La place du Forum

Decouverte d'arles

La place du Forum

Maintenant nous allons quitter cette place du Plan de la Cour. Quand nous sommes dos à l’Hôtel de Ville, traversons la place et prenons la petite rue du Palais qui se trouve au fond à droite de la place. Nous irons par cette rue du Palais jusqu’à la place du Forum.

Nous sommes place du Forum ? Eh bien retournons-nous en direction de l’hôtel Nord-Pinus, cette institution arlésienne. Bien sûr, ce n’est pas vraiment pour lui que nous regardons dans sa direction, c’est pour ce fragment de temple romain qu’on dirait encastré dans la partie gauche de la façade l’hôtel. Deux colonnes avec leur chapiteau, un morceau d’entablement au dessus, et le départ d’un fronton. Voilà tout ce qui reste, du moins sur la place, car il y a encore un bout de mur à l’intérieur de l’hôtel. Alors s’agissait-il d’un temple ? Eh bien, on n’en est pas certain. Car, dans les villes romaines, le forum était une place rectangulaire et monumentale. Qu’y faisait-on ? Et bien de tout. C’était à la fois le lieu de commerce: on y trouvait des boutiques, un marché. Mais c’était aussi une place à usage politique : on trouvait des bâtiments comme le comitium, où l’on élisait les magistrats municipaux, et comme la basilique, qui était le palais de justice. Et non un lieu de culte ; Et puisqu’on en parle, il y avait des temples. Dont un plus important que les autres : le temple de Jupiter.
On a donc cru, jadis, que ce morceau de façade appartenait au temple de Jupiter. Mais on n’en est plus certain, car son orientation n’est pas celle qu’ont les temples de Jupiter dans les villes romaines. Donc, ce n’est vraisemblablement pas un temple. Le bâtiment auquel il appartenait était donc peut-être une entrée monumentale du forum, se détachant, en forte avancée sur l’un de ses longs côtés. Et le forum lui-même commençait le long du Plan de la Cour, ses galeries souterraines étant conservées sous l’hôtel de ville, sous le Municipe et l’Hôtel du Viguier, et au-delà. Au fait, qui est ce digne barbichu en bronze, avec sa canne et son panama, devant l’hôtel Nord-Pinus. C’est Frédéric Mistral, le grand poète provençal, l’auteur de « Mireille », prix Nobel de littérature en 1904, pour son œuvre en langue provençale. Nous reparlerons de lui dans quelques instants.


<< 21 - L’ancien Municipe...         23 - Les galeries souterr... >>

Sommaire complet du dossier :