La salle capitulaire

Decouverte d'arles

La salle capitulaire

Parmi ces arcades, l’une correspond à une porte qui ouvre sur la salle capitulaire : dirigeons-nous vers cette porte, et entrons dans la salle.

Voilà, nous sommes maintenant dans une grande salle. Levez les yeux : vous êtes maintenant un spécialiste des voûtes et voyez que celle-ci est en berceau brisé. Cette salle était la salle du chapitre des chanoines de Saint-Trophime. C’est là qu’ils se réunissaient. Ici une petite parenthèse s’impose pour expliquer ce que c’est que des chanoines, et ce qu’était leur mode de vie à l’époque médiévale. Alors voilà, si nous sommes dans un cloître à côté d’une ancienne cathédrale, c’est qu’à l’origine, la plupart des cathédrales françaises avaient un cloître. Le clergé qui dessert les cathédrales, comme aussi certaines églises que l’on appelle les collégiales, est composé de chanoines. Et ces chanoines avaient 2 caractéristiques: d’une part, ils recevaient et géraient la plus grande partie des revenus de la cathédrale, et disposaient d’un pouvoir au moins égal à celui de l’évêque. D’autre part, ils formaient une communauté de clercs réguliers. C’est-à-dire que sans être des moines, ils devaient mener une vie commune et observer une règle. Celle-ci leur imposait, entre autres, de prendre leurs repas en commun, et en théorie, de dormir dans un dortoir collectif : comme des moines.
Et ça, c’est l’aspect de la règle dont les chanoines se sont le plus vite libérés : ils ont obtenu de pouvoir vivre dans des maisons particulières, à condition que celles-ci forment un quartier clos. C'est-à-dire un quartier dont les portes étaient fermées la nuit, afin qu’aucune femme n’y entre ! La règle, édictée sous Charlemagne, qui régissait la vie des chanoines précise à ce sujet qu’il fallait empêcher «  que le loup invisible » ne pénètre dans « la bergerie du seigneur » et n’y dérobe l’une de ses brebis…Certaines villes ont conservé leur quartier canonial (canonial voulant dire « des chanoines »), d’autres quelques maisons seulement.
D’autres encore ont un cloître, avec la salle du chapitre, comme ici, avec même parfois leur réfectoire. Mais ce qui est assez rare, c’est de trouver un ancien dortoir canonial : et pour cause, les confortables maisons avaient remplacé partout le dortoir. Et bien, justement Arles a encore sur les 2 ailes romanes du cloître, la salle capitulaire donc, nous y sommes, et le réfectoire et le dortoir ; nous les verrons dans un instant. Bon, jetez un coup d’œil pour finir aux tapisseries du 17e siècle accrochées dans cette salle, puis rendez-vous dans le cloître.


<< 14 - Le pilier d’angle en...         16 - Le réfectoire des ch... >>

Sommaire complet du dossier :