Structure intérieure rajoutée au cours des siècles par les chrétiens

Decouverte de split

Structure intérieure rajoutée au cours des siècles par les chrétiens

Comme on l’a vu : toute la structure, les frises de médaillons et les colonnes sont de la période romaine. Mais détaillons à présent tout ce qui a été ajouté au cours des siècles par les chrétiens qui ont utilisé ce site. Et commençons maintenant par la chaire romane qui se trouve immédiatement à gauche de la porte quand on entre. Elle date du 13e siècle et est en marbre. Et regardez la cuve d’où le prêtre effectuait son prêche. Et là, regardez les mini colonnes qui entourent cette cuve. Elles sont ravissantes d’élégance et sont faites dans 5 marbres différents. Prenez le temps de regarder les sculptures faites sur la cuve. On voit de nombreux animaux dans les entrelacs de pierre. Puis quand nous sommes face à la cuve, allons un peu sur notre droite vers la grande niche qui abrite un autel dédié à saint Domnius. Rappelons que c’est le saint patron de la ville de Split. Il était le premier évêque de Salone et fut martyrisé dans l’amphithéâtre de cette ville sur ordre de Dioclétien pour avoir refusé d’abjurer sa foi. Une partie de ses reliques a été transférée ici après l’invasion de Salone par les barbares. L’autre partie des reliques se trouve dans la basilique du Latran à Rome. L’autel est très récent, car il date du 18e siècle. Il représente 2 allégories : l’une est la foi et l’autre est l’espérance tenant le reliquaire. En dessous, les peintures de capogrosso représentent la vie de la Vierge. Juste devant l’autel, il y a un bas-relief qui montre le martyr de Domnius et sa décapitation dans l’amphithéâtre. Mais souvent, il est couvert d’un tissu. Et enfin, s’il se trouve encore là, vous voyez le prie-Dieu devant l’autel : c’est celui dont s’est servi le pape Jean-Paul II, lors de sa visite en Croatie. Puis, à droite encore, nous avons l’un des chefs-d’œuvre de la cathédrale : c’est un autre autel de marbre blanc dédié cette fois à saint Anastase. C’est l’œuvre d’un architecte et sculpteur majeur du 15e siècle : Juraj Dalmatinac, c'est-à-dire Georges le Dalmate. Cet artiste a réalisé des œuvres remarquables non seulement en Croatie, mais aussi à Venise et à Ancône. Il est considéré comme le père de la renaissance croate. C’est en effet lui qui à fait passer l’architecture et la sculpture de l’époque du gothique tardif dans la renaissance.
L’autel représente un gisant : c’est saint Anastase, un marchand de tissu vénitien chrétien qui s’était installé à Salone. Alors quelle est son histoire : et bien, impressionné par le martyre de Domnius, par défi, il peint une croix sur la porte de sa boutique. Il est donc condamné à mort par Dioclétien. Il sera jeté dans le fleuve jadro qui borde la ville de salone avec une meule de pierre autour du cou. Alors, regardez sous le cou du gisant : c’est la meule que nous voyons. Regardez la finesse des détails… et surtout, au dessus du gisant, voyez le drapé de pierre qui protège l’autel: c’est à la fois précis, structuré et vivant. C’est là tout l’art de Juraj dalmatica. Ses œuvres ne sont jamais figées : elles sont d’une très grande légèreté et comme animées par le vent. Le choix du marbre blanc accentue le côté presque fragile de la sculpture. Et maintenant, regardons vers la droite : nous avons un passage qui ouvre, vers le choeur, mais avant de nous y rendre continuons, à tourner dans le sens des aiguilles d’une montre. Juste après le passage se trouve un autre autel, c’est le plus ancien du lieu. Allons devant : et donc, il date de 1427 et a été réalisé par Bonino de Milan pour abriter les reliques de Domnius. Nous n’avons rien de particulier à en dire.


<< 10 - Un intérieur structu...         12 - Le trésor de la cath... >>

Sommaire complet du dossier :