Le bâtiment numéro 13

De la cathédrale saint-paul à l'archéoforum

Le bâtiment numéro 13

Vous êtes à nouveau dans la cour ? Bien. Alors ressortons maintenant de la cour pour retrouver la rue Sainte-Croix. Nous prendrons tout de suite vers la droite, pour constater que la rue se termine en cul-de-sac. Vous vous arrêterez devant la porte du numéro 13, grand hôtel de maître sur la droite.

Vous êtes devant le numéro 13 ? Nous allons parler d’un de ses habitants illustre, César Franck et du bâtiment renaissance porche de là. Alors, placez-vous de manière à avoir cette porte à votre droite. Autrefois, bordée de maisons sur les deux côtés, la rue Sainte-Croix descendait en pente douce vers la place Saint-Lambert. Actuellement, elle finit en cul-de-sac, par un garde-fou. Au-delà de cette barrière, vous pouvez voir une grande façade en pierres grises. C’est l’ancien palais des Princes-évêques, siège aujourd’hui du gouvernement de la province de Liège et du palais de Justice de la ville.

Pourquoi nous arrêtons-nous devant le numéro 13, alors que ce bâtiment ne semble pas présenter un grand intérêt ? Car, comme l’indique la pette plaque à droite de la porte, c’est la maison natale du compositeur César Franck, par ailleurs baptisé dans l’église Sainte-Croix. César Franck est, avec Berlioz, l’une des grandes figures de la musique française du 19e siècle. Il reste essentiellement connu pour sa musique sacrée.

Regardez maintenant sur la droite de cet hôtel : il y a une bâtisse Renaissance. C’est l’hôtel Torrentius, autre œuvre de l’incontournable et talentueux Lambert Lombard. Cet hôtel, privé, a été restauré il y a quelques années dans une perspective très moderne, par l’architecte liégeois assez connu Charles Vandenhove. C’est le peintre français Daniel Buren, grand spécialiste des lignes verticales, et auquel l’on doit les colonnes de la cour du palais Royal à Paris, qui en a réalisé une partie du décor intérieur. En regardant au travers des vitres de la porte, vous devriez pouvoir en voir quelques éléments.

Tournons maintenant le dos à ces deux hôtels de maître. Face à nous, en contrebas, nous voyons la voie rapide, suivie directement par la ligne de chemin de fer. Au-delà du chemin de fer, légèrement sur la droite, vous pouvez apercevoir la haute tour en pierres beige-brun d’une église médiévale : c’est l’église Saint-Servais. Enfin, à droite de cette église, sur la colline, nous apercevons un quartier assez dense de vieilles maisons. C’est le quartier populaire de la rue Pierreuse. Un lieu plein de charmes où il est agréable de flâner dans l’atmosphère qui devait être celle du Liège d’antan, telle que nous la découvrirons lors de la seconde promenade que nous vous proposons.


<< 30 - La cour canoniale  ...         32 - Le palais provincia... >>

Sommaire complet du dossier :