Le portique du Panthéon

Du gesu au pantheon : le quartier du champs de mars

Le portique du Panthéon

Mais portons notre attention sur le portique du Panthéon. Le Panthéon est l’un des rares temples de la ville à avoir résisté aux destructions des barbares et des siècles. Tant mieux, car il est sans doute l’un des plus impressionnants monuments de Rome, et certainement l’une des plus belles expressions encore visibles du génie constructeur romain.

Depuis le Moyen Age, Panthéon est transformé en église, sous le nom de Sainte-Marie-des-Martyrs. Mais à l’origine, il s’agissait d’un temple dédié à tous les dieux, d’où le nom de « panthéon». En grec, « pan-théôn » signifie « tous les dieux». Sa taille et les matériaux employés, devaient manifester la toute puissance de Rome.

Parlons de son histoire. Son origine remonte à la fin du 1er siècle avant Jésus-Christ, quand Agrippa, amiral et gendre de l’empereur Auguste, décida de sa construction. Le temple devait servir de centre idéal au quartier du Champs de Mars, qui commençait alors à se peupler. Le temple d’Agrippa a disparu, mais il fut réédifié dans l’état actuel entre 120 et 125 de notre ère par l’empereur Hadrien. Celui-ci, modeste dans son intervention, fit replacer sur la façade l’inscription que nous voyons encore aujourd’hui et qui mentionne toujours Agrippa comme fondateur du temple.

Le portique présente 16 colonnes de marbre blanc. Elles proviennent des carrières d’Égypte et chacune pèse 60 tonnes. Qu’on imagine les convois exceptionnels que représentaient ces transports !! Regardez le sommet des colonnes : ce sont des chapiteaux corinthiens. Le chapiteau est la partie sculptée au sommet de la colonne, juste à l’endroit où elle reçoit la poussée du plafond. Il existe différents « ordres » ou types de décor pour ces chapiteaux. Un chapiteau corinthien est décoré d’une série de petites feuilles, comme c’est le cas ici.


<< 19 - La Piazza Rotonda ...         21 - La Coupole... >>

Sommaire complet du dossier :