Sac de Liège

Du perron aux fonts baptismaux de saint-barthélémy

Sac de Liège

Juste à gauche du temple antoiniste, nous voyons un immense escalier. Il est connu à Liège sous le nom d’escalier de la montagne de Buuren. Allez aux pieds de cet escalier.

Il y a une chose à raconter sur cet escalier. Car le nom de montagne de Buuren, donnée à cette colline, est lié au sac de liège par le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire. Nous avons vu qu’en 1467, certains citoyens ont été bannis de la ville, mais qu’ils n’avaient pas fini de faire parler d’eux. Et bien nous y voici. Vincent de Buuren, un noble liégeois qui a donné son nom à la colline, faisait partie de ces proscrits. Avec d’autres proscrits, ils mettent sur pied une ligue de résistance aux bourguignons, les « compagnons de la verte tente ». Avec ceux-ci, et l’aide du roi de France, ils tentent de rallier la ville au roi. Cela a le don d’excéder Charles le Téméraire, qui s’avance alors vers Liège avec son armée, en brûlant et pillant tout sur son passage. Et voilà que le duc, après avoir mis en déroute toute tentative d’opposition, arrive sur les hauteurs de Liège, où il campe avec son armée, en attendant de bondir sur la ville. La tradition veut que ce campement se soit situé sur les hauteurs de cette colline.

C’est ici qu’intervient un épisode célèbre de l’histoire liégeoise, celui des 600 franchimontois. Franchimont est un petit village à l’entrée des Ardennes liégeoises. On y voit toujours un beau château médiéval en ruines. Dans ce château, 600 hommes d’armes s’étaient réunis contre le duc de Bourgogne. Ils décidèrent de s’infiltrer dans le camp des bourguignons pour kidnapper le duc, pendant que Vincent de Buuren ferait diversion en attaquant le camp de front. On dit que c’est par ici qu’ils montèrent à l’assaut. Malheureusement pour eux, ils furent refoulés, et les bourguignons se précipitèrent dans la ville. Rien n’échappa à leur vengeance. Les soldats pillèrent, violèrent, égorgèrent, noyèrent les habitants dans la Meuse par groupes « de 10 ou 12 comme des chats », disent les chroniques. Et même ceux qui s’étaient réfugiés dans les églises. Et pour finir, le duc ordonna de mettre le feu à la ville. Il ne devait rien rester de Liège, suite à ce sac de Liège! Par la suite, le Téméraire voulut se faire pardonner, et pour cela offrit à la cathédrale un magnifique reliquaire d’or, qui le représente à genoux, accompagné de son saint Patron. Il est encore visible aujourd’hui au trésor de la cathédrale Saint-Paul Et en plus, le duc laissait entendre que ce sac n’était pas de son fait. Du style : «excusez-moi, je n’ai pas pu retenir mes soldats». En réalité, le reliquaire semble avoir été commandé avant le sac de la ville, en prévision des excuses qu’il lui ferait après. Dès le départ donc, le duc avait l’intention de donner aux liégeois une leçon dont ils se souviendraient toujours, et l’épisode des 600 franchimontois n’en fut que le signal de départ.


<< 12 - L’église du culte an...         14 - La vue sur la ville... >>

Sommaire complet du dossier :