La Voûte gothique

Du gesu au pantheon : le quartier du champs de mars

La Voûte gothique

Nous découvrons la nef, espace tout en longueur où se tiennent les fidèles. Cette nef est divisée en trois parties par deux rangs de colonnes latérales, créant ainsi deux nefs latérales et une large nef centrale. Levons les yeux. On voit une voûte faite du croisement de deux arcs, appelés ogives en architecture. Ces arcs sont comme soudés en leur lieu de rencontre par une pierre : la fameuse « clef de voûte ». Elle nous indique clairement qu’il s’agit d’une voûte de style gothique, fait suffisamment rare à Rome pour être relevé.

Cet art gothique, style venu du Nord de l’Europe, a peu pénétré en Italie et pratiquement pas en Italie du sud. Les italiens sont restés plus fidèles à l’imitation de l’art antique et à l’art roman. Santa Maria sopra Minerva -édifiée à la fin du 13ème siècle- fait office d’exception à Rome.

Elle est en outre célèbre pour avoir vu se dérouler en ses murs le procès de Galilée, le grand astronome. C’est en effet ici -en 1633- qu’il du abjurer publiquement ses théories scientifiques. La plus célèbre démontrait que la Terre tourne autour du soleil, et non le contraire. Cette théorie dérangeait l’Eglise, car elle remettait dangereusement en question la position centrale de l’Homme et de la terre dans la création. L’église lâcha sa terrible Sainte Inquisition sur le savant.
Sous ces voûtes résonna alors -à haute et intelligible voix- la célèbre phrase" Moi, Galilée, à la soixante-dixième année de mon âge, constitué personnellement en justice et ayant devant les yeux les saints évangiles que je touche de mes propres mains d'un coeur et d'une foi sincère, j'abjure, je maudis et je déteste l'erreur, l'hérésie du mouvement de la Terre. Mais la petite histoire a retenu qu’après avoir signé, il maugréa, à voix basse: « et pourtant elle tourne ».


<< 13 - L’église Santa Maria...         15 - L’architecture de l’... >>

Sommaire complet du dossier :