Le passage du Nord

Du grand béguinage à la cathédrale saint-michel

Le passage du Nord

Continuons encore un peu plus loin dans cette rue. Plus loin, s’ouvre à droite une grande galerie couverte : c’est le passage du nord. Nous y entrerons et irons jusqu’au milieu de cette galerie.

Voici encore un bel exemple de passage couvert, un des plus beaux encore conservé à Bruxelles, après les grandes galeries royales bien sûr, que nous découvrons au cours d’un autre circuit. La galerie dans laquelle nous nous trouvons, le passage du Nord, date de 1881. Comme toutes les galeries couvertes, ce lieu a essentiellement une fonction commerciale. Le but de ces galeries, très à la mode au 19e siècle, était de permettre au riche public de se promener à l’abri des intempéries en hiver, et du soleil en été.

Et bien entendu, le décor est aussi là pour rehausser le lieu. Au niveau du premier étage, on retrouve 4 fois le même groupe de 8 statues symboliques représentant des idées comme l’architecture, les arts décoratifs, l’industrie métallurgique, la sculpture, etc …Des éléments de culture et de société particulièrement chéris par le 19e siècle. Les réverbères sont également très beaux, décorés de motifs végétaux en spirale. Il y avait à l’origine un éclairage jusqu’à minuit ici. En revanche, toutes les devantures de vitrines anciennes ont disparu. Jusqu’il y a quelques années, existait encore un des derniers magasins de luxe de la galerie, la ganterie Métropole, au numéro 19. Sa devanture en bois est dans le style moderniste des années 1930, très épuré. Elle existe toujours. Mais les lettres « ganterie Métropole » ont été enlevées récemment, laissant une trace assez laide sur le bois. On ne peut que déplorer cette intervention intempestive, et souhaitons que les autorités compétentes réagissent en imposant la réinstallation de la devanture telle qu’elle était.

Comme nous pouvons le constater, cette galerie est assez courte. L’architecte disposait effectivement d’un espace assez réduit, coincé entre le boulevard et la rue Neuve, derrière. Mais il a su en tirer un magnifique parti, en installant aux étages toute une série de salles, agencées de manière très fonctionnelle. Nous ne pouvons pas visiter ces étages, mais imaginez qu’il y avait ici une salle de concert, un buffet-restaurant, un théâtre pour enfants, que l’on appelait vers 1900 le « théâtre bébé », ainsi que le « musée du Nord », un musée consacré -entre autres - à des expériences de physique amusante. En outre, cette galerie faisait partie d’un vaste projet d’amélioration de la circulation dans le centre, puisqu’elle relie deux rues autrefois complètement séparées, les vidant d’une partie de leur circulation piétonne.


<< 12 - La maison des chats...         14 - La rue Neuve... >>

Sommaire complet du dossier :