La rue Hors Château

Du perron aux fonts baptismaux de saint-barthélémy

La rue Hors Château

Maintenant, tournez le dos au portail du cloître. Face à vous, de l’autre côté de la place, une rampe grillagée ferme le parking. Allez jusqu’à cette rampe.

Vous y êtes ? Alors, sous vos pieds, vous voyez la rue Mère-Dieu, et le bâtiment qui vous fait face est celui du très beau musée d’art religieux et d’art mosan, où sont conservées de très belles pièces, en particulier de l’époque romane. Ce musée fait l’objet d’une visite à part entière, et, si vous l’avez prise, c’est avec plaisir que nous vous y retrouverons. Mais pour l’instant, nous allons continuer notre promenade. Alors commençons par descendre dans la rue Mère-Dieu, par le petit escalier situé sur votre gauche. Quand vous y serez, prenez la rue Mère-Dieu à droite sur une dizaine de mètres, jusqu’à son aboutissement dans la rue Hors-Château.

Regardez vers la gauche. La rue Hors Château s’étend tout en longueur. Au loin, nous apercevons le double clocher de la collégiale romane de Saint-Bartélémy, but de notre promenade. Nous allons donc prendre cette direction, en restant bien sur ce trottoir-ci, celui de gauche. Allez-y, et arrêtez-vous à hauteur de la fontaine qui s’élève sur le trottoir d’en face.
La rue Hors-château est une des plus anciennes rues de Liège, bien que, comme son nom l’indique, elle était autrefois hors des remparts. Tout le long, elle est bordée presque exclusivement de maisons anciennes, surtout des 17e et 18e siècles. Il serait bien trop long de s’arrêter à chacune d’entre elles, aussi, lorsque vous vous déplacerez, nous ne pouvons que vous inviter à lever les yeux. Vous pourrez ainsi voir, au-dessus des portes, de nombreuses belles enseignes sculptées dans la pierre. Et donc, retrouvons-nous lorsque nous serons en face de la fontaine sur l’autre trottoir.

La fontaine qui s’élève face nous, sur l’autre trottoir, est la fontaine dite de saint Jean-Baptiste. Elle tire son nom de la sculpture du personnage de saint Jean-Baptiste, représenté au sommet du socle. Il fait référence à la scène représentée en relief sur la petite porte de bronze : le baptême du Christ. Deux thèmes éminemment aquatiques. Idéal pour une fontaine dressée au cœur d’une ville épiscopale. Et l’auteur de ces deux œuvres est à nouveau cet important personnage que nous mentionnions plus tôt dans la visite : Jean Delcour.


<< 10 - Le cloître des frère...         12 - L’église du culte an... >>

Sommaire complet du dossier :