La rue du Grand-Prieure

Decouverte d'arles

La rue du Grand-Prieure

Bien, quittons maintenant les thermes de Constantin, et retournons au début de la rue du Grand Prieuré, où nous étions tout à l’heure. Ah, au passage, vous pouvez, si vous le voulez, faire un crochet et monter sur la levée, le chemin surélevé qui longe le Rhône, afin de regarder le fleuve : car nous sommes ici juste au bord. Après ce coup d’œil, nous pourrons redescendre et aller voir les 1ers bâtiments de la rue du Grand-Prieuré.

Nous sommes rue du Grand-Prieuré. Alors, précisons tout de suite qu’il s’agit du Grand Prieuré de l’Ordre de Malte et que celui-ci est le long bâtiment un peu noir que nous trouvons sur la gauche, en venant des thermes, juste au début de la rue. L’ordre de Malte : c’est un ordre hospitalier, plus exactement, c’est l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, fondé au 11e siècle en terre sainte, avant même la 1ere croisade. Cet ordre est donc plus ancien que l’ordre du Temple. Quand le royaume franc de Palestine s’effondre, à la fin du 13e siècle, l’ordre se replie d’abord à Chypre, puis sur l’Ile de Rhodes. Là, les hospitaliers de Saint-Jean deviennent les Chevaliers de Rhodes. Mais en 1522, après un long siège, l’île tombe aux mains des Turcs de Soliman le Magnifique. Quelques années après, l’empereur Charles Quint donne à l’ordre l’Ile de Malte : les chevaliers de Rhodes deviennent alors les chevaliers de Malte.
L’ordre avait dans l’Europe entière des commanderies dont il tirait la plus grande partie de ses revenus. Et le nombre de ces commanderies avait fortement augmenté au 14e siècle, après qu’on lui ait attribué les biens du Temple, à la suite du fameux procès des templiers, et de la dissolution de leur ordre. Et ces commanderies étaient placées sous l’autorité de Grands Prieurés, au nombre d’un ou deux par Langue. Oui, Langue, car l’ordre n’était pas organisé sur une base nationale, ou territoriale, mais en « langues » : la Langue d’Auvergne, celle de France, celle de Provence etc. Et la langue de Provence était une des plus importantes : elle avait 2 Grands-Prieurés, dont celui-ci, à partir du 16e siècle. Les bâtiments conservés datent de plusieurs époques: les plus anciens sont de la fin du 15e, et sur la rue vous voyez plusieurs contreforts le long du mur, comme s’il fallait consolider le mur à la retombée d’une voûte. Eh bien c’est le cas : il y a derrière une chapelle voûtée qui date de la fin du 15e, les autres bâtiments sont en partie du 16e, en partie du 17e, et même du 18e : c’est le cas par exemple du 1er bâtiment sur la rue, à gauche, avant la chapelle.


<< 27 - Les thermes de Const...         29 - Le musée Réattu... >>

Sommaire complet du dossier :