La mosquée de la Koutoubia

De la koutoubya a la medina en passant par la medersa ben youssef.

La mosquée de la Koutoubia

Voyons maintenant ce chef-d’œuvre de l’art dit hispano-mauresque. Cette forme d'art s’est développée à Séville et à Cordoue puis dans les grandes villes du Maghreb comme Marrakech. Nous allons maintenant décrire et parler de cette mosquée. C’est à Abd el moumen que nous devons la mosquée de la Koutoubia dont l’entrée est interdite aux non-musulmans. Rappelons que cette interdiction est à l'origine un conseil de Lyautey aux municipalités, mais que ce conseil a trouvé un écho favorable auprès des susceptibilités de toutes sortes.
Tout d’abord quelques chiffres pour mieux en réaliser l’importance: elle mesure 90 mètres sur 60 et est formée de 16 nefs. C’est l’une des plus vastes du Maghreb. Regardez son minaret maintenant : il sera achevé en 1185. Il mesure 77 mètres de haut. L’ensemble est construit en calcaire provenant des collines entourant Marrakech. Fait remarquable, le minaret est composé d’un noyau formé de 6 salles les unes au-dessus des autres. Ce qui est remarquable, car habituellement il ne s'agit que d'une tour pourvue d'escaliers permettant d'atteindre le sommet pour l'appel à la prière. Or ici l'ensemble du bâtiment est exploité : on donne du sens au minaret. Il n'est plus un simple moyen d'élévation au-dessus de la ville, mais un lieu de prière, et de réflexion, car ses salles abritaient archives, ouvrages précieux et lieux de méditation.
Voyez tout autour du minaret : il est entouré par une rampe et non par un escalier. Cela avait été fait pour faciliter la montée des matériaux de construction. Cette solution architecturale est ancienne : on l'observe notamment dans des bâtiments antiques du Proche-Orient, ce qui prouve la transmission des techniques architecturales de l'orient vers l'occident. Alors : de l’extérieur, que voyons-nous ? Commençons par regarder le bas : on voit une première partie en forme de pilier assez massif. Cela dit, selon nous, cette massivité est compensée par la légèreté du décor. En en faisant le tour tout à l’heure, vous constaterez que celui-ci n’est pas identique sur les 4 faces. Regardons ce décor : il est formé de motifs entourant des ouvertures qui permettent bien sûr de faire pénétrer la lumière, mais aussi d’alléger la façade. Voyez la partie supérieure de ce pilier : on y voit des arcatures polylobées qui sont ces petites arches formées de plusieurs arcs de cercle, plus resserrées. Leur fonction est, en partie, d’attirer le regard vers le haut. Vers le haut et donc vers les merlons que nous voyons. Les merlons sont des motifs évoquant de petits escaliers. Symboliquement, les dentelures évoquaient la course ascendante et descendante du soleil et les créneaux rappellent une enceinte défensive fortifiée. Toujours est-il qu’ici, ces merlons délimitent une plate-forme sur laquelle s’appuie un grand lanternon de 16 mètres de haut. Ce qui n’est pas rien, avouons-le ! Lui aussi est de base carrée. Regardez-le : vous voyez que sur chaque face de ce lanternon, il y a deux ouvertures en forme de lancettes qui sont là pour l’alléger. Au-dessus de celles-ci, nous voyons un entrelacs en relief et encore une fois un couronnement de merlons. Et enfin, tout en haut, il y a un beau dôme, lui-même surmonté par une hampe portant des boules de cuivre, symboles de sphères célestes. Observez également cette sorte de potence près du sommet. Elle sert à placer un drapeau. Oui ! mais pour quoi faire nous direz-vous ? Et bien, il indique aux sourds l'appel à la prière pour le vendredi. En tout cas, sachez que ce minaret de la Koutoubia a servi de modèle pour la Giralda de Séville et pour tous les minarets marocains. Son importance et son rayonnement sont donc immenses. Pourquoi? Parce que c’est la première fois que le décor permet ainsi d’alléger une structure massive. En plus, autrefois, des éléments vernissés venaient souligner ces décors. Ce minaret est donc symbole à la fois de la puissance et du raffinement.


<< 3 - Les Almohades...         5 - Le tour de la koutou... >>

Sommaire complet du dossier :