L’intérieur du temple de Jupiter

Decouverte de split

L’intérieur du temple de Jupiter

Regardons maintenant ce temple érigé à la toute fin du 3e siècle alors que Dioclétien construit son palais. Il est de forme classique, rectangulaire, avec un fronton triangulaire au-dessus de l’entrée. Ce temple est tout en élévation. Bien sûr, aujourd’hui il parait assez ramassé, coincé entre les bâtiments qui l’entourent. Mais à l’époque de sa construction, l’espace était dégagé. On avait donc un bâtiment tout en hauteur, car ainsi il rappelait l’une des épithètes du dieu Jupiter, le dieu de ce qui est au-dessus de tout. Cet effet de hauteur est bien sûr accentué par la base soutenant le temple. Entrons maintenant dans le temple.

A l’intérieur du temple, ce qui nous frappe immédiatement, c’est encore une fois l’aspect compact de la construction. L’espace est petit, mais, ici encore, tout en élévation. Le plafond surtout est remarquable. Regardez-le. Nous voyons qu’il est constitué de caissons sculptés, ornés de motifs géométriques ou floraux d’une grande finesse. Les volutes des feuillages sont remarquables de mouvements. C’est une véritable dentelle ornementale. À côté : les murs sont nus, très dépouillés. Autrefois, ils laissaient le regard se porter sur la statue de Jupiter, mais le temple a été transformé en baptistère à la fin du 7e siècle. Et c’est depuis ce temps que le grand baptistère en forme de croix a été rajouté. Alors pourquoi un baptistère aussi grand nous demandez vous ? La raison est simple : à l’époque, le baptême se faisait alors par triple immersion, et c’était une immersion totale. Et comme on baptisait principalement des adultes, il était nécessaire d’avoir un bain important. Ce baptistère est composé de dalles qui à l’origine devaient être des morceaux de chancel provenant d’une église de Salone. Le chancel est un petit mur qui séparait la nef principale de l’église du chœur de celle-ci. Il était composé de dalles de marbre ou de calcaire sculptées, glissées verticalement entre des petits piliers. Comme on le sait, lorsque les habitants de Salone ont fui leur ville devant les invasions barbares, ils sont venus se réfugier dans le palais. Une fois la paix revenue, ils ont décidé d’y rester et d’aménager les lieux. Ils sont donc retournés à Salone et se sont servis de leur ancienne ville comme d’une carrière, prenant ça et là des éléments de décor comme celui que nous avons sous les yeux. Par contre, la dalle constituant le bas-relief qui fait face à l’entrée est plus récente. Et en effet, le thème décoratif de celle-ci n’est pas religieux, mais politique. Alors que voyons-nous? Vous voyez ce personnage trônant qui occupe l’essentiel de l’espace. Il est représenté de manière un peu naïve et lourde. Pourquoi disons-nous lourde ? Et parce qu’il est très frontal. Il s’agit selon toute vraisemblance du roi croate Dimitri Zvonimir qui aurait été couronné en 1075 dans les ruines de Salone. Ce roi représente l’apogée du royaume croate qui a duré du 9e siècle à la fin du 11e. Ce royaume indépendant comprenait la Dalmatie et la Croatie. C’est une période de paix et de prospérité. Une période très importante, car elle marque le début d’une conscience d’identité nationale. Malheureusement, Zvonimir meurt sans héritier, ce qui provoquera une période de troubles. Finalement, ce sont les Hongrois qui récupéreront le pouvoir en Croatie, s’en sera fini de l’indépendance du pays. Dès lors, Dimitri Zvonimir apparaitra comme le roi symbolisant la liberté, l’indépendance et la fierté nationale. Et dans la mythologie populaire, l’époque de son règne deviendra un véritable âge d’or. Remarquons également la sculpture qui se trouve au fond du temple : elle représente saint Jean-Baptiste. 2 mots sur lui : Jean est le cousin du Christ. IL sera un ascète qui méditera dans le désert d’où sa maigreur. Vous voyez ? Et d’où, ses vêtements qui sont des peaux de bêtes que nous voyons aussi. Et c’est st jean qui annoncera que Jésus, son cousin doncn est le fils de Dieu et c’est lui encore qui baptisera le Christ. D’où son nom de Saint-Jean le Baptiste. Cette belle sculpture est due au sculpteur contemporain Mestrovic.


<< 13 - Le temple de Jupiter...         15 - La porte de fer... >>

Sommaire complet du dossier :