La place de Largo Torre Argentina

Du gesu au pantheon : le quartier du champs de mars

La place de Largo Torre Argentina

Nous sommes maintenant sur la place nommée « Largo Torre Argentina. » A notre gauche, s’ouvre, en contrebas, une grande aire archéologique. Appuyons-nous à la rambarde qui borde cette aire archéologique.

Nous y voyons les restes de quatre temples antiques: ils ne sont certes pas les plus spectaculaires de Rome, mais ils figurent parmi les plus anciens. Ils sont nommés par les lettres «A », « B », « C » et «D». En faisant courir notre regard du temple le plus proche de nous vers celui qui se trouve au fond de l’aire archéologique, nous voyons, dans l’ordre le temple D, suivi du temple C. ensuite suivent les restes des temples B de plan circulaire et enfin le temple A.
Le temple A, le plus éloigné de nous, fut, selon certains, construit en 241 avant Jésus Christ, pour commémorer la victoire de Rome sur Carthage. Il était dédié à Juturne, nymphe des sources. Il semble donc lié aux fameuses guerres dites « puniques », cette série de trois guerres menées par la Rome républicaine contre Carthage. « Punique » vient du latin « Poeni », mot désignant Carthage. Ces guerres s’achèveront en 146 avant Jésus Christ, lorsque toute l’Afrique du Nord sera devenue province romaine.

Le petit temple B, de forme circulaire, était peut-être le lieu de culte de « la fortune du jour », « fortune » ayant ici le sens de destin et de chance. Il fut élevé vers 101 avant jésus christ, pour marquer la victoire romaine sur la peuplade des Cimbres, peuple de Germanie. Le plus ancien de ces temples est certainement le temple C. Il remonte au 3ème siècle avant Jésus Christ. On pense qu’il était dédié à Feronia, très ancienne déesse des bois et des sources. Il y avait probablement à proximité un petit bois sacré.

Enfin, le temple D, le plus grand de tous, était peut-être dédié aux Lari Permarini, divinités protectrices de la marine et des bateaux. Sans doute ce temple commémorait-il la victoire navale des Romains sur le roi Antiochus.
Ce site archéologique du Largo Argentina est la trace, conséquente, du rôle politique et sacré que jouait le Champs de Mars à l‘époque républicaine.


<< 9 - La Fresque de la voû...         11 - La Via del Cestari... >>

Sommaire complet du dossier :