La place des Carmes

Dorsoduro meconnu et tiepolo

La place des Carmes

Maintenant, nous allons gagner le Campo dei Carmini, la place des Carmes. Pour cela, tournons le dos à la ruelle par laquelle nous sommes arrivés, et allons tout droit au fond de place santa Margherita. Nous arrivons dans une rue appelée la Calle della Scoazzera. C’est là que se trouvait l'ancien canal.

Arrivés ainsi au bout de la place, sachez que le mur face à nous est celui de l’église des Carmes et que, à notre droite, nous avons l’entrée de la scuola dei carmini où nous reviendrons dans quelques minutes. Mais pour l’instant, allons place des carmes. Et donc,
De là prenez à droite vers le Campo dei Carmini, situé à moins de 100 mètres. Cette place jouxte celle de Sainte Marguerite.

Une fois que vous êtes arrivé sur le Campo dei Carmini, la Place des Carmes, placez-vous en son centre, dos au canal.

Vous faites alors face à deux bâtiments majeurs, que vous pouviez déjà apercevoir depuis la place Sainte Marguerite, il s’agit de l'église Santa Maria dei Carmini face à vous et de la Scuola Grande dei Carmini sur votre gauche et de couleur blanche.
La place, comme son nom l’indique, est consacrée à l'ordre des Carmes, aussi appelé l'Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel.
Nous allons à présent vous narrer l’histoire de cet Ordre et de ces deux bâtiments. Voici donc l’histoire des carmélites : en 1185, des moines ermites s'établirent, à la demande des Croisés, sur le mont Carmel, dans l'actuel Israël. La reconquête de Jérusalem par les musulmans les contraint à rentrer en Europe, plus particulièrement en Angleterre et en France, au début du 13e siècle. Ces ermites se regroupent alors en un ordre reconnu par l'Eglise, un ordre qui va s’étendre grâce à l'intervention de Saint Simon Stock dont nous reparlerons dans la Scuola dei Carmini. La branche féminine de l'ordre, les Carmélites, est fondée en 1452. Au 16e siècle, les Carmes se séparent en deux groupes : les carmes déchaux, issus de la réforme de l'ordre, et les grands carmes de l'antique observance, les carmes chaussés. Le "déchaussement", port de sandales et non de chaussures, marque l'appartenance à la branche réformée plus rigoureuse. Les carmes, qui sont des contemplatifs, ont adopté une spiritualité mystique dont les grands représentants sont Thérèse d'Avila, Jean de la Croix, Thérèse de l'Enfant Jésus. L'ordre des Carmes compte aujourd'hui 5500 moines, toute obédience confondue.
La Contre-Réforme entraîne aussi la création de confraternités laïques désireuses de prier la Vierge et le scapulaire, liées à l'Ordre des Carmes. Venise ne fait pas exception. La confraternité laïque, active depuis la fin du 13e siècle, qui se réunit, dans un premier temps, en l'église des Carmes, décide d'acquérir à partir de 1625 plusieurs édifices situés sur la même place afin d'en faire leur siège. La Scuola dei Carmini est alors fondée qui deviendra la Scuola Grande en 1767.
Au 17e siècle, la très riche confrérie des Carmes, forte de ses 75000 membres, soit presque la moitié de la population de Venise, confie aux architectes Cantello puis Longhena le soin de réaliser le bâtiment que vous voyez.
Résultat : la Scuola Grande dei Carmini présente deux façades, toutes deux réalisées par Baldassare Longhena mais dans des styles plutôt différents : celle qui donne sur la place Sainte-Marguerite se compose de deux étages et est pourvue de doubles colonnes corinthiennes, c'est-à-dire de colonnes aux chapiteaux à feuillage. Et l’autre façade, qui donne sur la place des Carmes, a trois niveaux et présente un soubassement à bossages.
Les bossages sont les saillies du mur nu. On y voit aussi des fenêtres qui sont à peine marquées par de petits pilastres. Longhena est l'auteur de la Salute, l'une des églises vénitiennes les plus visibles situées à l'un des bouts du Grand Canal. Et on peut dire de lui qu’il est l'un des architectes vénitiens parmi les plus doués et les plus imaginatifs de la Venise du 17siècle. Il y laissa, partout, l’empreinte de sa marque classique accompagnée d'une touche baroque. Sa fantaisie s’exprime tout particulièrement dans ces deux façades, pensées en fonction des différents espaces urbains sur lesquels elles donnent.


<< 6 - La place Sainte Marg...         8 - La scuola  ... >>

Sommaire complet du dossier :