Le Musée Arlésien

Decouverte d'arles

Le Musée Arlésien

Bon, maintenant regardons devant nous dans la rue Balze : juste après la chapelle des Jésuites, dans le tournant, nous voyons, un grand bâtiment d’allure médiévale qui date de la fin du 15e siècle, ou du début du 16e. Il est doté de superbes fenêtres à meneaux et sa façade est couronnée par un mâchicoulis. Ce sont ces petits escaliers à l’envers qui supportaient le surplomb du chemin de ronde. Il faut donc imaginer un crénelage au dessus, même si à cette époque un mâchicoulis était surtout décoratif, de même que le crénelage d’ailleurs. Autre détail décoratif emprunté, lui aussi, à l’architecture des châteaux-forts : l’échauguette, c'est-à-dire la tourelle en surplomb, à droite. Eh bien, il s’agit là de l’ancien hôtel de Laval-Castellane, acheté par les Jésuites au 17e siècle et transformé par eux en collège. La chapelle des Jésuites, que nous venons de voir, avait d’ailleurs été construite pour ce collège. Maintenant, faisons le tour de ce bâtiment et allons voir son entrée au 29 rue de la République. Dans la rue Balze, il faudra prendre la 1ere à gauche, qui sera la rue Frédéric Mistral, puis aussitôt à gauche, la rue de la République.

Nous sommes devant le 29 ? Curieux, n’est-ce pas ? Ce n’est plus du tout la même architecture. Et en effet, il s’agit de la nouvelle aile ajoutée par les Jésuites, au 18e siècle, dans le goût des hôtels particuliers que l’on construisait à cette époque, avec un fronton triangulaire. Mais on ne pourra rien dire de sa décoration sculptée. Tout simplement, car elle n’a jamais été réalisée. Et les pierres -d’allure disons « cubiste » que nous voyons sur la façade, notamment sous le balcon, de chaque côté, eh bien, ce sont les pierres qui auraient dû être sculptées, et qui attendent toujours de l’être. Comme on le voit de ce côté, l’hôtel de Laval-Castellane est le siège du Musée Arlésien (Museon Arlaten en provençal), un musée consacré aux arts et traditions populaires du pays d’Arles et à la culture provençale. Il a été créé par le poète Frédéric Mistral. Voilà : en regardant au fond de la cour, nous reconnaissons les fenêtres à meneau et le mâchicoulis du bâtiment de la rue Balze. Et même, il y a en plus une jolie galerie à arcades et une tourelle d’escalier. Mais cette cour a bien sûr quelques choses de tout à fait spécial, et qui vous intrigue sans doute depuis le début. Et c’est cette grande excavation au milieu, entourée d’une rambarde métallique : et dans ce trou, il y a un mur orné d’arcades, et une colonne cannelée, avec son chapiteau. Ce sont, bien sûr, des vestiges antiques, romains : ceux de ce qu’on appelait un « monument à exèdre », un bâtiment en forme de demi-cercle que les romains ornaient généralement d’une statue.


<< 23 - Les galeries souterr...         25 - Le curieux portail b... >>

Sommaire complet du dossier :