Les murs et ses décorations

Du gesu au pantheon : le quartier du champs de mars

Les murs et ses décorations

Observons maintenant les décorations des murs. Lorsque nous tournons le dos à la porte d’entrée, une grande niche à arcade en arc de cercle s’ouvre devant nous. Elle est encadrée par deux colonnes de « pavonazzetto », un marbre veiné de violet, provenant de Turquie. Cette grande niche contient aujourd’hui l’autel principal de l’église. D’autres niches, alternativement rectangulaire ou semi-circulaires, s’ouvrent le long des murs. Les colonnes sont de marbre jaune venu, lui, de Tunisie. L’empire romain, dans son souci d’afficher sa magnificence, faisait venir les plus beaux matériaux de toutes ses provinces. Ces niches sont transformées en chapelles, mais, à l’origine, elles contenaient des statues de divinités antiques.

La partie haute du mur présente un décor formé essentiellement de fenêtres aveugles, c’est-à-dire de fausses fenêtres. Un décor qui date du 18ème siècle.
Pour retrouver le décor d‘origine, regardons sur la droite de la niche du maître-autel. Là, en hauteur, nous voyons, reconstitué, un décor constitué de deux fenêtres plus petites. On les voit entourées de jolis pilastres de marbre rouge, piliers de section carrée à demi enchâssés dans les murs. C’est l’aspect original du décor de l’édifice. Ce décor, avec son alternance de couleurs, servira d’ailleurs de modèle à de nombreux décors de façade Renaissance.
Tant et si bien que, depuis 1543, la congrégation des « Virtuosi » est rattachée à l’église du Panthéon. La congrégation des « virtuosi » ou « Hommes vertueux », est placée sous la protection de saint Joseph, artisan charpentier. Ses membres en étaient pratiquement tous des artistes. C’est pourquoi ils sont nombreux à être enterrés dans cette église, dont le célèbre Raphaël. En tournant le dos à l’entrée, sa tombe est située sur le côté gauche, entre les 5ème et 6ème chapelles. En flânant ici, vous verrez d’autres tombes d’artistes, celle d’Annibale Carrache, grand peintre de la fin de la Renaissance ainsi que les tombes de deux rois d’Italie : Vittorio Emmanuele II et Umberto Ier.

Nous sommes à nouveau sur la place, dos au portique du Panthéon, face à la fontaine. Prenons directement sur notre droite pour rejoindre la petite Via del Seminario, qui débouche au coin de la Piazza Rotonda et de la Via della Minerva,

Prenons tout droit la vie del seminario. Après 200 mètres environ, nous débouchons sur la magnifique petite place Sant’Igniazio, dominée par la grande façade de l’église du même nom.


<< 21 - La Coupole...         23 - La Place Sant’Igniaz... >>

Sommaire complet du dossier :