-dessus de son palais, d’un fort géré par un seigneur extérieur à la ville. N’osant s’opposer frontalement au dit seigneur par peur des représailles, l’évêque va alors user d’un stratagème ecclésiastique. Prétextant un voyage, il diffère sa réponse mais avant de partir, il demande au prévôt de Saint-Lambert, Robert, de faire ériger rapidement une collégiale consacrée à la Sainte Croix, sur l’emplacement convoité par le seigneur. A son retour, vilipendé par le seigneur berné, il feint l’étonnement et va jusqu’à réprimander son prévôt pour cette initiative. Mais enfin, puisque l’église est là, on ne peut décemment pas la détruire ce qui serait parfaitement blasphématoire. Devant de tels arguments, le seigneur, furieux, ne pu que s’incliner.

Notger dota la collégiale de chanoines, 15 au début, nombre qui passera rapidement à 30. Plus tard, il confia aussi à l’église des reliques de la vraie croix du Christ. Elles seront enchâssées dans un merveilleux reliquaire au 12e siècle. Ce reliquaire existe toujours. Il est conservé aujourd’hui au musée d’art religieux et d’art mosan de Liège. Sachez que nous tenons une visite de ce musée à votre disposition avec PocketVox.
De l’église d’origine, donc de Notger, il ne reste pratiquement rien. Le westbau et sa tour octogonale, date du début du 13e siècle. Le reste, reconstruit d’est en Ouest, depuis le chœur auquel nous faisons face, jusqu’à la jonction avec le westbau, date du milieu du 13e siècle et du 14e siècle. Les chapelles latérales, quant à elles, ont été ajoutées au 15ème siècle. Leurs curieuses fenêtres en triangle, visibles depuis la rue Sainte-Croix, contribuent à donner à l’église une physionomie assez particulière.


<< 28 - Les hôtels de maître...         30 - La cour canoniale  ... >>

Sommaire complet du dossier :