Le Palais Royal

Deuxieme promenade au chateau de prague

Le Palais Royal

Nous sommes maintenant dans la troisième cour du Château. Lors de la première promenade, nous avons souligné que cette cour était composée de deux ensembles, la Cathédrale et le Palais-Royal. Nous allons aujourd'hui explorer le Palais Royal.
La cathédrale Saint-Guy est devant nous, la grande tour est au centre, et à droite se trouve la Porte Dorée et son tympan en mosaïques consacré au Jugement dernier. On aperçoit à droite de la Porte un petit pont suspendu qui relie la cathédrale à une aile de la cour où se trouve ce fameux Palais royal. Dans le passé, ce pont permettait au souverain de passer directement de son Palais à l'Oratoire royal de la cathédrale, sa chapelle privée, pour suivre les offices religieux. Bien entendu, depuis, le Palais royal a été très remanié. Pour preuve cette façade colorée, mais très sobre, qui se déroule tout autour de la cour et qui date de la fin du 18e siècle. On l'appelle l'aile "thérésienne" car c'est à l'époque de Marie-Thérèse d'Autriche qu'elle fut construite. Voyez comme le décor est sobre et on est bien loin de toute exubérance baroque. Cela annonce un rappel à l'ordre dans les arts qui sera effectif quelques années plus tard avec l'avènement de ce que l'on appelle le néo-classicisme. Le néo-classicisme est une volonté de ramener l'architecture à l'essentiel, de la ramener au contour linéaire, avec un modèle, l'Antiquité grecque. Mais pour le moment, consacrons-nous au Palais-Royal.
Lorsque nous sommes face à la porte dorée, allons à droite vers le portail d'entrée du palais Royal. Il est précédé d'une petite fontaine dessinée par Josef Plecnik.

Nous sommes sous le porche du Palais Royal ? Alors, nous pouvons maintenant franchir le seuil du Palais et entrer dans la première salle. C'est une sorte de vestibule qui donne accès à deux parties du Palais, la Chambre Verte, tout de suite à gauche et la célèbre Salle Vladislav, en face de nous, derrière une grande porte en bois.
Ce palais, depuis sa création vers l’an 900, connaîtra pas mal de travaux d’agrandissement puis de rénovation, voire même de réhabilitation, car il sera abandonné un moment. Et ce sera l'arrivée au pouvoir de la dynastie d'origine polonaise des Jagellon, en 1471, qui lui permettra de reprendre sa fonction de Palais. IL était en piteux état, et le roi polonais Vladislas décide alors d'engager de grands travaux.
Et pour ce faire, il fait appel à l'architecte Benedikt Ried. Il lui demande de lui livrer un palais qui frappera l'esprit de ses futurs visiteurs. Ensuite, au 16e siècle, avec l'arrivée au pouvoir des Habsbourg, Prague perd son titre de capitale de l'Empire au profit de Vienne. Le palais ne joue plus dès lors qu'un rôle administratif. Les légats de l'empereur continuent d'y siéger et la diète de Bohême- c'est-à-dire l'assemblée qui régit les affaires du pays- s'y réunit, mais vraiment pour la forme. Car tout est décidé à Vienne.
C'est pourtant dans ce Palais-Royal, qu'en 1618, se déroule un événement dont les conséquences seront meurtrières pour l'Europe comme nous le verrons : la défenestration de Prague. Au 18e siècle, le Palais s'endort, et sert même à l'occasion d'entrepôt ! C'est au président Thomas Masaryk que l'on doit la réhabilitation du Palais. En 1934, il décide que la salle Vladislav sera désormais le lieu d'investiture du président de la République, et elle a gardé cette fonction jusqu'à aujourd'hui. Voilà, c'était en quelques mots l'histoire du Palais-Royal.


<< 2 - Deuxième promenade a...         4 - La Chambre verte... >>

Sommaire complet du dossier :