Les frères Mineurs

Du perron aux fonts baptismaux de saint-barthélémy

Les frères Mineurs

Allons observer la façade de son église. Pour cela, traversons la rue Hors-Château et allons sur la minuscule place qui occupe l’autre trottoir. Là, nous regarderons la façade de l’église.

Et maintenant, parlons de ces frères mineurs. Les franciscains, moines suivant la règle de saint François d’Assise, étaient présents à Liège dès le 13e siècle. L’église que nous voyons a été consacrée en 1244 puis une nouvelle façade baroque a été construite au 17e siècle. Elle était consacrée à saint Antoine de Padoue, un grand saint franciscain, mais est actuellement désaffectée. Elle n’est ouverte qu’à certaines occasions culturelles. Mais dans l’ensemble, vous remarquerez que l’église n’a pas de clocher, ce qui était voulu par la règle franciscaine, en signe d’humilité. Car le clocher, qui est avant toute chose une tour, est assurément un symbole de domination.
La façade que nous voyons date de 1645 et le moins qu’on puisse dire est qu’elle ne respecte pas vraiment l’idéal de pauvreté de l’ordre. Elle est très typique de l’art baroque, ce style du 17e siècle qui privilégie un décor très riche et abondant. Et ici la division de la façade est caractéristique. Regardons-la : voyez ces six grands piliers qui la divisent en cinq parties verticales. Ces piliers sont chacun terminés au sommet par un pot à feu, qui est cette sculpture représentant une flamme jaillissant d’un pot. En même temps, cinq bandes horizontales divisent l’ensemble en cinq étages, de hauteur chaque fois plus réduite. Et quel est le résultat : et bien, cette structure donne à la façade un quadrillage assez dense, assez chargé même, propre à l’art baroque. En même temps, la surface de la façade se réduit de plus en plus en montant vers le sommet, ce qui lui donne de l’élancement vers le haut. Il y a donc un contraste entre l’horizontalité soulignée par les étages, et la verticalité soulignée par les piliers verticaux et le rétrécissement progressif de la façade. C’est là un genre de contraste que l’art baroque aimait à mettre en œuvre.
Au rez-de-chaussée, l’arc au dessus de la porte d’entrée est décoré d’un relief qui représente le baptême du Christ. Au premier étage, se trouvent deux niches contenant les statues des deux saints franciscains : saint Antoine et saint François d’Assise. Et au troisième étage, juste au centre, une niche contient la statue de la Vierge. N’oublions pas que nous sommes au 17e siècle, c’est-à-dire juste après les guerres de religion, qui se sont achevées, dans cette région, par la victoire du catholicisme romain sur le protestantisme. Aussi, des églises ou façades d’églises sont reconstruites, pour manifester le triomphe de l’Eglise. Et ces façades, comme d’ailleurs le décor intérieur des églises, réaffirment des points de la foi qui avaient été remis en question par les protestants, comme justement le culte des saints ou celui de la Vierge. Une façade comme celle-ci, par son décor, remet en valeur ces dévotions.


<< 7 - La rue des Mineurs...         9 - La cour des Mineurs... >>

Sommaire complet du dossier :