La cour des Mineurs

Du perron aux fonts baptismaux de saint-barthélémy

La cour des Mineurs

Et maintenant, tournons le dos à la façade de l’église, et empruntons la petite ruelle à notre droite, la rue Moray. Elle nous mènera dans la petite cour derrière le musée. Nous nous arrêterons au milieu de cette cour.

Vous y êtes ? Cet endroit a gardé un caractère très « vieux Liège ». Cette cour, la cour des mineurs, a été dévastée par des bombes volantes qui ont déferlé sur Liège en 1944, mais une heureuse restauration lui a rendu son cachet d’antan. Car c’est ici un lieu important de la ville. Un dicton dit même que pour être un vrai liégeois, il faut être né « cour des mineurs ». C’était autrefois un lieu très populaire. Par exemple, dans une petite maison, détruite par les V1 depuis, vivait un guérisseur, devant la porte duquel se tenaient de longues files de malades. Les enfants du quartier y prenaient place, et revendaient leur lace au plus offrant. Vers 1900, d’autres petites maisons y abritaient encore des artisans : tailleur, menuisier, ébéniste, boucher, et bien sûr le sacristain de l’église Saint-Antoine toute proche.
A votre gauche, un escalier monte vers les maisons construites sur les pentes de la colline de la citadelle. Nous reviendrons à cela plus tard, mais sachez que notre promenade va maintenant longer cette colline, et que nous aurons plusieurs occasions d’aborder la verdure.
Observons maintenant le bâtiment tout au fond de la cour, avec sa petite tour rectangulaire au centre. On l’appelle la « maison Chamart », et c’était autrefois la maison du supérieur de la communauté des frères mineurs. Sa façade est assez sobre, et présente cet aspect caractéristique d’un mur de briques abondamment structuré par des bandes de pierre. Cette alternance de matériaux, cette sobriété et cette régularité sont assez caractéristiques de la région de la Meuse aux 16e et 17e siècles. C’est ce qu’on appelle le « style renaissance mosane ».

Avançons dans la cour jusqu’à la porte centrale de la maison Chamart, aujourd’hui la bibliothèque du musée de la Vie Wallonne, ainsi que le théâtre de marionnettes liégeoises.
Et voilà. La porte face à vous donne accès à la salle de lecture de la bibliothèque du musée de la Vie Wallonne, et surtout au théâtre de marionnettes liégeoises. Vraiment, si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à aller y voir un spectacle. Ils sont loin d’être exclusivement réservés aux enfants, et c’est une excellente manière d’entrer en contact avec l’esprit liégeois. Georges Sand ne disait-elle pas que « les marionnettes amusent les petits et les gens d’esprit » ? D’ailleurs, après le spectacle, le marionnettiste laisse souvent le public passer derrière la scène pour voir comment les choses s’y passent. Vous découvrirez alors une incroyable collection de centaines de marionnettes, des plus anciennes aux plus neuves. Un moment assurément impressionnant tout autant qu’amusant. Le théâtre donne des représentations tous les dimanches à 10h30 du matin, et tous les mercredis à 14h30, de même que pendant les congés scolaires. L’entrée est autour 2 € par personne.


<< 8 - Les frères Mineurs...         10 - Le cloître des frère... >>

Sommaire complet du dossier :